Enseignant : Le vrai portrait d'une profession inégalitaire 

Le métier d'enseignant est bien profondément inégalitaire. C'est le portrait que signent Solène Hilary et Alexandra Louvet dans l'édition 2014 du Portrait social publié par  l'Insee. Une analyse percutante appuyée par des données indiscutables.

 

"Près de la moitié des enseignants de l’Éducation nationale exerce dans le second degré public. Cette profession a subi une baisse notable de ses effectifs depuis le milieu des années 2000, alors que le nombre d’élèves restait relativement stable", commencent les auteurs. Pour elles "les conditions d’exercice du métier en ont été affectées : le nombre d’élèves par classe a augmenté". Après tant d'années où la droite montrait un graphique du rapport élèves profs peu flatteurs pour ces derniers l'Insee publie un graphique qui montre la réalité des années Chirac Sarkozy : moins de professeurs, plus d'élèves par classe.

 

 

 

Un autre apport de cet article c'est de faire le point sur les inégalités à l'intérieur de la profession. "Les 380 000 enseignants du second degré public se répartissent entre plusieurs centaines de disciplines et différents statuts (agrégés, certifiés, professeurs de lycée professionnels, etc.). Ces caractéristiques déterminent en partie leur nombre d’heures de cours, leur rémunération ainsi que le type d’établissement où ils exercent et les classes auxquelles ils enseignent".

 

 

 

Enfin elles analysent les difficultés pour attirer des jeunes dans ce métier. Certes le niveau salarial est faible. Mais il y a aussi la dureté des débuts de carrière. Mais ce n'est aps tout. " L’anticipation de conditions de travail parfois difficiles, en particulier en début de carrière, concourt probablement aux difficultés de recrutement constatées depuis 2011. Elles sont accentuées par l’augmentation des exigences de diplôme à l’entrée dans le métier depuis 2010." Autrement dit la masterisation n'a rien arrangé.

 

François Jarraud

 

Insee

 

 

Par fjarraud , le jeudi 20 novembre 2014.

Commentaires

  • Franck059, le 21/11/2014 à 07:35
    Avis personnel mais tranché : les agrégés n'ont rien à faire dans le secondaire. Ils doivent enseigner dans le supérieur. 

    Avis personnel mais tranché : certaines disciplines doivent être "bonifiées" car elles réclament davantage de travail. En effet, les tâches ne sont pas les mêmes entre un prof d'EPS ou de techno et un prof de Français ou de maths.

    Avis personnel mais tranché : il ne faut pas recruter davantage mais augmenter le temps de service et le salaire en conséquence des professeurs déjà en place. Passer par exemple de 18h00 à 24h00 (+ 33%) de service en augmentant les salaires de 40%. 

    Mais il faut du courage politique... et là on a un problème !
  • cdivoux1, le 20/11/2014 à 10:52

    Un agrégé, qui en lycée ou collège enseigne exactement la même chose qu'un certifié, a trois heures de cours de moins qu'un certifié. Ce qui représente environ 7h de travail en moins par semaine sans parler des tâches trimestrielles ou annuelles en moins.

    Au collège, cela peut représenter jusqu'à 3 classes (80-90 élèves) en moins.

    Vous ajoutez à cela un salaire horaire 30% plus élevé.

    Si on ramène ces chiffres en temps de travail cela représente une différence d'environ 12h à 13h à salaire égal.

    Si on ramène ces chiffres en niveau salarial, cela représente une de différence de salaire de 40% à 45%  à temps de travail égal.

    Mais chut ! Personne n'en parle, surtout pas en salle des profs. Forcement : la crainte, justifiée, d'un nivellement vers le bas !

    On fait la comparaison entre un agrégé et un instit ? :-)

    Et dans un tel système, il faudrait plus d'égalité pour les élèves !

  • maria1958, le 20/11/2014 à 09:52
    Hélas le graphique montre que la dégradation enclenchée sous Chirac et Sarkozy n'est pas enrayée à la rentrée 2013. 

    Pour rattraper le déficit de profs titulaires accumulé sous la droite + remplacer désormais les départs en retraite + accueillir les effectifs d'élèves plus nombreux, il faut recruter beaucoup plus de nouveaux profs qu'on ne le fait actuellement - et s'en donner les moyens.

    Pour le moment, le Ministère affiche des postes au concours en hausse, et croise les doigts pour qu'ils soient pourvus par l'opération du Saint Esprit....
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces