IATO ? ATOSS ? ADJAENES ? Les méconnus de l'Education nationale 

Quand on parle éducation nationale, on voit profs, on voit chef d’établissement et ça s’arrête là ! On oublie  que des petites mains sont également là pour faire tourner l’ensemble,  nous sommes un tout. L’Éducation nationale emploie environ  deux cent mille non-enseignants … désignés par des acronymes intraduisibles  IATOS ou ATOSS  … Qui sont-ils ? Des ingénieurs, des techniciens, des travailleurs sociaux, des médecins, des infirmières et  des  administratifs…  Entretien avec Isabelle Richard  qui est ADJAENES ! Isabelle Richard a 41 ans. Elle a occupé une poste de secrétaire du Proviseur durant 10 ans dans un lycée classé Z.E.P. Aujourd’hui elle exerce au secrétariat des élèves dans un lycée de l’Essonne

 

Quand on vous demande quelle profession vous exercez que répondez-vous ?

 

Je réponds simplement secrétaire car le titre officiel, ADJAENES, est inconnu de tous : (adjoint administratif de l’éducation nationale et de l’enseignement supérieur)… Je travaille 39 heures par semaines et 41 semaines par an.

 

Le contenu de votre  travail varie sans doute selon les moments de l'année scolaire ?

 

Durant une journée classique je fais essentiellement de la saisie informatique et je réponds aux questions des parents. Mais il y a trois périodes vraiment intenses au niveau de la scolarité. La première, bien sûr, est la rentrée car il faut saisir et vérifier les coordonnées de 2200 élèves de 18 classes de seconde générale ou professionnelle soit 620 nouveaux élèves pour l’année 2014-2015. Le deuxième moment intense, fin janvier, concerne le  Bac blanc (convocation des élèves, photocopies des sujets, préparation des salles, répartitions des copies entre différents correcteurs, saisie des notes,  puis collantes... La troisième période, importante est celle du baccalauréat, en juin, et là nous ne comptons plus nos heures.

 

Percevez-vous le chef d’établissement comme un « patron » ?

 

Je considère le chef d’établissement comme mon patron mais aussi comme un collègue avec qui j’entretiens de très bonnes relations. J’ai travaillé dans le secteur privé plusieurs années (Total et Croix-Rouge) et je ne pense pas avoir eu la même relation. Mais je pense que cela dépend aussi du chef d’établissement, s’il est cordial ou s’il nous montre qu’effectivement il est le chef et que nous ne sommes que des exécutants. A ce jour seul un, me l’a clairement montré.

 

On peut parler de votre salaire ?

 

Oui, on peut en parler ! Je déclare aux impôts 18 354,23€  mais évidemment je n’en touche pas autant. Le travail de secrétariat dans  un établissement scolaire n’est pas bien considéré, ou du moins pas autant que dans le privé sous prétexte qu’il y a la garantie de l’emploi. J’estime que mon salaire mensuel brut devrait être augmenté de  200 €. Et oui, la sécurité de l’emploi ne met pas plus de pain sur la table … 

 

Une secrétaire dans un  lycée  écrit : « Tu n'existes pas, tu n'es rien… C'est les profs et la direction. C'est un travail de l'ombre  »… Que pensez-vous de cette déclaration ?

 

C’est tout à fait vrai, quand on parle éducation nationale, on voit profs, on voit chef d’établissement et ça s’arrête là ! On oublie vite que des petites mains sont également là pour faire tourner l’ensemble, nous sommes un tout …

 

Les professeurs connaissent-ils votre travail ?

 

J’ai de très bons rapports en général avec les professeurs, même si certains montrent parfois qu’ils sont supérieurs à nous. Nous ne sommes que des secrétaires ! Ils ne se rendent pas toujours compte du travail qui nous incombe mais reconnaissent parfois qu’ils n’aimeraient pas être à notre place.  L’année dernière les professeurs de langues m’ont remercié du travail que j’avais fait pour l’organisation des oraux blancs de langues, et pour ma disponibilité, en m’offrant des fleurs. J’ai été touchée … c’est la première fois que je voyais ça.

 

Avez-vous l’impression d’avoir des responsabilités ?

 

Oui, on me fait confiance, on me laisse gérer certains dossiers seule. Mais parfois j’ai l’impression de faire le boulot du chef sans en avoir la reconnaissance !

 

Quel est le meilleur moment dans l’exercice de votre métier ?

 

La réussite au baccalauréat des élèves : entendre leurs cris, à la lecture des résultats… Pour l’anecdote, j’ai même versé une larme pour un élève en difficulté qui était persuadé d’avoir raté son bac et qui ne voyait pas son nom sur l’affichage, mais qui en définitive était bien reçu…

 

Propos recueillis par Gilbert Longhi

 

 

 

Par fjarraud , le mercredi 11 février 2015.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces