Le Snes promet une grève dès septembre 

"Le dossier n'est évidemment pas clos". Pour Frédérique Rolet et Roland Hubert, secrétaires généraux du Snes, le premier syndicat du secondaire, le principe d'une grève en septembre contre la réforme du collège est acté. L'intersyndicale se réunira le 1er septembre pour en discuter et fixer la date. Le Snes veut la réécriture du décret sur la réforme qu'il juge trop coercitif. Le syndicat dénonce une rentrée "bricolée" et le décalage entre les propos ministériels et la réalité vécue par les enseignants et même les engagements présidentiels.

 

La grève en septembre

 

"Pas question que la réforme du collège se mette en place en l'état". Présentant la rentrée scolaire le 26 août, Frédérique Rolet, co secrétaire générale du Snes, a longuement expliqué pourquoi son syndicat refuse la réforme lancée par N Vallaud-Belkacem. Elle a surtout annoncé une grève en septembre. Selon F Rolet, "la décision d'une journée de grève en septembre est actée pour le Snes". L'intersyndicale se réunira le 1er septembre  pour en décider et la décision pourrait être connue dans les jours suivants. Le Snes souhaite que le maximum de syndicats appelle à la grève. Celle ci sera suivie d'une manifestation nationale en octobre.

 

Contre l'autonomie au collège

 

Le Snes estime que le décret et l'arrêté sur la réforme du collège "ne respectent pas les équilibres" imaginés durant le débat sur la loi de refondation. Les textes sont jugés "trop coercitifs". F Rolet et R Hubert ont particulièrement critiqué la marge d'autonomie donnée par la réforme aux établissements. "Cette autonomie n'est pas faite pour donner des marges de manoeuvre aux enseignants mais pour dire aux enseignants de se débrouiller dans un cadre coercitif" avec moins de moyens horaires. "Juppé aussi prone l'autonomie", a continué F Rolet. "Si la droite revient au pouvoir, le projet de collège leur ira bien".

 

R Hubert a aussi critiqué la formation prévue par le ministère pour les professeurs de collège. "C'est une formation au service de l'institution", a-t-il affirmé. "On explique la réforme aux professeurs, on ne répond pas à leurs besoins".

 

Eclairages sur le brevet

 

Le Snes attend maintenant des précisions sur le nouveau brevet qui devrait être connu à l ami-septembre. "On nous annonce des épreuves transversales : une épreuve scientifique et une épreuve humaniste ainsi qu'une évaluation du socle sans résurrection du livret de compétences", a dit F Rolet. "On regardera la place de chaque discipline dans ces épreuves" a-t-elle prévenu.

 

Bricolages de rentrée

 

S'agissant de la rentrée, F Rolet a dénoncé le "bricolage" de la rentrée. "Il y a un décalage fort entre les objectifs annoncés et la réalité vécue sur le terrain", a-t-elle dit. Exemple de ce bricolage : la mise en place de l'EMC en série technologique sans ajout d'heures. Le Snes estime que la rentrée en lycée sera difficile cette année puisque il y a 35 000 élèves de plus qui n'ont pas été prévus.

 

Enfin , le Snes estime que le ministère n'arrivera pas à atteindre les 60 000 postes promis par le candidat Hollande. "On est à 31 500 emplois créés depuis 2012", a déclaré F Rolet. "Il faut encore en créer 22 500. Or le budget 2016 ne prévoit que la création de 8 500 emplois. On ne va pas y arriver".

 

François Jarraud

 

Le dossier de presse

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 27 août 2015.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces