L'Expresso du 25 février 2015 

Selon le ministère de l'éducation nationale, l’absentéisme dans les lycées professionnels touche 11,5% des élève ne baisse pas depuis quatre ans. L’absentéisme en lycée professionnel n’est pas une découverte. Les établissements les mieux intentionnés s’enlisent soit en se contentant d’une approche à l’ancienne, soit au contraire en sophistiquant  leur méthode au moyen de cartes à puce, code barre, borne de pointage et autre publipostage automatisé des relevés d’absences à l’intention des parents... 

 

Expédients et palliatifs

 

Quelle que soit l’approche technique, le principe de base est le même : un élève absentéiste est un  fautif. En conséquence, on le tance, on l’admoneste, on le menace, on le punit …  sans une réelle prise en charge institutionnelle du phénomène,  sauf à considérer que les  expédients  que sont les sanctions disciplinaires constituent un accompagnement psychopédagogique des élèves concernés. La plupart des lycées professionnels se contentent de faire expier le manque d’assiduité. D’ailleurs, en ce domaine, le ridicule ne tue pas, puisque il arrive qu’un établissement exclue temporairement un absentéiste au moment où il tente de revenir en classe, précisément pour ne lui accorder aucune impunité sur son passif.

 

Face à l’absentéisme  un lycée fait feu de tout bois. En l’occurrence, quatre palliatifs sont  prééminents. Le premier est le recours aux parents : l’administration exige que la famille obtienne l’assiduité de l’élève. Cet ultimatum est parfois appelé contrat d’assiduité. En cas d’échec, une exclusion définitive est envisagée.  Le deuxième palliatif est l’éclectisme : dès qu’un élève est catalogué absentéiste, une kyrielle d’adultes  peut s’intéresser à son cas, chacun dans une spécialité, pas toujours de manière concertée, avec des objectifs et des références hétéroclites. En définitive, autour des absentéistes, on assiste à une prolifération de discours émanant indifféremment des professeurs principaux, conseillers d’éducation, chefs d’établissement, assistantes sociales, infirmières et parfois de conseillers d’orientation …  Cette cacophonie se présente parfois comme une écoute de l’élève et  un travail sur l’absentéisme. Le troisième palliatif est une obnubilation entrepreneuriale. Il consiste à considérer que les absentéistes doivent trouver une voie de repentance (ou de résilience) dans l’acquisition rapide d’un métier. Le lycée fait alors le pari que les patrons sur le terrain  et dans les centres de formation pour apprentis (CFA) peuvent venir à bout d’un problème de fréquentation  que l’école pas réussi à régler. Le même mécanisme fonctionne pour le quatrième palliatif qui relève également de la logique du mistigri. Elle consiste à médicaliser l’approche de l’absentéisme en considérant que  l’élève doit être pris en charge dans un cadre psychothérapique par exemple pour phobie scolaire.

 

(...)
25/02/2015 à 05:42  |  (2 commentaires)
Le fait du jour

Profs qui êtes-vous ? C'est la question que traite le rapport réalisé par l'ENFA sur "le travail enseignant dans les établissements de l'enseignement agricole public". Sous le boisseau depuis 2013, Le Café pédagogique exhume ce rapport réalisé par Audrey Murillo, sous la responsabilité de Jean-François Marcel et Marie-Hélène Bouillier-Oudot. Le rapport donne une vision positive et attachante d'une profession où les peines et les joies sont toujours en rapport avec les élèves. Il nous fait pénétrer les discussions de la salle des profs. Il observe ce qui se dit durant les cours. Il sonde les coeurs et les pratiques. Les enseignants de l'éducation nationale découvriront des professeurs qui leur ressemblent sur bien des points sauf que dans l'enseignement agricole les relations avec l'institution semblent pacifiées et si simples...

(...)
25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)

Comment évoquer la Shoah par la fiction cinématographique en refusant la reconstitution historique ? Dans l’esprit de la démarche documentaire de Claude Lanzmann, le cinéaste Joseph Morder choisit de recourir au comble de l’artifice –un duo de comédiens et des décors en toiles peintes-pour suggérer l’indicible. En un geste poétique radical, « La duchesse de Varsovie » nous propose, en effet, de cheminer, au cœur d’un Paris de carton-pâte et de couleurs rêvées, aux côtés de Nina, émigrée juive polonaise, et du jeune Valentin, peintre en mal d’inspiration. Au fil de leur déambulation émotionnelle, sur les traces dessinées des héros des comédies musicales hollywoodiennes, la grand-mère et son petit-fils renouent à la fois les fils de la mémoire traumatique et les liens nécessaires à la transmission. Par la force de son témoignage, l’ancienne déportée, dans la gaité retrouvée, ouvre au jeune homme la voie du désir et de l’émancipation. Ainsi d’une fiction revendiquée comme telle surgit l’étincelle de vérité sur un passé ‘qui ne passe pas’ et nous regarde tous.

(...)
25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
Le système
S Le Foll et N Vallaud Belkacem en janvier 2015En visite au Salon de l'agriculture le 24 février, avec S Le Foll, N  Vallaud Belkacem a annoncé sa volonté de relancer l'éducation à l'alimentation. "La loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt (LAAAF), promulguée le 13 octobre 2014, inscrit l’éducation alimentaire de la jeunesse comme l’un des quatre axes prioritaires de la politique publique de l’alimentation", explique le ministère. "Traduisant cette priorité, la LAAAF a également modifié le code de l’Éducation pour qu’une information et une éducation à l’alimentation soit dispensée dans les écoles, dans le cadre des enseignements ou du projet éducatif territorial." Des actions d’éducation à l’alimentation pourront être proposées dans les écoles et le ministère mettra à disposition des supports pédagogiques et un "centre de ressources "à la rentrée 2015.
25/02/2015 à 05:42  |  (2 commentaires)
Le système

Selon une étude de la Depp (division des études du ministère de l'éducation nationale), le taux d'absentéisme se maintiendrait à 11,5% dans les lycées professionnels, un taux très supérieur à celui des lycées généraux (4,6%). Le maintien depuis 4 ans de ces taux montre les faiblesses de la prévention du décrochage dans les établissements. " En 2013-2014, 4 % des élèves ont été absents de façon non justifiée quatre demi-journées ou plus par mois, en moyenne. Ce taux d’absentéisme est stable depuis quatre ans", explique la Depp. "Le taux d’absentéisme annuel est de 2,8 % dans les collèges, de 4,6 % dans les lycées d’enseignement général et technologique (LEGT) et de 11,5 % dans les lycées professionnels (LP)". Le fort écart entre lycée général et professionnel et cette stabilité interrogent.

(...)
25/02/2015 à 05:42  |  (1 commentaire)
Le système

" Le projet de circulaire prévoit que « lorsque l’application des pondérations donne lieu à l’attribution de moins d’une heure supplémentaire, l’enseignant pourra être tenu d’effectuer, en sus, une heure supplémentaire entière. » Mécaniquement, ce dispositif va entrer en contradiction avec le décret qui pose qu’on ne peut imposer qu’une seule heure supplémentaire. Pour le SE-Unsa, ce n’est pas acceptable", affirme le syndicat dans un communiqué du 24 février. Le syndicat demande également la rémunération en HSE de l'heure de vie de classe.. Le syndicat soulève aussi la question des heures d'enseignement des professeurs documentalistes, la circulaire étant décalée par rapport aux pratiques.

 

Communiqué

Vagues syndicales sur le sobligations de service

25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
Le système

A quelles aides financière aurai-je droit pour mon PEDT ? Qui contacter pour le mettre en place ? Comment le faire accepter par les enseignants ? Le nouveau site du PEDT s'adresse aux élus locaux pour aborder les différentes facettes du PEDT.

 

Le site

25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
Le système

A quelle décharge aurai-je droit à la rentrée 2015 ? Le Snuipp détaille les changements à la rentrée tels qu'ils ont été actés en décembre 2013.

 

Le communiqué Snuipp

En décembre 2013

25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
Le système

"Educalab est un lieu d’innovation et d’accélération de projets dans le domaine de l’e-éducation, de la formation et de l’éducation au numérique. Il agit sur l’écosystème de l’éducation numérique par un ensemble d’initiatives et une offre de services pour répondre aux enjeux de transformation de ce secteur, de création de valeur et d’innovation en mode projet." Lancé par Cap Digital avec le soutien de la région Ile-de-France, le nouvel educalab sera inauguré par H Zoughébi le 3 mars. L'Educalab offrira notamment deux salles de cours "innovantes".

 

Le projet

25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
Le système

La liste des disciplines volontaires pour enseigner l'enseignement moral et civique (EMC) s'allonge avec  l'économie gestion. L'Apeg "se félicite que le nouvel enseignement moral et civique au lycée soit en cohérence avec les disciplines d'économie-gestion". Après avoir rappelé que l'économie gestion comprend du droit, l'Apeg avance un autre argument : "Ce nouveau projet préconise des mises en situation de recherche, des débats, des travaux de groupes. Ceci correspond au cadre de la préparation de l'épreuve de l'étude en première et du projet de terminale".

 

Communiqué

25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
La classe

Jeudi 8 Janvier au "Quoi de neuf?", aucun enfant spontanément n'a parlé de Charlie, c'est donc moi qui me suis inscrite pour leur en parler. Un long moment d'échanges et d'éclaircissements : Charlie est un journal, très peu d'entre eux le savaient; Liberté de penser, de dessiner, de caricaturer, etc.

(..)
25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
La classe

"Ignorer l'orthographe au prétexte que la pédagogie Freinet se fonde principalement sur l'apport de l'enfant qu'il ne faudrait pas détourner de son projet créatif par des considérations embarrassantes, c'est jouer le jeu des déterminismes sociaux". Alors puisque nosu sommes condamnés à apprendre la maitrise de l'orthograhe, Le Nouvel Educateur n°221 invite à échanger sur le "comment faire".  Le numéro propose de nombreux articles sur le spratiques créatives qui permettent de concilier el vrai travail porteur de sens  et le coté peu exaltant des usages orthographiques.

 

Le Nouvel Educateur, n°221.

 

Le sommaire

 

25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
L'élève

Pour fêter le printemps des poètes, Rue du monde publie 4 nouveaux titres de la collection Les petits géants. La collection, pour quelques euros, associe un poème et un illustrateur dans un format accessible à partir de 2 ans. "C'est demain dimanche" réunit un poème de Philippe Soupault aux dessins de Nathalie Choux pour un résultat époustouflant. "Image" réunit Guillevic et les dessins de Clotilde Perrin. L'enfant précoce est un poème de René Guy Cadou illustré par Solenne Larnicol, "La réunion de famille" est de Jacques Charpenreau illustré pat Silvia Bonani.

 

Philippe Soupault, Nathalie Choux, C'est demain dimanche, Rue du monde, ISBN 978-2-35504-358-1 , 7,50 €.

25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Le SIG Lab, créé par le Système d'information du gouvernement (SIG) a réuni le 12 février Rudy Reichstadt de Conspiracy Watch, Laurent Bazin, journaliste, et le chercheur Nicolas Vanderbiest pour un échange sur les ressorts du conspirationnisme. Rudy Reichstadt y déconstruit la mécanique du complot  et N Vanderbiest fait ue analyse sociologique distinguant producteurs, relis et consommateurs. La conclusion penche bien sur vers l'éducation aux médias.

 

Lutter contre le conspirationnisme

25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Le SIG Lab, créé par le Système d'information du gouvernement (SIG) publie une enquête sur les usages Internet des Français et la place qu'ils accordent à l'information gouvernementale sur Internet. Ainsi les 3 premiers critères pour estimer la validité des informations d'un site sont sa réputation, le fait de le connaitre et son nom... La présence du gouvernement sur les réseaux sociaux est davantage approuvée et les réticences sur el partage d'informations gouvernementales est en baisse.

 

L'enquête

25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Comment la loi Abeille affecte-elle les écoles ? Selon le ministère, "l'interdiction du wifi concerne seulement les établissements mentionnés dans le code de la santé publique qui accueillent les enfants de moins de 3 ans (crèches et jardins d'enfants)". Les maternelles ne font pas partie de ces établissements et le wifi y reste autorisé.


(..)
25/02/2015 à 05:42  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le mercredi 25 février 2015.

Partenaires

Nos annonces