Rentrée : Les priorités de la ministre 

Le primaire reste la priorité a déclaré N Vallaud Belkacem le 24 août lors de la réunion de rentrée des recteurs et Dasen en Sorbonne. La ministre a fixé aux recteurs trois objectifs et donné quelques informations sur le budget 2016. Elle s'inquiète aussi des enseignants des collèges : "ils ont besoin d'être rassurés".

 

Réussite scolaire, justice sociale, valeurs républicaines : ce sont les trois objectifs que N Valaud-Belkacem a fixé aux recteurs et Dasen réunis le 24 août en Sorbonne. Si la plus grande partie des échanges s'est faite à huis clos, le discours ministériel lâche quelques informations précises sur la rentrée 2015 et l'année 2016.

 

"La priorité au premier degré est la priorité du gouvernement", affirme la ministre. Alors que les discussions budgétaires s'achèvent, elle annonce des moyens " encore plus importants pour la rentrée scolaire 2016" pour le primaire. Elle demande que les recteurs concentrent ces moyens " à la scolarisation des moins de trois ans dans les secteurs les plus défavorisés socialement et au plus de maîtres que de classe".

 

Au collège, " les enseignants ont besoin d'être rassurés", dit la ministre. "Ils sont convaincus que le collège doit évoluer et en même temps, la réforme proposée suscite interrogations et craintes chez certains. Il faut donc les accompagner dans la démarche". Ce sont le principaux et les inspecteurs qui seront en charge de cet accompagnement sous la pression des recteurs.

 

En éducation prioritaire, la ministre demande que les moyens soient affectés en priorité aux projets pédagogiques et " à attirer des personnels plus expérimentés". La ministre souhaite mettre en application les secteurs multi collèges prévus par le décret d e juillet 2014.  " Nous définirons des territoires volontaires" : le décret suppose en effet l'appui des conseils généraux.

 

F Jarraud

 

Le discours

 

Par fjarraud , le mardi 25 août 2015.

Commentaires

  • Viviane Micaud, le 25/08/2015 à 09:48
    Pour les secteurs multi-collège, je rappelle il y a un ENORME effet pervers dans le processus d'affectation des élèves dans les lycées à Paris. Si j'ai bien compris c'est le même principe que nos bureaucrates de l'EN veulent appliquer.
    La répartition "origine sociale" s'améliore, mais il y a tri sur un paramètre qui influe beaucoup plus: la volonté des parents de mettre en place une stratégie de réussite pour leur gamin. C'est-à-dire les enfants dont les parents se désintéressent de leur parcours se retrouve dans le même établissement. Celui où aucun n'a sont premier choix. Il s'agit d'une mauvaise solution. Mais nos bureaucrates le nient, car l'unique critère mesuré est bon. 
  • jeromenicolas, le 25/08/2015 à 08:49
    Pour attirer les plus expérimentés en éducation prioritaire, c'est raté. Avec la réforme prévue en 2016, ce n'est pas moins de 5 enseignants avec entre 8 et 10 ans d'ancienneté qui ont muté de mon établissement Rep+  en juin dernier pour échapper à cette réforme ideuse. Il s'agissait de la première vague de départ car beaucoup attendent l'année à venir pour muter juste avant la rentrée 2016 et quitter les rep+ qui vont être transformés en garderie géante.  Des programmes de français sans une seule oeuvre citée, on sait ce que ça va donner. Pendant que dans le collège bourgeois on étudiera une belle oeuvre, en rep+ le CE  et les IPR feront tout pour imposer la lecture de oui oui. 

    Il sera très intéressant d'étudier le mouvement des anciens des Rep+... Je soupçonne une fuite comme jamais. Si de tels chiffres existent, il ne fait nul doute que la comparaison  des mutations des anciens de Rep+ aux années précédentes va être très significative. 
    En éducation prioritaire, la ministre demande que les moyens soient affectés en priorité aux projets pédagogiques et " à attirer des personnels plus expérimentés". 
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces