L'échec de la consultation des programmes du collège 

Seulement 24 509 personnes ont participé à la consultation sur les nouveaux programmes du collège, annonce le ministère qui publie les résultats de la consultation. Un nombre que le ministère juge représentatif, mais qui reste très faible par rapport aux 215 000 enseignants des collèges qui sont concernés très directement. La consultation a échoué à mobiliser largement les enseignants alors que la réforme du collège était très contestée.

 

La consultation  montre d'importantes réticences envers les nouveaux programmes. A peine plus d'une personne sur cinq estime que el contenu des programme est en adéquation avec le volume horaire disponible : en clair 80% des enseignants qui ont participé à la consultation jugent les programmes difficiles à faire. C'est en maths et en français que les réticences sont les plus fortes.

 

" Pour ce qui est de la mise en oeuvre du projet de programme dans la classe, on ne trouve dans aucune discipline une majorité d’enseignants s’accordant à dire que le projet de programme semble opérationnel. Ils sont même moins d’un tiers à le juger opérationnel en mathématiques, en français, en technologie, en physique-chimie et en SVT", note le ministère. Le manque de repères de progressivité est aussi souligné , particulièrement en physique chimie, svt, français.

 

La consultation donne des exemples de verbatim. Les enseignants se plaignent du nombre des heures de cours. " Tout est superficiel et sera entièrement survolé du fait de la quotité horaire donnée ». (Physique-chimie). « Augmenter le volume horaire à 4 heures pour chaque niveau permettrait d'aborder sereinement tous les domaines en alliant le numérique, la recherche et la démonstration ».(Mathématiques)  " On voudrait avoir davantage de moyens qu'il soient humains, économiques et surtout du temps aux équipes de travailler ensemble en amont", dit un professeur d'Education musicale.

 

Les résultats de la consultation

 

Par fjarraud , le vendredi 03 juillet 2015.

Commentaires

  • Guillaume35, le 04/07/2015 à 08:11
    Donner un mois pour analyser des programmes, ce n'est pas assez ! Surtout au mois de mai-juin où la période est très chargée.
    C'est surtout mettre les enseignants devant le fait accompli. 
    On l' a vu avec la consultation sur le socle commun, le texte n'a quasiment pas changé après la consultation. Alors à quoi bon  consulter? C'est ce que se disent beaucoup d'enseignants.
    Bref, la faiblesse de la consultation traduit ni plus ni moins qu'un ras-le-bol des pseudo-consultations.

    • Michel MATEAU, le 06/07/2015 à 09:53

      Les réformes sont toujours trop ceci et pas assez cela…et les consultations pas assez ceci et trop cela.
      Que c’est difficile…..

  • Michel MATEAU, le 03/07/2015 à 15:54

    « La consultation a échoué à mobiliser largement les enseignants alors que la réforme du collège était très contestée » Drôle de formulation …… !
    Ne serait-il pas plus exact de dire « Les enseignants ne se sont pas mobilisés pour la consultation, alors que possibilité leur en était donnée. Ceci malgré la contestation de cette réforme d’une partie d’entre eux»

    Ceci n’empêchera évidemment pas les syndicats de proclamer bientôt que les réformes se font sans consultation…

    • kiddy, le 04/07/2015 à 12:59
      "Ceci n’empêchera évidemment pas les syndicats de proclamer bientôt que les réformes se font sans consultation…"

      je ne crois pas que ce genre de phrase un peu et provoc/démago/généraliste/mensongère/... fasse beaucoup avancé le débat, de nombreux signes montre un raz le bol de la profession et la réforme du collège (et des programmes associés) et un catalyseur de cette réforme

      peu de professeurs ont participé à la consultation, ceux qui ont participés critiquent majoritairement  la réforme des programmes, on peut en conclure beaucoup de choses différentes à la fois sur le taux de participation et sur les réponses données...

      je cite un article du site de notre ministre
      "Cette phase de consultation, qui a largement mobilisé les personnels, est désormais achevée et fait l’objet d’un rapport national de synthèse. Le rapport met en évidence un accueil globalement favorable des enseignants"
      http://www.najat-vallaud-belkacem.com/2015/07/02/saisine-du-conseil-superieur-des-programmes-afin-de-tenir-compte-des-remontees-de-terrain-issues-de-la-consultation-sur-les-programmes/

      la café pédagogique trouve que 10% de votant c'est peu, pas le ministère
      le café pédagogique trouve que 30% des enseignants qui sont satisfaits de la mise en place des programmes c'est peu, pas le ministère

      juste une question simple, qui est de mauvaise foi?
      • Michel MATEAU, le 06/07/2015 à 09:49

        Les deux…
        Comme souvent, comme d’habitude…. et nous vivons depuis des années sur ce dialogue de faux-semblants et cet équilibre de mauvaise foi.

        Critiquer les syndicats dans le Café Pédagogique, si complaisant avec eux, n’est certes pas un acte héroïque mais ce n’est pas précisément de la démagogie.

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces