Les pauvres sont-ils condamnés à un faible niveau scolaire ? 

Le destin scolaire est-il déjà inscrit dans la profession et les revenus des parents ? Pisa 2012 apporte des réponses intéressantes à cette question qui éclairent la situation particulière de la France. Le dernier "Pisa à la loupe" le propose pour 4 catégories (les directeurs cadres de direction et gérants, les professions intellectuelles et scientifiques, les conducteurs de machines et ouvriers de l'assemblage et enfin les professions élémentaires). Le logiciel en ligne le fait pour 8 catégories.

 

Le niveau de maths des jeunes de 15 ans est il corrélé obligatoirement à la profession des parents ? L'OCDE propose un intéressant outil, basé sur Pisa 2012, qui répond à cette question. Il permet notamment de comparer des pays entre eux.

 

Ainsi il montre que le lien entre revenus et niveau n'est pas automatique. Par exemple, les revenus des parents de Shanghaï dont nettement inférieurs à ceux des parents américains. Pourtant le niveau de maths de leurs enfants est nettement supérieur.

 

Mais l'outil permet aussi d'observer l'écart entre les catégories sociales. Et la France se signale tout de suite par une caractéristique : c'est le pays où l'écart est le plus important entre les catégories sociales. En France la différence entre les enfanst des professions élémentaires (ouvriers et employés non qualifiés) et ceux des professions intellectuelles atteint 100 points, soit environ 2 années d'école. En Finlande  l'écart est deux fois moins important parce que le niveau des catégories populaires est nettement meilleur qu'en France. A Hong Kong l'écart serait encore plus faible.

 

Le message c'est qu'il n'y a pas de fatalité à ce que les enfants du peuple aient un niveau scolaire sensiblement plus faible que celui des catégories plus favorisées. Le second message c'est que c'est en France que le niveau social pèse le plus sur la réussite scolaire. C'est là où les injustices scolaires sont les plus flagrantes. Le ministère, en investissant dans le primaire et l'éducation prioritaire, a entendu le message. Mais pour lui donner sa vraie portée il faudrait aller plus loin. Ce message est-il accepté par la société dans son ensemble ? Dans le principe probablement. Mais dans la réalité d'un budget contraint parce que inscrit dans une économie en faiblesse ? Sommes nous réellement prêts à assumer pleinement la priorité aux enfants des familles populaires ? Ou nous contentons-nous à demander le maintien partout du statu quo ?

 

François Jarraud

 

Pisa in focus

Le logiciel Ocde

 

Par fjarraud , le lundi 17 février 2014.

Commentaires

  • Renan, le 23/02/2014 à 20:47
    Les pauvres (intellectuellement parlant) sont condamnés à l'échec tant qu'un quarteron d'universitaires, abondamment médiatisés, s'opposera avec vigueur à l'apprentissage de la lecture dès l'école maternelle. Voir notamment :
    http://range.pagesperso-orange.fr/contrib-a-la-reussit-educ
  • Viviane Micaud, le 17/02/2014 à 11:32
    Les deux mécanismes des différences de destins scolaires sont :
    - les représentations des familles sur la place à donner à l'effort scolaire et sur l'orientation perçue comme normale pour la catégorie à laquelle ils appartiennent,
    - la scolarité dans des établissements qui cumulent les difficultés et où ceux qui s'investissent dans le travail scolaire sont traités de "bouffons" et "d'intello".
  • Jean Agnes, le 17/02/2014 à 08:09

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces