CSP : Alain Boissinot ne croit plus en la réforme de l'Ecole 

"On arrive encore au niveau national à poser quelques rustines, mais plus à changer en profondeur le logiciel de l'école". C'est un constat amer sur l'Ecole que livre Alain Boissinot, président du Conseil supérieur des programmes, dans Enseignement catholique actualité (ECA). Chargé de revoir le socle et les programmes de l'école et du collège, Alain Boissinot est au coeur des évolutions de l'Ecole. Il est au coeur aussi des tensions et des pressions qu'elles génèrent. Est-ce pour cela qu'il dresse un portrait si décourageant des réformes ?

 

Il confie à A. Sobocinski deux exemples précis qui éclairent ses choix. Sur la formation des enseignants il relève l'absurdité de mettre le concours au milieu du master, "ce qui le coupe littéralement en deux". "Ne vaudrait-il pas mieux se dire que si l'on en croit à la validation par le master... il n'y a plus besoin de concours ?" Le recrutement des enseignants serait alors réalisé par les chefs d'établissement ou des acteurs locaux au vue du diplôme comme cela se pratique dans de nombreux pays. Ce serait la fin du lien concours - emploi.

 

L'autre exemple concerne la gouvernance de l'Ecole. "Il faut trouver un mode d'évolution permanent qui permette au système de s'ajuster en continu. Cela implique de faire confiance à deux autres niveaux d'évolution : l'international et le local avec la déconcentration". C'est donc bien vers la territorialisation de l'éducation que vont les voeux d'A Boissinot.

 

Par fjarraud , le lundi 26 mai 2014.

Commentaires

  • Rodolphe DUMOUCH, le 27/05/2014 à 22:57
    Recrutement des enseignants par les chefs d'établissement transformés en "managers" à la gomme : le bon rêve de tout européiste néolibéral. C'est la nouvelle ambition, le nouvel idéal, le nouveau grand soir de la socialoperie qui nous gouverne et Pascal Lamy est son prophète.

    Voilà ce que nos anciens 68tards pédagogiques sont devenus, en parfaite harmonie avec les plus réactionnaires représentants des écoles de curetons... et en parfait accord avec le proviseur de l' "internat d'excellence" de Sourdun, Bernard Lociciro, bouffon sorti d'une école de commerce de 3ème classe et adjoint de Jean-François Copé en prime.

    Les bourgeois, c'est comme les cochons, plus ça devient vieux...

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Accès à la classe exceptionnelle
- Et pendant ce temps, un bon nombre d'enseignants partent en retraite sans avoir accédé à la hors-classe ! C'est la France : donner toujours plus à ceux qui sont déjà bien servis. De : fjarraudPublié : vendredi 1 décembre 2017 07:22Objet : Accès à...
Lecture : Le niveau baisse encore
- Rien d'étonnant quand on voit les méthodes de lecture utilisées par certaines enseignantes de CP.Pourquoi choisir des supports vieillots, décriés par les chercheurs et n'ayant aucun sens alors que la littérature jeunesse est tellement riche et...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces