Pour un meilleur suivi des élèves, la Cour des comptes recommande l'annualisation du temps de travail des enseignants 

Non je n'ai pas changé d'avis, semble dire la Cour des comptes. Face aux difficultés des élèves, il faut améliorer la gestion des enseignants. Cette analyse est à nouveau portée par la Cour des comptes dans une étude minutieuse des dispositifs de soutien aux élèves publiée le 4 mars. La Cour des comptes renoue avec ses recommandations de 2013 en demandant l'annualisation des temps de service des enseignants. Une nouvelle gestion qui économiserait de nombreux postes... Et qui nous ramène aux projets Chatel.

 

Présenté par Didier Migaud, président de la Cour des comptes, Sophie Moati, présidente de la 3ème chambre et Henri Paul, rapporteur général, le 4 mars le rapport repose sur une enquête minutieuse menée dans 6 académies et 21 établissement. S'y ajoute une étude portant sur pas moins de 880 écoles et établissements.

 

La Cour relève d'abord les "hésitations" du ministère à propos des dispositifs d'aide. On est passé de l'aide aux élèves en difficulté à l'accompagnement de tous les élèves, note-elle. Tout cela s'est fait à travers un catalogue "hétéroclite" de mesures  bien connues des enseignants (PPRE, accompagnement personnalisé, accompagnement éducatif, APC, tutorat etc.). La Cour relève que les professeurs y perdent leur latin, d'autant que ces dispositifs se succèdent rapidement. Elle montre aussi les carences. Il n'y a pas de continuité entre école, collège et lycée. Il n'y a rien pour les élèves de CAP alors que les besoins sont importants. "Le collège apparaît comme le parent pauvre des dispositifs d’individualisation développés dans les années récentes, qui ont surtout concerné le primaire et le lycée. Cette situation est d’autant plus paradoxale que le besoin d’individualisation se fait particulièrement ressentir au collège et que les toutes premières tentatives d’individualisation se sont manifestées au niveau du collège", note la cour.

 

La Cour pose aussi la question de l'individualisation des apprentissages. "Les dispositifs conçus spécifiquement à des fins d’individualisation, même lorsqu’ils sont intégrés au temps d’enseignement commun comme l’accompagnement personnalisé, constituent une séquence non notée, qui n’est de ce fait pas forcément prise au sérieux par les élèves, voire par certains enseignants. Il en résulte un risque d’absentéisme des élèves – ou d’engagement inégal des  enseignants. Les inspections générales l’avaient souligné dans leur rapport précité d’octobre 2010 consacré à l’ensemble des dispositifs d’aide et d’accompagnement des élèves. De manière plus générale, il paraît illusoire d’attendre des bénéfices de dispositifs d’individualisation si le paradigme général de l’enseignement demeure celui de l’uniformité".

 

Elle soulève aussi le coût des dispositifs. Même s'il n'est aps calculé officiellement, la Cour l'évalue à environ 2 milliards.

 

Comme remède la Cour recommande l'"annualisation du temps de travail des enseignants du secondaire de façon à intégrer le suivi aux obligations de service. Pour la cour cela permettarit de "revoir la définition du temps de service des enseignants du second degré pour l’élargir à des plages obligatoires dédiées aux autres missions de l’enseignant et notamment aux dispositifs d’individualisation (suivi individuel des élèves, temps de concertation, évaluation des besoins des élèves, etc.) (recommandation réitérée). Cela aurait aussi l'avantage de   "donner aux directeurs d’école et aux chefs d’établissement la possibilité de moduler la répartition du temps de service des enseignants et des emplois du temps des élèves en fonction des besoins des élèves, notamment en prévoyant la mise en place sur l’année scolaire de plages horaires variables de soutien et d’accompagnement (recommandation réitérée)". S'ajoute à ces recommandations la demande d'un effort de formation. La Cour relève par exemple que dans la moitié des collèges aucun enseignant n'a reçu de formation pour l'accompagnement des élèves.

 

En fait la Cour des comptes reprend ses recommandations de 2013. L'annualisation consiste à passer d'obligations hebdomadaires (18 heures de cours par exemple) à un nombre d'heures dues annuellement.  Pour la Cour cela permettrait de reconnaitre des tâches qui ne sont pas rémunérées aujourd'hui. Par exemple pour le fonctionnement de l'équipe pédagogique. La Cour relève justement qu'il y a beaucoup d'hypocrisie dans le fait de parler d'équipe sans lui donner les moyens d'exister. Mais l'annualisation sert surtout à récupérer un nombre important d'heures perdues. Les gains les plus importants peuvent être attendus dans le technologique et le professionnel où les élèves partent en stage en entreprise. Tout ce temps serait récupéré pour l'enseignement. "L'annualisation du temps de service conduirait à dégager d'importantes économies de postes. Cela faciliterait grandement l'organisation des activités scolaires en particulier les remplacements", reconnaissait le rapport de 2013. Comment faire travailler plus pour le même salaire les enseignants peut se traduire en gains scolaires pour les élèves, cela reste à démontrer.

 

François Jarraud

 

Cour ds comptes

Le rapport de 2013

 

 

Par fjarraud , le mercredi 04 mars 2015.

Commentaires

  • Delafontorse, le 04/03/2015 à 17:59
    Les commentateurs ci-en bas qui avancent que le Décret Peillon-Hamon n'a rien changé devraient attendre les grèves de la rentrée 2015, lorsque ce décret sera applicable et appliqué à l'ensemble des professeurs et que ces derniers découvriront leurs nouveaux emplois du temps et surtout leur nouvelle fiche de paie. Pour l'instant le diagnostic de ces commentateurs montre surtout qu'ils ne savent pas lire car ce décret annualise les services des enseignants et leur crée des missions obligatoires non rémunérées en nombre indéfini, les missions sur la base du volontariat étant en passe, elles, d'être rémunérées par des IMP qui ne constituent qu'une alternative au lance-pierre.
    Il serait temps de se réveiller... et de cesser d'endormir vos collègues ! Septembre 2015 risque de vous faire un drôle d'effet...
  • courchois, le 04/03/2015 à 16:59
    Sujet sensible dans le monde enseignant, et c'est normal. Je suis aussi enseignant et personnellement plutôt pour... mais sous conditions:
    - je fais mon boulot sur mon lieu de travail et plus rien quand je rentre chez moi.
    - l'annualisation suppose que des heures sup seront effectuées en masse quand le quota sera atteint (et il le sera quand on voit le nombre de classes dans lesquelles il manque des profs par crise de recrutement). Ces heures sup devront être payées.... et c'est là que ça risque de coincer. Regardez ce qu'a donné l'annualisation dans la fonction hospitalière: des quantités tellement énormes d'heures sup qu'elles ne pourront être payées.... ça fait rêver l'annualisation, non!!!

    Donc oui pour ce système MAIS avec des garanties solides sur ces deux points!!! On peut toujours rêver!
  • Guillaume35, le 04/03/2015 à 13:01
    La  Cour des Comptes dit des choses de bon sens. La réforme de Vincent Peillon sur les statuts des professeurs n'a quasiment rien changé.
    Il n'y a pas de travail en équipe au collège (ou seulement sur la base volontaire des enseignants) et un accompagnement personnalisé très faible parce que cela ne fait pas partie du statut des enseignants du 2nd degré.De plus, il, n'y a pas d'obligations de présence ce qui explique qu'il est quasi-impossible de réunir les enseignants sauf à faire des journées pédagogiques où les élèves sont renvoyés chez eux !.

    En primaire, l'aide aux élèves et les concertations  (qui permettent un vrai travail d'équipe) font partie des 3h  d’obligations de service hebdomadaires (24h d'enseignement + 3h).
    Pourquoi les syndicats du secondaire s'arc-boutent sur les 18h d'enseignement  et  ne feraient pas comme le primaire? Le travail en équipe ce n'est pas une perte de temps au contraire. Cela permet de préparer des séquences, de se répartir le travail, d'aborder les difficultés de nos élèves et de proposer des solutions.

    Si on regarder du côté des Maisons Familiales Rurales, ces établissements arrivent à faire progresser des élèves en grande difficulté et obtiennent des bons taux de réussite. Pourquoi ? parce que les enseignants ne font pas seulement cours : ils sont présents dans l'établissement toute la semaine; ils travaillent en équipe, ont du temps pour accompagner les élèves et quand ils rentrent chez eux, leur travail est fait. Leur temps de travail est annualisé.
    On entend souvent l'argument : ah mais les professeurs font plus que 18h par semaine. Mais bien sûr ! Alors pourquoi ne pas vouloir le reconnaître ? Cessons les dogmatismes, soyons PRAGMATIQUES !
    • Delafontorse, le 04/03/2015 à 17:55
      La réforme Peillon n'a rien changé... parce qu'elle n'est pas encore appliquée et ne le sera qu'à la rentrée 2015. Renseignez-vous !
    • amalric, le 04/03/2015 à 14:05
      Faire concorder les emplois du temps des collègues d'une classe pour dégager des plages de dialogue sans tenir compte des contraintes de disponibilités des classes....bon courage !

       Je bosse 19,30 heures par semaine de cours effectif avec un emploi du temps en gruyère du lundi 09 heures au vendredi 17 heures sans demi journée de libre....je fais quoi avec cet emploi du temps pour me concerter avec des collègues qui n'ont pas une disponibilité horaire extensible.

      L'obligation de présence est par contre effective, puisqu'entre deux cours, je ne vais pas rentrer chez moi : je suis donc présent dans l'établissement toute la journée.

       Et sinon, c'est payé combien ? Annualiser le temps de travail ? d'accord avec la pointeuse comme dans les collectivités territoriales avec paiement des heures sup. Sinon le forfait pigeon, ce sera sans moi.



      • eplantier, le 04/03/2015 à 14:38
        "Je bosse 19,30 heures par semaine de cours effectif avec un emploi du temps en gruyère du lundi 09 heures au vendredi 17 heures sans demi journée de libre..."

        Eh bien voyons ! Et ma grand-mère est Reine d'Angleterre ! Vous seriez bien le seul de France.
        Halte à la désinformation.
        • amalric, le 04/03/2015 à 16:13
          Mes amitiés à votre grand-mère !

           Désinformation ???? Précisez votre pensée !

            J'ai omis de pointer les 18 conseils de classe annuels , les quelques réunions parents profs (3 soirées à l'année), les réunions diverses (LPC, projet d'établissement
          préparations de rentrée, etc).

           " Pour la Cour cela permettrait de reconnaitre des tâches qui ne sont pas rémunérées aujourd'hui. Par exemple pour le fonctionnement de l'équipe pédagogique."

           On y croit très fort ! Grosse ficelle traditionnelle.

           
          • Delafontorse, le 04/03/2015 à 18:04
            Mais à partir de la rentrée 2015, toutes ces tâches feront partie de vos obligations de service, sans rémunération supplémentaire ! C'est Migaud et Plantier qui vont être contents.
            • amalric, le 04/03/2015 à 19:28
              C'est bien comme ça que je vise ce nouveau texte et surtout le décret Hamon.

              Mon emploi du temps ne me permet pas de caler des concertations et si la rémunération n'y est pas....je ralentirai la cadence. Tous les ans, mon traitement diminue, tandis que ma charge de travail augmente sans parler du coût de la vie.
              Je n'ai pas vocation à finir sur la croix pour les beaux yeux de l'Educatation nationale et un enseignant bien tondu ne fait pas un meilleur pédagogue

               Si des candidats au martyre se gargarisent de leur bonne volonté, c'est leur choix à mon avis mal inspiré. Pour connaître des policiers et des infirmiers, le paiement des heures supplémentaires tient plus du mirage. Bref, travailler plus pour m....

              L'UMP en rêvait, le PS l'a fait...les échéances électorales vont être agitées et certains vont découvrir les joies du siège éjectable.
      • Guillaume35, le 04/03/2015 à 14:24
        En primaire, on fait une heure et demie de concertation quand les élèves sont partis !
        Et si l'obligation de présence dans le secondaire est effective, pourquoi alors ne pas le reconnaître dans le statut ?

  • Delafontorse, le 04/03/2015 à 10:56
    Et les enseignants demandent aux commissaires aux Comptes, manifestement plus soucieux de propagande et d'idéologie néolibérales que de faire correctement leur travail, de lire le Décret Hamon en date du 23 août 2014, qui casse les statuts des professeurs et annualise leur temps de travail.

    Ce Décret a été concocté par Peillon et Hamon précisément pour obéir aux injonctions de la Cour des Comptes, ou plutôt de monsieur Migaud, qui tient lieu en France de tête de pont du lobby défendant les intérêts des 1%.
    • eplantier, le 04/03/2015 à 14:41
      "le Décret Hamon en date du 23 août 2014, qui casse les statuts des professeurs et annualise leur temps de travail"

      Le nouveau statut n'a quasiment rien changé, et vous le savez bien. Encore un enfumeur...
      Et sinon, quid des élèves, de leur réussite, hmmhmm ?
      • Delafontorse, le 04/03/2015 à 17:57
        Le nouveau statut ne sera effectif qu'à la rentrée 2015 ! Encore un enfumé !!
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces