Comment évoluent les profs ? 

" Les femmes sont les plus nombreuses dans l’ensemble de cette population et leur part est plus forte parmi les jeunes enseignants". Une nouvelle Note de la Depp, la division des études du ministère de l'Education nationale, revient sur les personnels de ce ministère en 2013-2014. Elle souligne les inégalités de répartition et la progression des effectifs.

 

 "La population enseignante exerçant dans l’enseignement scolaire est majoritairement féminine (70 %). Cette féminisation est plus forte dans le secteur privé (74,3 % contre 69,2 % dans le public) et dans le premier degré (privé : 91,1 %, public : 81,4 %)", explique une nouvelle Note de la Depp. "La féminisation se renforce avec l’arrivée de nouvelles générations. La part des femmes est d’autant plus forte que les enseignants sont jeunes, quel que soit le secteur : parmi les professeurs des écoles par exemple, 88,8 % des moins de 30 ans sont des femmes et 72,4 % des 50 ans et plus. Ces parts sont de 71,3 % et 59,9 % chez les professeurs certifiés, 59,6 % et 48,4 % chez les agrégés". Elle souligne aussi les inégalités de salaire entre les sexes dans l'institution scolaire.

 

 La Note montre aussi la progression des emplois suite à l'alternance politique. " À la rentrée 2013, un peu plus d’un million de personnes relèvent de l’Éducation nationale, secteurs public et privé sous contrat confondus. Leur nombre a augmenté de plus de 1 % par rapport à 2012. Les effectifs des enseignants progressent (près de 2 %), ceux des non-enseignants sont en léger recul".

 

La géographie des enseignants prend aussi des caractéristiques inattendues. L'enseignant semble naitre au nord pour migrer vers le sud. " Les académies d’Île-de- France, d’Amiens, du Centre (Orléans- Tours, Dijon), sont plus jeunes (entre 11  et 28 enseignants de 50 ans et plus pour 10 de moins de 30 ans) que celles du littoral Ouest. Celle de Montpellier est caractérisée par un nombre particulièrement élevé d’enseignants âgés : pour 10 d’entre eux de moins de 30 ans, 120 ont 50 ans ou plus". En Ile-de-France les jeunes enseignants encerclent les vieux parisiens...

 

François Jarraud

 

La note

Enseignantes, comment se fabrique l'inégalité dans l'Education nationale

 

 

Par fjarraud , le jeudi 10 septembre 2015.

Commentaires

  • maria1958, le 10/09/2015 à 11:31
    Sur l'augmentation du nombre d'enseignants, précision figurant dans la note:
    "Entre 2012 et 2013, leurs effectifs augmentent de 1,7 %, plus fortement dans le secteur public (1,9 %) que dans le secteur privé (0,7 %). La hausse est plus marquée dans le premier degré que dans le second. Le recrutement d’environ 16 500 admissibles contractuels à la session exceptionnelle des concours enseignants, au titre de l’année scolaire 2013-2014, explique largement cette évolution. Ces contractuels, qui ont été recrutés pour une durée d’un an, ont effectué un service à temps incomplet (un tiers de temps de l’obligation de service des corps auxquels ils postulaient). Le nombre des non-titulaires a donc fortement augmenté (+ 56,3 % dans le public et + 7,4 % dans le privé) et se traduit par une hausse globale de 1 % du volume de travail en équivalent temps plein (ETP) de l’ensemble des enseignants. "
  • maria1958, le 10/09/2015 à 11:31
    Sur l'augmentation du nombre d'enseignants, précision figurant dans la note:
    "Entre 2012 et 2013, leurs effectifs augmentent de 1,7 %, plus fortement dans le secteur public (1,9 %) que dans le secteur privé (0,7 %). La hausse est plus marquée dans le premier degré que dans le second. Le recrutement d’environ 16 500 admissibles contractuels à la session exceptionnelle des concours enseignants, au titre de l’année scolaire 2013-2014, explique largement cette évolution. Ces contractuels, qui ont été recrutés pour une durée d’un an, ont effectué un service à temps incomplet (un tiers de temps de l’obligation de service des corps auxquels ils postulaient). Le nombre des non-titulaires a donc fortement augmenté (+ 56,3 % dans le public et + 7,4 % dans le privé) et se traduit par une hausse globale de 1 % du volume de travail en équivalent temps plein (ETP) de l’ensemble des enseignants. "
  • maria1958, le 10/09/2015 à 11:18
    Sur l'augmentation du nombre d'enseignants, précision figurant dans la note:
    "Entre 2012 et 2013, leurs effectifs augmentent de 1,7 %, plus fortement dans le secteur public (1,9 %) que dans le secteur privé (0,7 %). La hausse est plus marquée dans le premier degré que dans le second. Le recrutement d’environ 16 500 admissibles contractuels à la session exceptionnelle des concours enseignants, au titre de l’année scolaire 2013-2014, explique largement cette évolution. Ces contractuels, qui ont été recrutés pour une durée d’un an, ont effectué un service à temps incomplet (un tiers de temps de l’obligation de service des corps auxquels ils postulaient). Le nombre des non-titulaires a donc fortement augmenté (+ 56,3 % dans le public et + 7,4 % dans le privé) et se traduit par une hausse globale de 1 % du volume de travail en équivalent temps plein (ETP) de l’ensemble des enseignants. "
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces