Une circulaire de rentrée pas si scolaire que cela 

A qui est destinée au juste la circulaire de rentrée 2015 ? Bien sur aux personnels de écoles et des établissements. Mais alors que les représentants des enseignants pour une fois demandaient unanimes le 3 juin, au Conseil supérieur de l'éducation, le report des différents "parcours " et de l'Enseignement moral et civique (EMC), la circulaire leur apporte, dès le 4, une réponse négative. Encore une fois ça ne traine pas...  Vantant une école plus juste, plus inclusive, plus républicaine, la circulaire énumère des dispositifs qui défendent mollement ces principes.

 

Pour les enseignants du primaire

 

 La circulaire débute par l'objectif d'une école "plus juste". Pour cela elle rappelle la mise en place des nouveaux programmes de maternelle et promet des ressources pour la rentrée 2015. L'annonce de la carte des langues vivantes est la seconde annonce importante. " Présentée en décembre 2015, elle indiquera, pour chaque école et chaque collège, les langues offertes aux élèves et s'assurera de la continuité de l'offre du cours préparatoire jusqu'à la terminale, dans toutes les voies d'enseignement et séries... Le travail devra être finalisé à la fin du premier trimestre de l'année scolaire 2015-2016".

 

Troisième élément important, le test de CE2 entrera en vigueur en 2015-2016. " Une évaluation du niveau des élèves en français et en mathématiques, à des fins diagnostiques, est mise en place au début de la classe de CE2 pour permettre aux équipes pédagogiques d'identifier les difficultés et de mettre en place une réponse adaptée aux besoins de chaque enfant". Une banque d'outils d'aide à l'évaluation diagnostique en ligne sera publiée par le ministère durant le premier trimestre de l'année scolaire 2015-2016.

 

L'objectif de parcours plus personnalisé est marqué par la quasi interdiction du redoublement. " Le redoublement ne peut être proposé qu'à titre exceptionnel, à l'issue d'un dialogue avec l'élève et sa famille, et il est proscrit à l'école maternelle".

 

L'Education morale et civique démarrera à la rentrée 2015 malgré la demande de report des syndicats. " Un livret dédié au parcours citoyen sera disponible dans toutes les écoles et les établissements du second degré."

 

La réorganisation de l'accueil du handicap

 

"Les élèves dont les difficultés scolaires relèvent d'un trouble des apprentissages peuvent désormais bénéficier d'un plan d'accompagnement personnalisé (Pap). Un document type national est mis à disposition des équipes afin de les accompagner dans la prise en compte des besoins de l'élève", explique la circulaire. Elle rappelle les dispositifs rénovés : " Le projet personnalisé de scolarisation (PPS) et le guide d'évaluation des besoins de compensation en matière de scolarisation (Geva-Sco) favorisent un dialogue accru entre les familles, les équipes éducatives de suivi de la scolarisation et les maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) ; ils garantissent aussi l'harmonisation des procédures et des décisions au plan national". Enfin elle annonce les nouveaux termes pour les clis : "S'agissant de la scolarisation des élèves en situation de handicap, pour favoriser la continuité des parcours et harmoniser les pratiques entre le premier et le second degrés, la nouvelle circulaire sur les unités localisées pour l'inclusion scolaire (Ulis) redéfinit les classes pour l'inclusion scolaire (Clis) qui deviennent des « Ulis école ». Désormais appelés « Ulis école », « Ulis collège » et « Ulis lycée »".

 

Pour le second degré

 

L'annonce de la carte des langues vivantes a la fin du 1er trimestre 2015-2016 concerne aussi les collèges et lycées. Elle devrait donner aux latinistes et aux professeurs d'allemand  des indications sur le devenir de leurs postes à la rentrée 2016. A noter qu'elle sera accompagnée du développement de l'enseignement à distance. " Pour favoriser la mutualisation de l'offre de formation en langues vivantes et ainsi l'attractivité d'un plus grand nombre d'établissements dans un souci de mixité sociale, le Cned proposera à titre expérimental, dans quelques académies, un dispositif de formation hybride (en présence et à distance), sur des langues rares ou peu enseignées, à la rentrée scolaire 2015".

 

Mais la grande annonce c'est la mise en place à la rentrée 2015 des parcours d'éducation artistique et culturelle et du Parcours d'Avenir (PIIODMEP) qui doit aider l'orientation des élèves. Le 3 juin, les syndicats avaient demandé le report de ces deux parcours à la rentrée 2016 avec de solides arguments comme le fait que ces parcours renvoient au nouveau socle. Le ministère vient de leur répondre.. Autre point important : une application électronique permettra le suivi de l'élève. Elle devra donc être remplie par les enseignants. ..

 

Sur la question de l'insertion professionnelle , la grande nouveauté c'est l'apparition d'une nouvelle catégorie d'élèves les « stagiaires de la formation initiale ».  "Il concernera les jeunes à partir de 15 ans scolarisés dans un établissement du second degré ; les jeunes conserveront le statut scolaire et bénéficieront d'un parcours de formation « sur mesure » et d'un accompagnement personnalisé formalisés sous forme de contrat". Ce dispositif est présenté comme un moyen de lutte contre le décrochage. Il a pourtant été testé à cette rentrée par l'académie de Versailles pour ne pas scolariser normalement des redoublants de terminale.

 

La circulaire annonce aussi des expérimentation apportant de la souplesse au cheminement des élèves. " Une plus grande diversité et souplesse des parcours seront encouragées, notamment avec la validation modulaire et progressive, dans un cadre réglementaire adapté à titre expérimental, de certaines spécialités de diplômes professionnels, la prise en compte des acquis et la conservation des notes au-dessus de 10 pour tous les candidats au baccalauréat ayant échoué à l'examen. Les académies poursuivront les expérimentations visant à organiser une période de détermination de quelques semaines en début de seconde professionnelle ou en première année de CAP, pour permettre aux jeunes de choisir au mieux leur spécialité."

 

Le ministère insiste aussi sur les pôles de stages. " les pôles de stages constituent une traduction concrète de la relation entre école et entreprise en faveur de l'orientation et de la formation. Chaque pôle de stages devra être opérationnel dès la rentrée 2015, avec un objectif : faciliter l'accès des jeunes aux stages et aux périodes de formations en milieu professionnel (PFMP)." Dans de nombreuses académies ils existaient déjà sans forcément répondre aux besoins des élèves les plus discriminés.

 

La circulaire énumère les dispositifs concernant l'éducation prioritaire : le millier de réseaux rep et rep+, les postes surnuméraires. Elle rappelle le décret sur la nouvelle sectorisation des collèges sans fixer d'objectifs précis à son application.

 

La dernière partie consacre le lutte pour les valeurs de la République avec l'introduction de l'EMC dès la rentrée 2015 alors que les syndicats avaient demandé le report à la rentrée 2016. On voit pourtant mal comment les enseignants pourraient s'emparer des nouveaux programmes sans manuels, sans formation...

 

Et de l'espoir..

 

" Fédérer les efforts de tous, au sein de l'école et au-delà de l'école, vers un objectif partagé, celui de la réussite des élèves, en s'appuyant sur tous les leviers créés par la refondation : tel est bien l'enjeu de la rentrée 2015-2016", conclue la circulaire. Cette année encore elle tient plus du discours politique que de l'organisation concrète de la rentrée. Peu de dispositifs sont accompagnés d'objectifs précis. Mais il n'y a pas de rentrée sans espoir et illusions...

 

François Jarraud

 

La circulaire

 

 

 

 

 

Par fjarraud , le vendredi 05 juin 2015.

Commentaires

  • Delafontorse, le 05/06/2015 à 19:28
    Communiqué de l'Académie des Sciences :

    L’excellence pour tous

    Le Conseil Supérieur des Programmes (CSP) vient de présenter à la ministre de l’éducation nationale un projet de programmes couvrant tous les enseignements de l’école élémentaire et du collège. Ce projet fait l’objet d’une consultation nationale. Après examen de ces projets, l’Académie des sciences considère que ces programmes ne sont pas satisfaisants pour des raisons structurelles.

    A l’évidence, ce projet a été préparé rapidement, sans consultation préalable des acteurs de l’enseignement et sans tenir compte du rapport envoyé par l’Académie au CSP. Les incohérences entre les différentes parties indiquent également un manque de coordination entre les comités ayant rédigé l’ensemble. Alors que le cahier des charges prévoyait un document compréhensible par tous, en particulier par les parents, le projet emploie au contraire un style inaccessible à beaucoup.

    Au-delà de la forme du document, l’Académie des sciences s’inquiète surtout du manque d’ambition et de la perte significative de contenu. Ces programmes sont construits autour de « compétences » plutôt que de « connaissances », réduisant encore un peu plus la part de l’instruction dans notre système éducatif. Les programmes ne devraient pas se limiter à un plus petit dénominateur commun, qui mène de fait à une perpétuelle régression des contenus et constitue un obstacle à la nécessaire diversification des filières d’enseignement. Des programmes bien construits devraient au contraire être des textes concis et précis, qui permettent une progression raisonnée des connaissances au fil des années — surtout en sciences, où il y a souvent un enchaînement logique incontournable — et des liens clairs entre les disciplines.

    En ce qui concerne les sciences, on peut regretter qu’aucune véritable tentative d’interdisciplinarité bien coordonnée n’ait été tentée. Les mathématiques par exemple semblent isolées des autres sciences et ont même perdu presque entièrement ce qui fait leur substance : la capacité de démontrer ce qu’on y affirme. Les sciences de la nature (sciences de la vie et de la terre, physique et chimie) sont abordées avec un certain manque de progressivité dans les connaissances et correspondent plus à des catalogues.

    Le découragement des professeurs est profond. Heureusement, l’importance du rôle des professeurs dépasse largement celle des programmes qu’on leur impose. L’Académie des sciences est convaincue que les professeurs auront à cœur d’interpréter ces programmes de la manière la plus libre possible et qu’ils sauront transmettre de véritables contenus ambitieux, en les adaptant à chaque classe. Pour cela, il faudra aider les enseignants, en mettant la priorité sur leur formation, initiale ou continue. L’Académie y contribue déjà à travers la fondation « la main à la pâte » et ses « Maisons pour la science au service des professeurs » mais il faudra redoubler d’efforts et proposer d’autres initiatives. La question de la formation est particulièrement importante pour les quelques éléments d’informatique introduits au cycle 4 qui seront enseignés par des professeurs sans formation à cette discipline.

    Paris, le 27 mai 2015 


Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces