Terra Nova veut changer la formation des enseignants pour changer le métier  

Comment faire des enseignants des porteurs actifs des valeurs de la République et d'une pédagogie moins frontale ? En changeant la formation des professeurs et des cadres de façon à changer les identités professionnelles. C'est l'objectif d'un rapport présenté par le think tank Terra Nova, un organisme proche du parti socialiste. Le rapport est piloté par Jean-Pierre Obin avec Jean-Louis Auduc, Gilles Langlois, directeur d'école primaire, Gérard Phelippeau, responsable de l'Espe de Créteil, et Philippe Watrelot, ancien président du Crap. Il dénonce le "corporatisme" et demande une refonte de la formation et des Espe pour rééquilibrer la part du professionnel et de l'académique.

 

Titularisation au bout d'un an d'exercice du métier

 

" La profession enseignante est aujourd’hui interrogée : quelle part doit y prendre la transmission des connaissances et quelle part y donner à l’éducation civique et comportementale ainsi qu’à la transmission des valeurs politiques et morales ?", écrit le rapport. "Cette question, qui déborde d’ailleurs largement celle de l’éducation civique, est à l’ordre du jour dans beaucoup de pays, étant donnée l’évolution des sociétés (crise de la démocratie, montée des inégalités, ségrégations…), des comportements juvéniles (violences, addictions…) et des équilibres géopolitiques (développements des migrations, montée des fondamentalismes religieux…)".

 

 Très sévère sur les jurys des concours qui "ont développé des préoccupations essentiellement disciplinaires", qui ne mentionneraient pas les valeurs de la République et qui auraient une conception "indépendantiste" envers l'Etat, le rapport préconise une refonte de la formation initiale avec le report de la titularisation à la fin de la 1ère année d'enseignement de façon à juger le professeur sur son enseignement réel. Les épreuves d'admission seraient placées en fin de M2 ce qui économiserait les postes correspondant aux stages. Les épreuves des concours devraient devenir plus professionnelles. " Dans le premier degré, l'épreuve d’admission « Mise en situation professionnelle » pourrait se dérouler sur un dossier permettant d'évaluer un premier niveau de construction de compétences scientifiques, didactiques et pédagogiques dans un domaine tiré au sort – et non plus choisi par le candidat - parmi les huit domaines d'enseignement autres que les mathématiques et le français ; la seconde épreuve serait remplacée par une séquence d'enseignement avec des élèves, suivie d'un entretien. Pour tous, l’interrogation orale sur la transmission des valeurs de la République, en principe partie intégrante aujourd’hui de l’épreuve d’admission « Entretien à partir d’un dossier » devrait être « sanctuarisée » grâce à un horaire et un coefficient spécifiques".

 

Les IPR mis au pas

 

Le rapport recommande aussi de revoir le statut des Espe pour en faire des établissements membres d'une COMUE et ayant ainsi plus d'autonomie par rapport aux universités. Pour la formation continue, le rapport préconise la création d'une structure autonome alliée à une obligation de formation pour les enseignants. Les auteurs veulent aussi une refonte sérieuse de la formation des IPR accusée d'être trop disciplinaire et trop indépendante. " Comment s'étonner alors, qu’au moment des réformes et des expérimentations, les corps d'inspection apparaissent souvent dans une grande empathie sinon une forme de connivence avec les résistances au changement d’un corps enseignant qu’ils sont pourtant censés accompagner pour le faire évoluer ?", accuse le rapport. Le rapport recommande d'aligner le concours d'IPR sur celui des personnels de direction et de faire entrer dans les jurys des "profils plus diversifiés".

 

F Jarraud

 

 

Par fjarraud , le jeudi 10 septembre 2015.

Commentaires

  • Patrick75, le 11/09/2015 à 18:44
    Le mieux est encore de lire l'étude : http://www.tnova.fr/note/le-recrutement-et-la-formation-des-personnels-de-l-education-nationale
  • Delafontorse, le 10/09/2015 à 22:40
    " Les valeurs de la République"...  : du vrai jargon de boutiquiers.

    He, Terra Nova, la République n'a pas de valeurs : la République a des principes !

    Les valeurs, ça va, ça vient, ça se décote en Bourse ou ça se valorise au gré des flux d'actifs spéculatifs; bref : les valeurs, ça ne se fixe pas car ça dépend toujours de l'état d'un... marché. Les valeurs ne sont que des productions résultantes et dernières des fluctuations de valorisation ou dévalorisation.
    Les principes, eux, ne sont pas de ce tonneau fuyant et fluctuant dont le commerce est fait. Un principe n'est pas une valeur et un principe n'a pas de valeur. Un principe est et a une position première, soustraite à toute fluctuation, qui sert à soutenir et fonder. Un principe n'est pas une résultante, il est un socle originaire. Un principe s'adopte ou ne s'adopte pas pour en faire découler ou ne pas découler tout ce qu'il peut fonder. Il repose donc lui-même ultimement sur la liberté de choix (la liberté, premier principe de la République) et non sur des fluctuations de rapports de forces sur un marché. 

    Terra Nova... Décidément, les gens de cette officine pourvoyeuse d'"éléments de langage" pour gouvernements incultes... ne savent vraiment pas de quoi ils parlent. Cela est particulièrement fâcheux quand ils prétendent apprendre aux autres et leur imposer (en dehors de toute légitimité démocratique...) leurs "idées" sur la République (ou plutôt, leur pure idéologie mercantile), en cherchant de plus à influencer et utiliser les structures d'autorité de l'Etat. 
  • thais8026, le 10/09/2015 à 16:03
    Et voilà, le responsable de tout est le corporatisme des enseignants accompagné des IPR. 
    Ils sont trop attaché à leur discipline et il faut remettre tout cela au pas si on veut que les enseignants appliquent aveuglément toutes les réformes que le gouvernement veut mettre en place.
    • Michel MATEAU, le 10/09/2015 à 17:47
        

      C’est exactement ça… !
      Vous remplacez seulement « aveuglément » par « en conscience » et «remettre tout cela au pas » par « rappeler les principes » et c’est cela….

      "
      Et voilà, le responsable de tout est le corporatisme des enseignants accompagné des IPR. 
      Ils sont trop attachés à leur discipline et il faut rappeler les principes si on veut que les enseignants appliquent en conscience  toutes les réformes que le gouvernement veut mettre en place"

      Rien à ajouter.

  • Viviane Micaud, le 10/09/2015 à 11:23
    Cela fait des lustres que les enseignants n'ont plus de pédagogie frontale. Il faudrait que les communicants qui s'auto-sacrent chercheurs s'en aperçoivent.
    Pour faire progresser les élèves, la première des conditions est que les enseignants sachent quels sont les mécanismes cognitifs de l'apprentissage de la lecture, le calcul, l'expression, la mémorisation des connaissances qui servent ensuite de repères cognitifs, qu'ils sachent  mettre des hypothèses sur pourquoi les enfants n'arrivent pas apprendre, recommencent d'une autre manière ou cherchent de l'aide.
    Les gadgets pédagogiques vantés par cet article sont utiles pour se renouveler, pour donner envie d'apprendre, mais c'est du deuxième ordre. Par ailleurs, ils font partie d'une boîte à outils à disposition des enseignants : ce serait une erreur de les imposer. Cela ne correspond donc pas à ce qu'il faut apprendre en priorité dans les ESPEs.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Accès à la classe exceptionnelle
- Et pendant ce temps, un bon nombre d'enseignants partent en retraite sans avoir accédé à la hors-classe ! C'est la France : donner toujours plus à ceux qui sont déjà bien servis. De : fjarraudPublié : vendredi 1 décembre 2017 07:22Objet : Accès à...
Lecture : Le niveau baisse encore
- Rien d'étonnant quand on voit les méthodes de lecture utilisées par certaines enseignantes de CP.Pourquoi choisir des supports vieillots, décriés par les chercheurs et n'ayant aucun sens alors que la littérature jeunesse est tellement riche et...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces