Antoine Prost : L'alternance politique tue les réformes 

"L'Éducation nationale ne se remettra vraiment en marche que si on lui dit où on va durablement. Il faut que la droite et la gauche se mettent d'accord sur des objectifs. Et que ces objectifs soient reconnus comme pertinents par les enseignants et les parents". L'historien de l'éducation Antoine Prost se lâche dans Le Télégramme. Pour lui, "une réforme, c'est un processus social complexe. La décision d'un ministre reste une intention si l'administration ne suit pas. Pour que la réforme du collège entre dans les moeurs, il faut que les inspecteurs dans leur majorité s'y attellent et, surtout, les chefs d'établissement car la réforme de Najat Vallaud-Belkacem repose essentiellement sur eux. L'administration, c'est un pouvoir : il n'y a pas une réforme qui se soit faite sans que l'administration ait mouillé sa chemise, et sans que les profs en aient au moins compris le sens". En octobre 2013, il nous avait confié : "l'alternance politique est en train de désarticuler l'école. On ne peut pas changer de programme à chaque fois que le président change"

 

Dans Le télégramme

Dans le Café pédagogique

Comment changer l'Ecole : le DOSSIER

 

Par fjarraud , le lundi 31 août 2015.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces