Que faire quand on manque de profs de maths ? 

La France a du mal à recruter des professeurs de maths : au concours externe du capes 2014 seulement 838 postes ont été couverts sur 1243 proposés.  Elle n'est pas la seule. La première place financière européenne, l'Angleterre a le même problème. Le gouvernement entend attirer des candidats vers l'enseignement en accordant de nouvelles primes aux futurs enseignants.

 

Les futurs enseignants de maths pouvaient déjà bénéficier d'une prime de 40 000 livres. Le gouvernement vient d'ajouter une bourse de 15 000 livres pour les étudiants d'un bon niveau scientifique qui s'engagent à devenir professeur de maths, physique-chimie ou informatique. Au total c'est 55 000 livres, c'est 55 000 livres, 78 000 euros que touche un étudiant pour entrer dans l'enseignement.

 

Article BBC

 

Par fjarraud , le jeudi 12 mars 2015.

Commentaires

  • ProfMathsIndependant, le 13/03/2015 à 11:47
    78 000 € pour 3 ou 4 année d'études supérieures et devenir Prof de Maths ?
    Croyez vous UNE SEULE SECONDE que le gouvernement français va envisager ce genre de mesure?
    Les 3 derniers concours CAPES et Agreg affichent un déficit de plus de 2000 postes vacants, plus ceux qui sont déjà contractualisés, et ceux qui vont apparaître avec les départs à la retraite, les démissions, les arrêts maladie/maternité, etc...Il y a donc un déficit de 10 000 profs de maths !
    A Rouen, vous êtes contractualisés en un coup de fil !  
    Des prérecrutements ? Pour gagner 2000 € au bout de 10 à 15 alors que vous gagnez pas de loin de 3000 nets dans le  privé au début, sans les primes ? Certes, pas les mêmes métiers, mais on y est au final beaucoup plus respecté par tous. J'ai moi même bossé dans le privé, pour des salaires certains mois de 7000 à 8000 €, nourri, logé, blanchi. Mais avec des semaines de 5 jours et demi de boulot 8h30 20h !
    Les jeunes ne sont plus intéressés par les études scientifiques, qui sont difficiles, mal reconnues par famille, amis, et aux débouchés plus que hasardeux si l'on se contente de faire bac +5 ou 8, sans essayer de sortir du lot ! Chômage assuré !
    La plupart préfèrent faire un diplôme de vendeurs de jambons, Ecole de Commerce, ou bien Escrocs professionnels: Médecins, Hussiers, assureurs, banquiers, etc...
    Faire 5 années d'études supérieures, pour finir au smic prof, se faire insulter par les élèves, les parents, les amis et famille, hiérarchie non solidaire, autant faire autre chose ! Même les 5 mois de vacances ne sont même plus un argument !
  • maria1958, le 12/03/2015 à 08:41
    Article BBC fort intéressant, où l'on voit que, dans l'intérêt de l'économie britannique qui a et aura besoin de diplômés scientifiques, et en réponse à l'exigence légitime des parents d'élèves qui veulent que leurs enfants aient des profs de maths et de sciences qualifiés, le gouvernement anglais juge bon d'investir dans le financement des études supérieures des bacheliers scientifiques de bon niveau, contre l'engagement de ces étudiants à enseigner 3 ans (sinon il leur faudra rembourser). 

    Bref, le gouvernement anglais met en place des prérecrutements - qui marchent déjà très bien à Singapour, entre autres, comme le dit l'OCDE.

    Et en France me direz-vous, que fait le gouvernement pour sortir de la crise de recrutement et de la pénurie aigue de profs titulaires ? 
    Eh bien..... rien !
    A part recruter toujours plus de contractuels, balancés dans les classes sans formation, et qui quittent le navire dès qu'ils trouvent mieux, tant ils sont surexploités.
    Education, priorité nationale, qu'ils disaient.
    • thais8026, le 12/03/2015 à 13:31
      Le pré recrutement est nécessaire mais très insuffisant, un étudiant qui a un bac+5 en mathématiques à des perspectives de carrière beaucoup plus intéressante dans le privé que dans l'enseignement.
      On trouvera simplement des stratégies qui consistent à prendre l'argent pour faire ses études puis à passer les concours pour les rater. Car la contrepartie est toujours de devoir passer le concours un certains nombre de fois et non de le réussir.
      En effet en Angleterre et à Singapour, un professeur gagne bien sa vie ce qui n'est plus le cas en France donc....
      • maria1958, le 12/03/2015 à 16:02

        Bien d'accord avec vous: revaloriser les métiers de l'enseignement est urgent, pour leur redonner une attractivité comparable aux autres débouchés qui s'offrent aux diplômés, sinon on ne trouvera pas les 150 000 nouveaux profs prévus dans la Loi de Refondation. 
        Mais sans attendre la revalo, on pourrait au moins aider des étudiants qui aujourd'hui, malgré les conditions actuelles de rémunération des profs, veulent devenir enseignants, il y en a et ils ont bien du mérite ! Et pourtant on ne les aide pas ! 

        Pourquoi pas prérecruter, en particulier dans les disciplines déficitaires ? C'est ce que préconisait un rapport de l'Inspection Générale de..... juin 2013.

        Dans un véritable prérecrutement, type IPES, cycles préparatoires ou ENS, l'étudiant est rémunéré comme élève-fonctionnaire pour étudier à temps plein, se présenter au concours de recrutement ET servir ensuite l'Etat, qui l'a financé, plusieurs années après réussite au concours. Ou alors il doit rembourser les salaires perçus pendant ses années d'étude.  L'Etat est donc assuré d'un "retour sur investissement".

        C'est la différence avec des dispositifs light où il n'y a pas d'engagement à réussir le concours, mais seulement à s'y présenter deux fois (jadis pour les Allocations d'enseignement des années 90), ou une fois (pour les actuels Emplois d'Avenir Professeur). Avec pour résultat, en effet, des effets d'aubaine  - et en outre pour les EAP, énormément de démissions en cours de route, et d'échecs, car ils préparent le concours tout en travaillant en établissement = salariat concurrent des études, ce qui fait de ce dispositif une passoire et un leurre.

        Trois sessions de concours calamiteuses après, le ministère n'envisage toujours aucun prérecrutement ! On attend encore ses arguments pour ne pas le faire !

        A un moment, on se demande si le gouvernement veut recruter des titulaires sur ses 60 000 postes, ou pas ? 

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces