La médiatrice de l'Education nationale face au mouvement des enseignants  

"Il faut prendre soin des jeunes profs". Médiatrice de l'éducation nationale depuis 6 ans, Monique Sassier va quitter la rue de Grenelle. Pourtant, le 18 mai, c'est aux jeunes enseignants stagiaires et aux enseignants en début de carrière qu'elle a consacré une bonne partie de son rapport annuel. Le rapport évoque aussi les difficultés des étudiants et demande à améliorer l'évaluation des examens.

 

Cette année encore, la  médiatrice de l'Education nationale a reçu près de 11 400 demandes, un total quasi stable par rapport à 2013. Un quart de ces dossiers proviennent du personnel de l'Education nationale , le reste venant des "usagers" c'est à dire des familles. Les enseignants ont déposé 2 600 demande sen 2014 soit 16% de plus qu'en 2013. Surtout la géographie des saisines a changé : 40% viennent du secondaire , en forte hausse avec le supérieur, alors que, selon M Sassier, les inspecteurs du primaire ont fait chuter les demandes. Et dans les dossiers déposés par le personnel enseignant, les questions d'affectation dominent avec 875 dossiers et augmentent rapidement (+25% en un an).

 

Le mouvement au coeur des problèmes des enseignants

 

Le premier point de friction avec l'institution concerne les mutations. Là les dossiers ont augmenté de 33% en un an. Dans el premier degré le problème apparait en cours de carrière. " Un certain nombre d’enseignants passent en effet le concours dans des académies où il paraît plus accessible (le ratio « nombre de candidats sur nombre de postes offerts » étant plus favorable). Ces académies sont le plus souvent celles où les conditions de vie et d’enseignement sont les moins faciles. Lorsque les enseignants concernés souhaitent au cours de leur carrière être mutés dans une région plus attractive, ils éprouvent le plus souvent de grandes difficultés", explique M Sassier. Dans le second degré les problème se posent dans certaines  disciplines comme la technologie, les STI ou l'EPS.

 

Enfin il y a la question des contractuels. Pour eux c'ets la titularisation qui souvent est problématique. Le contractuel n'a pas forcément été informé qu'il passait au mouvement national après la titularisation. Parfois elle implique pour sauvegarder la vie de famille des frais qui rendent sans intérêt le concours. M Sassier cite le cas d'un professeur qui aurait du dépenser 2100 euros par mois de loyer et frais d e transport pour bénéficier de son concours alors qu'il gagne 1280 euros nets...

 

M Sasier demande que soient pris en compte de façon pérenne les points gagnés en éducation prioritaire. Elle souhaite aussi que les mutations soient possibles dans le cadre de familles disciplinaires , qu'un professeur de physique puisse muter sur un poste de SVT par exemple au moisn au collège. Cela renforcerait l'EIST. .

 

L'affectation des stagiaires est une autre source de réclamations. Pour M Sassier, l'information des stagiaires est insuffisante. Et cela vient de loin : en 2014 la circulaire sur l'affectation est parue trop tard pour que les stagiaires sachent par exemple que le lieu d'inscription a concours a son importance...

 

M Sassier demande que les stagiaires soient affectés dans leur académie de nomination  de façon à diminuer les déménagements et les frais. Elle souligne aussi les difficultés de communication avec l'administration et de compréhension des notes écrites en langage administratif.

 

Revoir les commission d'harmonisation du bac

 

Les questions d'évaluation aux examens connaissent une forte hausse en 2014 (+20%). M Sassier souligne là aussi les difficultés de communication avec l'administration. "On est effrayé par ses réponses normatives" , explique M Sassier. Elle pose la question de la vérification de l'évaluation au bac par les commissions d'évaluation. "On le sa tellement dématérialisées qu'on ne sait plus si elles se sont tenues" ironise M Sassier. Ce sentiment est renforcé pâr l'absence de procès verbal. Du coup "cela nuit à l'égalité" explique -t-elle , les notes pouvant varier fortement d'un endroit à un autre. M Sassier demande que les commissions tiennent des procès verbaux ou que la procédure devienne réglementaire.

 

Elle soulève aussi des questions liées aux modifications du bac. Elles ont des effets en cascade sur les candidats. Par exemple le rétablissement de l'épreuve de terminale en histoire géo en série S a fait qu'on a demandé à certains élèves de passer des épreuves sur des points non vus en classe. M Sassier demande la création d'un comité des usagers qui puisse anticiper sur les problèmes.

 

Pendant 6 ans M Sassier a poursuivi avec obstination certains dossiers faisant fléchir l'administration petit à petit. Son rapport présente les séquences d'arbitrage avec la Dgesco. Cette obstination c'est le vrai trésor du médiateur d el'Education nationale.

 

François Jarraud

 

Le rapport

 

 

 

Par fjarraud , le mardi 19 mai 2015.

Commentaires

  • maria1958, le 19/05/2015 à 08:45
    Concernant les affectations des profs stagiaires, utilisés comme moyens d'enseignement, le rapport de la médiatrice confirme a posteriori le constat fait dès l'été 2014:

    DES AFFECTATIONS CATASTROPHIQUES

    La réforme a créé une chimère : l’étudiant – fonctionnaire stagiaire qui doit, après le succès au CAPES, valider pendant son année de stage la 2e année de master. Or, avec l’autonomie des universités, pour conserver une cohérence dans sa formation, il doit, en tant qu’étudiant, rester dans son académie d’inscription à l’université. Oui mais voilà, il est aussi fonctionnaire stagiaire. Or ces derniers sont utilisés comme moyens d’enseignement et d’éducation. Certes, ils ont un tuteur, mais ce dernier ne vient que ponctuellement, la quasi-totalité du temps, ils sont seuls avec les élèves. L’affectation dans un établissement suit donc une logique de gestion des personnels plus qu’une logique de formation : ils sont affectés là où il y a des besoins et si possible avec un tuteur.

    L’affectation des stagiaires est problématique depuis 2010 avec le resserrement du calendrier, la suppression des groupes de travail avec les organisations syndicales. Ce travail dans l’urgence entraîne de nombreuses erreurs, dont les conséquences cette année du fait de la réforme sont lourdes : stagiaires affectés en dehors de leur académie d’inscription à l’université alors qu’ils doivent valider leur master, blocage des postes de stagiaires pour les étudiants qui doivent valider le master MEEF entraînant l’affectation de nombreux chargés de famille très loin de leur domicile. Des révisions d’affectation existent pour corriger ces erreurs normalement, mais la crise de recrutement est telle, que le ministère a été dans l’incapacité de retirer des académies notamment de Créteil et Versailles les stagiaires mal affectés ! Voir notre site : http://www.snes.edu/Affectation-des-laureats-au-CAPES.html 

    Des avancées, notamment pour les lauréats ex-contractuels, ont été obtenues pour les affectations 2015,
    http://www.snes.edu/Textes-officiels,12943.html
    mais pour "prendre soin des jeunes profs", il y a encore des progrès à faire !
    A commencer par la revalorisation de leur salaire, qui a été baissé à 1,1 SMIC !


Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces