Rapport Grosperrin : Un vrai programme présidentiel 

Manipulateur, simpliste, idéologique, contraire aux valeurs républicaines, le rapport Grosperrin ne constitue en rien une base sérieuse de renouvellement pour l’École. Par contre il est bien la base d'un rassemblement politique que l'on voit à l'oeuvre au Sénat où il est défendu à la fois par Les Républicains et par une partie des sénateurs de gauche. Sa vrai force c'est d'être un programme qui rassemble.

 

Peut on faire d'un bric à brac de mesures dignes du pensionnat de Chavagne un avenir pour l’École ? En principe non. En réalité, cette perspective ne doit pas être sous estimée au regard de ce qui se passe au Sénat.

 

Évidemment le rapport ne manque ni de simplifications, ni d'incohérences. Il ne suffit pas d'exposer les jeunes au chant national, aux sermons patriotiques et à la levée des couleurs pour transmettre les valeurs républicaines. Ce n'est pas à coup de maisons de correction qu'on apprend ces valeurs ou qu'on règle les questions pédagogiques. Sur bien des points les propositions du rapport sont en contradiction avec les valeurs qu'elles sont censées défendre. Comment peut on parler de "sacraliser" l'école en demandant l'interdiction des signes religieux ? Comment une école de l'éviction systématique, une école impitoyable avec ceux qui n'entrent pas dans le moule et le bon rythme, peut-elle  se réclamer des valeurs républicaines ?

 

Il ne suffit pas de renforcer la hiérarchie chez les enseignants pour améliorer le management ou les résultats de l’École. Il ne suffit pas de réveiller la nostalgie des écoles normales et des blouses grises pour relever le défi de l'élévation des compétences du XXIème siècle chez les enfants des classes populaires. Alors que les trois quarts du temps scolaire sont pris par les fondamentaux à l'école primaire, on voit mal comment on pourrait augmenter l'horaire de français si ce n'est au détriment des maths ou du "récit national" que l'on  prétend défendre.

 

Tout cet ensemble est incohérent sur le plan idéologique et ne propose qu'une vision minable d'une École qui abdiquerait toute prétention éducative.

 

Pourtant ça marche. Ce qu'on doit retenir de ce rapport ce n'est pas l'ineptie de ses propositions qu'aucun expert de l’École ne peut prendre au sérieux. C'est leur efficacité politique. Le rapport fabrique un rassemblement politique. Il porte aussi bien l'extrême droite que la droite classique et une partie de la gauche. Le ralliement de Françoise Laborde, sénatrice radicale de gauche, sur la base de ce rapport, est très significative.

 

Les fondamentaux du rapport n'ont rien à voir avec les valeurs républicaines. Le rapport ne défend pas une société démocratique, il rêve d'une société autoritaire, soumise à des hiérarchie "naturelles". Le rapport ne défend pas la République, il s'oppose à la réalité d'une société démocratique et multiculturelle. Il ne défend pas la laïcité, il s'oppose à la pratique de l'islam et à la présence des Arabes.

 

Sa force politique réside dans sa conception profondément réactionnaire de la laïcité et de la société. Dans un pays qui ne va pas bien et qui a la nostalgie d'un passé mythique, ces conceptions sont à la mode. Depuis des années on observe la montée de l'obsession identitaire dans la société, y compris dans l'école. Cette mécanique rapproche des forces politiques opposées qui partagent finalement les mêmes peurs. C'est cette reconstruction politique sur la peur qui est en route au Sénat dans la perspective de 2017. Hélas, elle a choisi l’École pour se faire.

 

François Jarraud

 

Sur le rapport Grosperrin

 

Par fjarraud , le jeudi 09 juillet 2015.

Commentaires

  • IdentRemo, le 09/07/2015 à 13:01
    Le rapport que l'on peut feuilleter ici : http://www.senat.fr/rap/r14-590-1/r14-590-11.pdf       en dit à mes yeux plus sur l'état de création de propositions par le  Sénat que sur l'école elle -même. 
    Nous naviguons sans cesse entre impuissance de l'Etat et incapacité pour cet Etat de programmer avec de réelles chances de parvenir à ce qui a été planifié et   d'une autre côté solutions rétrogrades voire des imprécations. Force sera de constater dans quelques années que les propositions n'auront pas été en mesure de résoudre la crise. 



     "il y a crise quand le vieux ne meurt pas et quand le neuf ne veut pas naître ". Gramsci

  • Michel MATEAU, le 09/07/2015 à 14:30
    Finalement, les réformes (quand même plus ou moins) de gauche proposées par le gouvernement actuel ne sont peut-être pas si mal……
    Lesquelles préférez-vous M. Jarraud ?
    On mégote sur des réformes qui ne sont pas assez ceci et trop cela. Fort bien : on aura des réformes qui sont complètement ceci et pas du tout cela.

    Les réactionnaires font leur beurre des blocages, des conservatismes, de l’arrogance… dans la société comme dans l’école et si l’école inspirait davantage confiance et respect, elle préserverait de la peur. Quelle autre explication voyez-vous à ces propositions délirantes ? « Dans un pays qui ne va pas bien et qui a la nostalgie d’un passé mythique » ? Toujours ailleurs….et  "le pays qui va mal" mon bon monsieur, ça ne mange pas de pain
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces