L'expo de la semaine : Zizi sexuel : Enfin le retour !  

Titeuf et son amie Nadia reviennent à la Cité des sciences pour parler d’amour et de sexualité avec les jeunes de 9 à 14 ans. Au travers d’une quarantaine de manips amusantes et délurées, les jeunes découvrent tout ce qu’ils doivent savoir pour se préparer à aborder sereinement  leur vie d’adultes, valeurs et repères en prime !Les médiateurs  scientifiques attendent les jeunes et leurs accompagnateurs pour les guider dans l’atelier scientifique, « Les transformations du corps ». Deux dossiers pédagogiques sont à la disposition des enseignants, et une visite-découverte gratuite leur est proposée le 12 novembre.

 

La conception de l’expo

 

Inspirée de l’album éponyme, «  Guide du Zizi sexuel » de Zep et Hélène Bruller, l’exposition  aborde avec délicatesse, humour et exigence, les questions  que les 9-14 ans se posent sur l’amour et la sexualité, l’approche reste sur le fond très sérieuse. Elle a été conçue sous le contrôle d’experts adultes (des spécialistes de l’enfance, de l’adolescence et de la sexualité réunis dans un comité scientifique), mais aussi juniors, des classes de CM2 et de 4ème avec lesquelles les messages et manips de l’expo ont été testées. Elle se veut un outil adapté à la demande formulée par les textes officiels d’éducation à la sexualité en milieu scolaire. Elle s’adresse aux enseignants du primaire, à partir du CM1, et du collège, ainsi qu’  aux personnels d’éducation et de santé. L’exposition informe avec justesse et donne des repères pour compléter utilement ce que les parents et l’école ne disent pas toujours  aisément.

 

Au sujet de l’expo

 

Titeuf, le personnage central du « Guide du Zizi  sexuel », est bien connu dans les cours de récréation. Personnage emblématique de BD , les pré-ados s’identifient facilement à lui, et les situations dépeintes dans les albums font référence à leur univers quotidien. C’est pourquoi il a été choisi, avec Nadia, sa camarade de classe, comme héros d’une exposition sur l’amour et la sexualité destinée à des enfants à partir de 8-9 ans. Jusqu’alors, les jeunes pouvaient filer dans leur chambre, lire le fameux « Guide du Zizi sexuel », désormais, ils peuvent courir à la Cité des sciences pour découvrir  au détour d’une quarantaine de manips amusantes et délurées, tout ce qu’ils doivent savoir pour se préparer à aborder sereinement leur vie d’adulte. Ambiance de fête et de bonne humeur garanties dans cette expo qui aborde sans fard, les questions qui titillent les pré-ados. Le ton décalé porté par l’humour enfantin des personnages permet de traiter facilement le sujet, tant du point de vue biologique, éthique que psychologique. Les principes fondamentaux  comme le respect de l’autre et de soi-même, le consentement mutuel, l’égalité et la tolérance sont omniprésents.

 

Un  parcours thématique 

 

Le parcours thématique de l’exposition se compose de cinq grandes étapes, que les jeunes vont découvrir en compagnie de Titeuf et de Nadia : « Etre amoureux », « La puberté », « Faire l’amour », « Faire un bébé », « la rue ». Tout au long de l’itinéraire, ils vont répondre aux questions, au fur et à mesure de la visite et termineront par l’atelier scientifique, « Les transformations du corps ».

 

Dans les chambres

 

On commence dans les chambres de Nadia et de Titeuf pour découvrir le sentiment amoureux et ses paradoxes. Au fond, être amoureux  c’est quoi?  Dans la chambre de Titeuf,un « amouromêtre » permet de savoir si on aime, un gros cœur rouge que l’on serre fort…fort.. jusqu’ au déclenchement d’une guirlande lumineuse et de chansons d’amour. Bingo ! Mais comment dire à quelqu’un  qu’on l’aime ? Une impressionnante machine de foire pallie à cette difficulté, elle trace un billet d’amour au prénom de la personne aimée, et miracle on peut choisir son style de langage. Comment lui montrer ses sentiments ? Par quels gestes ? De courtes vidéos mettent aussi en garde les enfants contre les dangers de la pédophilie, de l’inceste, entre autre. Dans la chambre de Nadia, on étudie ses sensations  et on les décrypte scientifiquement ! On se prépare à assumer. Comment on embrasse ? Réponse à l’atelier.

 

Dans la salle de bain

 

Barricadés dans la salle de bain, les jeunes vont à loisir essuyer les tempêtes d’hormones, observer tout ce qui pousse, grossit et grandit. Pour ne pas trop s’inquiéter, rien de mieux que d’être fixés sur ce qui va arriver, il suffit d’entrer dans le « pubertomatic » et chacun se métamorphose. Grâce au « pubertomatic » et à « l’orgue des odeurs », filles et garçons observent la transformation de leurs corps soumis aux effets des hormones, puis «  dans le coin des ados » qui leur est expressément réservé, abordent des sujets  plus intimes qu’ils n’évoquent pas forcément avec les adultes. Pour obtenir des réponses, les jeunes visiteurs n’ont qu’à décrocher le « love phone » et composer le numéro du sujet de leur choix. Enfin les enfants vont découvrir les appareils de reproduction des filles comme des garçons, et étudier leur fonctionnement, à l’aide de dessins explicites réalisés par Zep.

 

Le jardin secret

 

Mais c’est quoi faire l’amour ? Cette partie de l’exposition  a pour cadre  un lieu onirique, un jardin secret où les jeunes visiteurs peuvent  y découvrir comment on fait l’amour. Pour connaître les dix bons trucs à savoir avant, un quiz égrène les valeurs essentielles de confiance, de consentement, de respect, et de tolérance. Il aborde aussi des questions de prévention et de contraception. Leur attention est particulièrement attirée, par des manips amusantes,  sur l’utilisation des préservatifs.

 

Dans la salle de classe

 

La salle de classe est l’endroit idéal pour aborder, avec la maîtresse, ces choses très sérieuses que sont la conception d’un bébé et sa gestation jusqu’à sa naissance. Ici, « Le rallye des spermato » et «  La course à l’ovule » proposés par l’enseignant, permettent de comprendre les étapes du développement du fœtus, de la fécondation à la naissance du bébé. « Le rallye des spermatos »  est un flipper un peu bizarre qui illustre la rudesse du parcours..et la course à l’ovule n’est pas une mince affaire. Il n’y aura qu’un seul gagnant ! Puis les jeunes sélectionnent les aliments nécessaires au développement du fœtus, et s’informent aussi de ce qui lui est nuisible, grâce à cinq vidéos. Un court film leur explique le développement du bébé.

 

Dans la rue

 

Pour finir, les élèves sont sensibilisés aux dangers des sollicitations auxquelles ils peuvent être confrontés sur internet ou dans la rue, et prennent conscience aussi qu’il existe des interdits en matière de sexualité. Des numéros de téléphone gratuits et publics leur sont donnés. Et pour terminer le parcours, un grand quiz collectif  réunit petits et grands, et submerge le public de questions. Qui sera le gagnant ?

 

Autour de l’exposition

 

Un parcours de visite, en compagnie de Titeuf et de Nadia, est à télécharger sur le site. Les enfants sont invités à répondre à des questions selon un itinéraire précis. Un atelier scientifique de 45 minutes  adapté aux niveaux des élèves,  « Les transformations du corps » sera accessible   avec un médiateur, sur réservation, au 01 40 05 12 12.  A la bibliothèque jeunesse, des rencontres, des projections de films, et des lectures d’albums sont prévues.

 

Visite-découverte et dossiers pédagogiques

 

Les enseignants sont invités à découvrir gratuitement l’exposition le  12 novembre, il est impératif de remplir le formulaire d’inscription.  Deux  copieux dossiers pédagogiques sont  déjà  à leur disposition  l’un concerne le primaire, l’autre  le collège. Le dossier enseignants-primaire donne des conseils de visite pour les classes de CM1 et CM2. Il évoque l’éducation sexuelle adaptée aux écoliers, ses objectifs, ses difficultés, les attentes des enfants, le vocabulaire à utiliser, les messages prioritaires à faire passer, les 4 thématiques abordés dans l’exposition, de précieux conseils pour préparer la visite en amont, d’autres  à suivre lors de la visite de l’exposition et des pistes de réflexion  à aborder au retour en classe. Le dossier enseignants-Collège reprend les grands objectifs de l’éducation à la sexualité, mais insiste particulièrement sur toutes les formes de violence,  et sur les préoccupations des jeunes de 12 à 15 ans.  Les visites scolaires sont à réserver impérativement  par courriel resagroupescite@universcience.fr

 

Béatrice Flammang

 

Le site de l’exposition « Zizi sexuel, l’expo, enfin le retour ! »

L’espace réservé aux enseignants

Le dépliant scolaire

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 16 octobre 2014.

Commentaires

  • Franck059, le 16/10/2014 à 18:50
    12, 13 ou 14 ans passe encore. Il s'agit de l'entrée dans l'adolescence, à savoir la préadolescence Mais dès 9 ans non ! A cet âge, c'est la période de latence qui n'est absolument pas propice à cet enseignement. Ne privons pas nos jeunes d'une enfance qui a tendance à se raccourcir de plus en plus.
    Alors que 20 à 25 % des enfants entrant en 6ème ne savent ni lire, ni écrire, ni compter convenablement, est-il judicieux de perdre une demi-journée pour aller leur faire découvrir l'érection, l'éjaculation, la masturbation et l'orgasme ?
    Sur des sujets aussi délicats, les parents doivent être tenus au courant et même consultés. Pourtant, l'expo affiche clairement sa position en proposant même un espace interdit aux adultes !
    L'eduaction Nationale n'a pas à se substituer à l'autorité parentale sur ce type de sujet. A charge pour les parents de décider d'emmener, ou pas, leur enfant à cette exposition.
    Il est urgent que l'on cesse de délirer dans l'Education nationale...





    En effet, à l’heure où les savoirs fondamentaux, lire, écrire et compter sont de moins en moins maîtrisés, est-il réellement judicieux de prélever encore une demi-journée sur le temps d’apprentissage des élèves pour aller leur faire humer des effluves de pieds ou d'aisselles, leur faire appuyer sur une pédale permettant de dresser un « zizi piquet » qui éjacule, ou leur enseigner la masturbation ?

    Sur des sujets si intimes touchant leurs enfants, les parents doivent par ailleurs être informés et consultés. Or cette exposition les tient à l’écart de manière on ne peut plus explicite puisqu’elle comporte même un espace « interdit aux adultes ».


    En effet, à l’heure où les savoirs fondamentaux, lire, écrire et compter sont de moins en moins maîtrisés, est-il réellement judicieux de prélever encore une demi-journée sur le temps d’apprentissage des élèves pour aller leur faire humer des effluves de pieds ou d'aisselles, leur faire appuyer sur une pédale permettant de dresser un « zizi piquet » qui éjacule, ou leur enseigner la masturbation ?

    Sur des sujets si intimes touchant leurs enfants, les parents doivent par ailleurs être informés et consultés. Or cette exposition les tient à l’écart de manière on ne peut plus explicite puisqu’elle comporte même un espace « interdit aux adultes ».


    En effet, à l’heure où les savoirs fondamentaux, lire, écrire et compter sont de moins en moins maîtrisés, est-il réellement judicieux de prélever encore une demi-journée sur le temps d’apprentissage des élèves pour aller leur faire humer des effluves de pieds ou d'aisselles, leur faire appuyer sur une pédale permettant de dresser un « zizi piquet » qui éjacule, ou leur enseigner la masturbation ?

    Sur des sujets si intimes touchant leurs enfants, les parents doivent par ailleurs être informés et consultés. Or cette exposition les tient à l’écart de manière on ne peut plus explicite puisqu’elle comporte même un espace « interdit aux adultes ».


    En effet, à l’heure où les savoirs fondamentaux, lire, écrire et compter sont de moins en moins maîtrisés, est-il réellement judicieux de prélever encore une demi-journée sur le temps d’apprentissage des élèves pour aller leur faire humer des effluves de pieds ou d'aisselles, leur faire appuyer sur une pédale permettant de dresser un « zizi piquet » qui éjacule, ou leur enseigner la masturbation ?

    Sur des sujets si intimes touchant leurs enfants, les parents doivent par ailleurs être informés et consultés. Or cette exposition les tient à l’écart de manière on ne peut plus explicite puisqu’elle comporte même un espace « interdit aux adultes ».


Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces