Le numérique et l'inventivité ordinaire 

Un TBI, un ordinateur, une tablette, un système d'exploitation, un logiciel, une application, un widget : ce sont, parmi d'autres, des moyens de réaliser des activités. Dans le monde scolaire ces moyens, ces instruments, pour utiliser le langage scientifique, sont en fait autant de choix de concepteurs qui s'imposent aux utilisateurs. Autrement dit quel que soit l'objet, il vous impose ce qu'il est, comment il fonctionne, comment il a été conçu. Face à cela dans la classe, chacun tente de s'adapter. Les injonctions venues d'en haut, stratégies, équipements, appels à projet, etc. ne sont pas grand-chose en regard de ce que chacun tente de faire dans son espace personnel d'activité professionnelle. Pour les enseignants, et plus généralement les éducateurs, l'affaire est parfois compliquée, voire largement amplifiée (ou diminuée) par des fonctionnements aléatoires ou de dysfonctionnements réguliers... Ces contraintes nouvelles, différentes, dans l'espace éducatif sont parmi d'autres une explication à la difficulté actuelle de développement du numérique en éducation.

 

 Nous avons déjà eu l'occasion d'évoquer la rapidité de renouvellement/obsolescence des matériels et logiciels, la fragilité des infrastructures ainsi que les contraintes propres aux instruments et leur part d'humain embarqué (dans les algorithmes souvent). Ces facteurs, parmi d'autres, mais ô combien essentiels, constituent des éléments qui s'ils découragent certains, amènent les autres à faire preuve d'inventivité. Car il faut bien le reconnaître, lorsque l'on observe le travail de ces enseignants "pionniers" qui parviennent à leurs fins avec le numérique dans leur classe, on ne peut que constater qu'ils doivent, outre les compétences technique et pédagogique, faire preuve d'adaptation et d'invention pour parvenir à leurs fins. On peut même ajouter que, dans certains cas, cette compétence différente de celles invoquées habituellement, si elle n'est pas mobilisée, amène l'enseignant à être mis en difficulté et à ne pas atteindre ses objectifs.

 

Il est souvent question de "plan B" dans les propos des enseignants qui utilisent les moyens technologiques dans leur classe : et si ça ne marche pas ! Je vais devoir revenir à une manière de faire "à l'ancienne" disent les moins aguerris. Pas du tout disent les habitués, cela marche tout le temps, cachant les incidents pour éviter que le repli ne soit général. Et puis il y a ceux qui vont inventer, détourner, bricoler, voire braconner. Ces différentes manières de faire se retrouvent un peu partout, mais il faut reconnaître que le repli est l'attitude la plus fréquente. Il faut aller un peu plus loin pour comprendre cette forme de découragement. Deux facteurs exogènes se combinent : la défaillance technique et l'isolement de l'enseignant. Si le premier est un classique, le second est une réalité que l'on évoque trop peu souvent : la pratique isolée du métier d'enseignement (peu de travail à plusieurs, peu d'aide pendant le temps de cours) renvoie la responsabilité à chacun. Il est donc logique que sans "assistance, sans accompagnement", l'enseignant préfère renoncer. De plus si sa pratique ne s'inscrit pas dans une dynamique plus globale de l'établissement, il risque même des critiques de ses collègues ou de la hiérarchie. Ainsi on entend très souvent un argument de frilosité étonnant : l'inspecteur ne verrait pas d'un bon oeil de que je fais. Si en plus cela est défaillant devant lui, alors autant revenir aux pratiques antérieures.

 

L'inventivité ordinaire commence parfois simplement : "travailles avec ton voisin", travailles d'abord avec ton cahier, tu échangeras ensuite avec ton voisin". Elle continue parfois en trouvant une solution technique de complément à une défaillance temporaire ou à un matériel individuel oublié (quand l'élève n'amène pas ses affaires en classe). Elle se trouve aussi dans l'art de changer de modèle pédagogique pour passer d'un mode collectif à un mode individuel ou inversement. Mais parfois aucun plan n'est possible, rien ne fonctionne. On a pu ainsi voir des choix pédagogiques de prime abord discutables devenir catastrophique par les difficultés techniques comme par exemple impossibilité de s'identifier sur Internet (on ne se rappelle plus du mot de passe) ou encore, impossibilité de transférer des documents aux élèves du fait de la panne de l'ENT, sans clef USB de secours ou d'espace en ligne complémentaire. Cela sans compter sur les mauvais ajustements pédagogiques : consignes incomprises des élèves, perçue comme évidente par l'enseignant entrainant des troubles dans le groupe, ou encore multiplication de procédés et supports divers dans le même cours. Parfois c'est tout simplement un cours traditionnel reproduit tel quel avec le numérique et qui ne fonctionne simplement pas.

 

Habileté, maîtrise technique, maîtrise pédagogique, inventivité, semblent souvent difficile à posséder pour la même personne. Certains pensent même qu'un jeune enseignant, entrant dans le métier ne pourrait pas y accéder. Or l'observation montre qu'en fait ces compétences sont davantage liées à un état d'esprit qu'à des apprentissages, de la formation. Il semble bien que ce soit dans la capacité à analyser la situation, la problématiser, et à transformer le contexte selon cette analyse au lieu de tenter de se conformer au cadre initial qui soit à la base de cette "reconfiguration". Pour y parvenir des éléments tels que la confiance en soi, la force de s'affranchir de ce que l'on a prévu, l'interaction positive avec les élèves, peuvent être mobilisés. D'ailleurs les élèves sont particulièrement coopérant quand ils sentent cette envie de dépasser les contraintes. C'est même lorsqu'ils sentent la fragilité qu'ils vont tester l'enseignant. Si celui-ci parvient à la surmonter alors ils sont prêts à entrer dans le jeu, parfois même complices pour permettre la réussite.

 

Il n'y a pas de cours pour l'inventivité ordinaire des enseignants qui utilisent les TICE. Mais l'usage quotidien des TIC par chacun de nous est une incitation constante à l'inventivité, au contournement, voire au détournement. Il est rare que l'on obtienne d'emblée de la machine ce dont on a besoin. C'est à ce moment-là qu'il faut mettre en route cette démarche qui va permettre de "faire avec ou sans", mais de faire quand même. En classe c'est bien ce qui compte.

 

Bruno Devauchelle

 

Toutes les tribunes de B Devauchelle


Par fjarraud , le vendredi 20 juin 2014.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Le Socle commun version Se-Unsa
- Le projet de socle commun de connaissances est une excellente base de travail et de redéfinition des compétences. J'ajouterai cependant quelques points qui me semblent essentiels: les points concernant la consulatation: La gargouille, ou...
Temps scolaire : 38 jours de perdus pour indiscipline ?
- De : fjarraud Publié : vendredi 26 septembre 2014 07:46 Objet : Temps scolaire : 38 jours de perdus pour indiscipline ? C'est amusant, en lisant le titre, je pensais à l'indiscipline des enseignants. A t-on déjà mesuré le temps...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces