Un fort taux d'absentéisme se maintient en lycée professionnel 

Selon une étude de la Depp (division des études du ministère de l'éducation nationale), le taux d'absentéisme se maintiendrait à 11,5% dans les lycées professionnels, un taux très supérieur à celui des lycées généraux (4,6%). Le maintien depuis 4 ans de ces taux montre les faiblesses de la prévention du décrochage dans les établissements. " En 2013-2014, 4 % des élèves ont été absents de façon non justifiée quatre demi-journées ou plus par mois, en moyenne. Ce taux d’absentéisme est stable depuis quatre ans", explique la Depp. "Le taux d’absentéisme annuel est de 2,8 % dans les collèges, de 4,6 % dans les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) et de 11,5 % dans les lycées professionnels (LP)". Le fort écart entre lycée général et professionnel et cette stabilité interrogent.

 

Selon la Depp, le fort taux d'absentéisme constaté en L.P. serait lié à "une orientation plus ou moins désirée, des temps de transport plus élevés". La question de l'orientation vers l'enseignement professionnel revient régulièrement dans les facteurs de décrochage. Le fort taux d'absentéisme, premier pas vers un éventuel décrochage, signale la faiblesse de la prévention du décrochage. Un rapport du Secrétariat général pour la modernisation de l'action publique publié en 2014 signale la faiblesse du budget prévention (136 millions sur 740) et des actions vers les personnels Education nationale. La récente circulaire de janvier 2015 reste assez floue en ce qui concerne la prévention du décrochage et ne devrait pas avoir d'effets sensibles.

 

Quand il ne conduit pas au décrochage, l'absentéisme a un effet important sur la réussite scolaire. Selon PISA, les jeunes absentéistes ont un niveau nettement inférieur à celui de leurs camarades. L'écart représente plus d'une année pour les jeunes Français.

 

L'étude de la Depp montre des écarts très importants entre établissements et entre départements. L'absentéisme est beaucoup plus important en Picardie que dans les autre srégions par exemple. Les écarts sont forts aussi entre établissements : la moitié ont moins de 1% d'absentéistes mais 10% des établissements en ont 13%.  Le phénomène mérite d'être creusé pour connaître la part des écarts de pratiques pédagogiques entre établissements et la part des différences d'enregistrement de l'absentéisme.

 

Etude Depp

Circulaire 2015

Décrochage : analyse

Changer l'école pour réduire le décrochage ?

Le coût pour les élèves

Decrochage : Ce que dit la recherche

 

 

Par fjarraud , le mardi 17 février 2015.

Commentaires

  • mmoatti, le 17/02/2015 à 10:45
    Ce que je constate, c'est que l'absentéisme est pratiqué par des élèves dont l'orientation n'a pas été choisie et qui sont là "par défaut".
    Sans solution à leur proposer, ils se voient effectivement "piégés" pour 3 ans dans une formation qui ne leur plaît pas.
    Certains d'entre eux n'ont eu d'autre motivation que de choisir une filière qui leur permettait de rester avec leurs connaissances, de rester près de chez eux. D'autres n'ont pas trouvé le patron qui les aurait pris en apprentissage et ont complètement négligé de remplir les feuilles de vœux en fin de 3è.
    Négligée en amont, au collège, ignorée par les parents dépassés par la complexité du système ou sans aucune confiance dans un système qui les a eux-mêmes broyés, l'orientation est faite encore trop souvent à la-va-vite sans connaissance réelle des contenus et du déroulement des formations, en ignorant le monde du travail et son marché.
    J'ai déjà entendu répondre à la demande d'un élève : "vas en compta à X, il y a de la place..."
    Combien d'heures devrait-on consacrer à l'orientation ? et particulièrement pour des élèves en difficulté scolaire ?
  • giraud04, le 17/02/2015 à 09:44
    A-t-on comparé le taux de décrochage actuel avec ceux des années où le BAC pro n'était pas systématique ?
    Une partie non négligeable des élèves qui partent en lycée professionnel l'ont choisi pour faire des études les plus courtes possibles d'ou certainement un manque de motivation pour ceux-là, obligés de continuer des études durant 3 ans.
    Ce n'est certainement pas la seule explication, loin de là, mais on ne peut l'ignorer.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide
- De : monique O Publié : jeudi 14 septembre 2017 08:05 Objet : E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide Savez-vous que dans les écoles , les évaluations diagnostiques cp ne sont pas nouvelles! Dans certaines...
Rémi Brissiaud : En maths une réforme hors de portée
- Monsieur Brissiaud, j'ai été très sensibilisée à votre pédagogie des mathématiques en IUFM, il y a 20 ans. Après avoir testé de nombreuses choses (dont Ermel), j'utilise depuis 3 ans votre fichier J'apprends les Maths en CE1 et CE2. Et mes...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces