Collège : Le Sénat achoppe sur les parents 

Plus de trois heures d'audition attendaient la commission des affaires culturelles du Sénat qui recevait le 27 mai les syndicats enseignants et les parents. Au terme d'une audition houleuse, la majorité sénatoriale semble autant apprécier le Snalc que rejeter le Se-Unsa. Mais l'audition se termine mal pour elle quand elle découvre que les trois associations de parents sont partisans de l'interdisciplinarité...

Sarcasmes sur le Se-Unsa

 

"La réforme du collège  est loin de faire consensus.. Ses principales dispositions sont contestées", explique Catherine Morin-Desailly, présidente de la commission, qui ouvre les débats. Peu de surprises dans les interventions syndicales. F Rolet, pour le Snes, explique que la réforme "se contente de prôner des termes sans réfléchir aux conditions d'application" et que la réforme "ne va rien apporter aux élèves en difficulté". Pour elle, "on risque de rater l'occasion de réformer le collège". Cécile Kholer et Ophélie Sauger de FO déplorent l'autonomie donnée aux établissements : "on aurait 5000 collèges différents", craignent-elles. F Sève, pour le Sgen est toléré par les sénateurs quand il affirme qu'il préfèrerait "davantage d'autonomie" et qu'il va falloir "donner des moyens pour cette autonomie", notamment une adaptation des instances des établissements et des missions.

 

Par contre Claire Krepper, du Se-Unsa, suscite les sarcasmes de l'aile droite de la commission. "La réforme donne aux enseignants la possibilité de s'éclater", dit-elle. "Pas sûr", crie JP Gaudin. "Que les collectivités territoriales prennent leurs responsabilités", demande-t-elle. "Avec quel argent", demande Mme Férat...

 

Enterrer le collège unique ?

 

Le chouchou de cette partie de la commission c'est le Snalc dont les interventions sont ponctuées d'approbations, notamment quand il dénonce la "gabegie" de la réforme qui "ampute les horaires disciplinaires pour une efficacité douteuse".

 

Parce que pour la majorité sénatoriale, ce qui compte ce sont les fondamentaux.  Le rapporteur,  JC Carle (UMP) met l'accent sur le lire - écrire - compter et l'enseignement du français. Pour lui c'est le primaire qu'il faut réformer plus que le collège. Il fustige les EPI qui font suite à des IDD et TPE "pas à la hauteur".  Il dénonce "le charabia" du texte du décret. Pour Mme Férat , UDI, "la sacro sainte égalité est un jeu de dupe". Pour J Grosperrin, UMP, "l'école jusqu'à 16 ans est une erreur". Il semble résumer ce que pensent beaucoup de sénateurs en demandant "le collège unique a-t-il encore un sens ?".

 

A gauche, la minorité s'active pour défendre la réforme. C Bouchoux, écologiste, relève que l'autonomie existe dans le privé et que les trois quarts de la réforme fonctionnent bien dans l'enseignement agricole. Françoise Cartron rappelle que le décret découle de la loi d'orientation longuement discutée au Sénat."Ceux qui ne comprennent pas la réforme du collège ne comprennent pas le sens de la refondation de l'école".

 

La surprise vient des associations de parents

 

Mais ce sont les associations de parents qui vont clore le débat pour la majorité sénatoriale. Si elles ont des divergences sur la réforme, la Peep se disant "peu convaincue", les trois associations sont pour ce que vient de combattre la droite sénatoriale : l'interdisciplinarité. "L'efficacité de l'enseignement n'est pas en rapport direct avec le nombre d'heures d'enseignement" , explique V Marty (Peep) aux sénateurs de droite qui viennent de défendre l'augmentation des horaires des fondamentaux. "Au lycée les TPE ont beaucoup d'intérêt", explique-t-elle à ceux qui les vomissent. "On est favorable à la diminution du disciplinaire et on juge positifs les EPI", dit-elle. Pour l'Apel, Hervé Jean "souhaite que la réforme aboutisse". "Peut-être faut-il avoir moins d'heures d'enseignements disciplinaires mais plus efficace "avance-t-il. S Fromentelle, pour la Fcpe, défend une position favorable à la réforme. C'en est trop pour les sénateurs. L'audition des parents est expédiée en 40 minutes.

 

François Jarraud

 

Les auditions

 

Par fjarraud , le jeudi 28 mai 2015.

Commentaires

  • Franck059, le 28/05/2015 à 18:47
    Le Sénat n'achoppe pas sur les parents, mais sur les soi-disant associations représentatives des parents. Car la réalité sur le terrain est toute autre. Les parents réclament pour leur enfant un niveau d'enseignement disciplinaire de qualité avant tout. Et ils sont même prêts à payer ou à s'investir personnellement pour cela puisque l'école faillit à ce sujet. 
  • maria1958, le 28/05/2015 à 09:44

    Compte-rendu bien politicien, dommage !  d'un débat pourtant éclairant sur l'argumentation des uns et des autres, et dont le "live-tweet" du Café rendait compte plus sérieusement…. Exit les échanges sur des enjeux comme le sous-encadrement en collège, ou le décalage existant entre scolarité au collège et âge de la scolarité obligatoire (16 ans = au lycée, en fait).

    Ca fait un peu drôle de voir les écologistes justifier l'accroissement de l'"autonomie" dans le service public parce qu'elle existe..... dans l'enseignement privé !!!  et dans l'enseignement agricole - où justement cela pose de gros problèmes ! 

    Evidemment que le représentant SGEN est "toléré par les sénateurs" (de droite) quand il défend davantage d'"autonomie": c'est exactement ce qu'a fait la droite avec sa réforme Chatel du lycée... avec les résultats inégalitaires que l'on sait !
    D'ailleurs la représentante du SE UNSA elle-même ne manque pas de souligner les points communs entre réforme NVB du collège et réforme Chatel du lycée - en gros, pourquoi donc la droite braille-t-elle tant contre cette réforme du collège, puisque sur le fond il y a "continuité" ? (à la 29e mn) 

    Quelques moments grandioses aussi, quand la même affirme qu'avec la réforme NVB, les "marges heures prof sont multipliées par 8, pour faire des groupes à effectifs réduits, ce qui est considérable" (27e mn) et que la réforme va "redonner la possibilité aux profs de "s'éclater" avec leurs élèves" (30e mn). Quiconque a une petite connaissance des Dotations Horaires Globales réelles et de l'absence totale de marge de manoeuvre qu'elles laissent en pratique, sait que de tels propos relèvent de l'enfumage.... sauf à réduire les horaires auxquels les élèves ont droit, ou à faire de l'accompagnement "personnalisé" en classe entière ! 
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces