B Hamon propose d'augmenter les PE avec les primes des professeurs de prépas 

"Je vais déposer un amendement sur les professeurs du premier degré, qui reçoivent une indemnité de 400 euros par an pour l'accompagnement des élèves", a annoncé Benoit Hamon le 11 octobre sur RTL. Une proposition qui fait du bruit car l'ancien ministre de l'Éducation nationale propose de doubler la prime en récupérant des moyens sur les classes préparatoires.

 

Alors que le parlement va commencer l'examen du budget 2016, la proposition de B Hamon sur RTL le 11 octobre a pris une nouvelle tournure le 12 octobre avec des réactions syndicales. "Les professeurs des écoles sont parmi les moins bien payés en Europe", explique l'ancien ministre de l'éducation nationale, une réalité incontestable. Comparant l'ISAE des professeurs des écoles (400 euros annuels) et l'ISOE des professeurs du secondaire (1200 annuels) il propose de doubler en 2016 l'ISAE. Et pour cela il propose de " revoir les conditions de rémunération des professeurs de classes préparatoires, très bien payés pour être devant quatre élèves".

 

La proposition arrive au moment où la ministre de l'éducation a promis d'augmenter l'ISAE sur 2016. Mais doubler l'ISAE représente un coût de 140 millions, une somme pas facile à trouver même si le budget de l'éducation augmente de 500 millions en 2016. Pour B Hamon la solution consiste à transférer de l'argent des classes préparatoires, la formation la plus couteuse de tout le système éducatif, vers le primaire. De 2002 à 2012, les dépenses des CPGE ont augmenté nettement plus vite que le nombre d'élèves. Quant aux crédits des "colles", elles sont montées de 50 à 70 millions sur cette période. En 2013,  V Peillon avait tenté ce transfert. Cela lui avait couté sa place de ministre.

 

Aussitôt le Snalc et FO sont montés au créneau. Pour FO, " les professeurs de classe préparatoires effectuent un travail dont la qualité est reconnue par tous. Ils méritent mieux que les propos méprisants de leur ancien ministre". Pour le Snalc, " suggérer par cet amendement de s'attaquer à nouveau aux CPGE ne serait-il pas un habile moyen de pousser vers la sortie celle qui lui a succédé au Ministère, Mme Vallaud-Belkacem" , interroge le syndicat. Pour lui, cette mesure " reviendrait à porter un coup fatal à ces filières plébiscitées par les familles qui permettent à des jeunes issus de tous les milieux sociaux de réussir leurs études à moindre coût". Deux affirmations osées au regard de la sociologie et du coût des CPGE..

 

F Jarraud

 

B Hamon sur RTL

Sur les primes de prépas

Budget : embellie en 2016 ?

Les syndicats du primaire ont-ils raison de faire pression ?

 

 

 

Par fjarraud , le mardi 13 octobre 2015.

Commentaires

  • G Furelaud, le 13/10/2015 à 09:07
    Bonjour,

    B Hamon montre ici sa méconnaissance du système des CPGE... En particulier il oublie (ne sait pas...) qu'un très grand nombre de khôlleurs intervenant en CPGE ne sont pas des enseignants de classe prépa, mais des professeurs exerçant dans le secondaire : ceux qui seront au final le plus impactés par une telle mesure seront ces intervenants là. Il oublie (ne sait pas...) aussi que les khôlles sont payées en fonction du nombre d'étudiants effectivement interrogés, ce qui fait qu'une heure de khôlle effective n'est pas forcément toujours payée de la même manière (alors qu'au final le travail fourni n'est pas forcément si réduit que cela). Il oublie (ne sait pas...) que la durée réelle d'une heure de khôlle est très variable selon les matières : 1 heure en Maths par exemple, mais entre 1,5 et 2 heures en SVT, sans différence de paie. Il oublie (ne sait pas...) qu'en province, nombre de CPGE peinent à recruter les intervenants nécessaires à la réalisation des khôlles (quand on doit faire 30 km de voiture pour venir khôller, le tarif horaire des khôlles ne devient plus très intéressant...). Bref, comme d'habitude, B Hamon propose une mesure démagogique, visant à monter les enseignants les uns contre les autres, en se basant sans doute sur les cas (minoritaires) de "profiteurs" du système, et en stigmatisant la majorité qui est très loin de s'enrichir avec les khôlles...
    Concernant l'augmentation du coût des khôlles sur 2002-2012, il est à mettre en relation avec les ouvertures de CPGE sur la même période.
    Pour conclure sur la sociologie des CPGE : le principal frein à la présence des classes dites défavorisées en CPGE réside essentiellement dans l'auto-censure des candidatures des élèves de Terminale... Par contre, les écarts présents au  niveau du Bac entre les classes sociales sont pour l'essentiel gommés après deux années de CPGE !  Quelle autre filière post-bac réalise cela ? De même les étudiants boursiers disposent d'une aide importante au niveau des frais d'inscription aux concours (très souvent gratuits), ce qui facilite leur entrée en écoles.
    • maria1958, le 13/10/2015 à 14:13
      L'amendement est aussi révélateur du positionnement politique de B. Hamon, prétendument critique de la ligne austéritaire du gouvernement, mais ne répugnant pas, on le voit, aux petites diversions bien éculées.

      Etant donné qu'on refuse de toucher aux 6 milliards du Crédit Impôt Recherche (niche fiscale avérée pour les grandes entreprises), qu'on persiste avec les dizaines de milliards du Crédit Impôt Compétitivité (qu'Air France touche tout en licenciant, quelle efficacité!), qu'on décide de faire (encore) 16 milliards de coupes supplémentaires dans les dépenses de l'Etat au budget 2016...  

      Etant donné qu'on refuse toujours de revaloriser le point d'indice dont le gel, non-stop depuis la droite en 2010, a fait perdre à tous 10% du pouvoir d'achat salarial...... 

      Etant donné qu'on ne touche pas à tout cela, et donc qu'on renonce à toute politique publique ambitieuse, à se demander pourquoi on veut tant faire de la politique, qu'est-ce qui reste ? Eh bien, diviser les gens et les opposer entre eux, ça les occupera. 

      Hamon ne trouve rien de mieux que de taper sur les "nantis" de prépa pour couvrir une énième politique de redéploiement, pas très original. Tant qu'à faire dans la logique "déshabillons les uns pour donner des miettes aux autres", le vrai créatif c'est Razzy Hammadi (PS): avec son amendement à lui, il s'agit de faire payer l'impôt sur le revenu à tous les ménages jusqu'à présent jugés trop pauvres pour être imposés. Faire sortir 30 à 50€ à quelqu'un qui est au RSA, et qui paie déjà la TVA sur tout ce qu'il arrive à acheter, voilà une mesure intelligente. "Justification" de cette mesure: tondre les plus pauvres, ça ferait 400 à 600 millions d'euros à reverser, nous dit-il, aux "classes moyennes"... 

      Pendant que Hamon, Hammadi et quelques autres s'échinent à faire semblant de "redistribuer" en ne touchant surtout pas au grisbi,  Macron et les grands patrons se marrent....
  • Delafontorse, le 13/10/2015 à 22:36
    Ce fossoyeur sous la dictée de Peillon, signataire en août 2014 du décret cassant les Décrets de 1950 qui organisaient le statut des professeurs, veut sans aucun doute achever son "oeuvre" et finir d'abaisser l'Ecole de la République et la France.

    Que ne propose-t-il à madame Le Branchu d'augmenter le point d'indice des fonctionnaires enseignants ? Et la suppression de certaines indemnités parlementaires ?

    3500 € de rémunération mensuelle doivent lui paraître beaucoup trop pour l'enseignement de normaliens agrégés à thèse(s) inséminant la pensée et la recherche françaises de demain. Il est vrai que sa licence d'histoire de l'Université de Bretagne occidentale ainsi que ses compétences en apparatchikisme lui permettent d'aspirer à un bien meilleur revenu pour enfumer et contribuer à abêtir les Français. 

    Les sorties de ce monsieur ne suscitent plus qu'une seule chose : le dégoût. 


    • jackd, le 13/10/2015 à 18:58
      "Les sorties de ce monsieur ne suscitent plus qu'une seule chose : le dégoût."

      Cette sortie, comme celles de quelques intervenants de cet espace, alors qu'on sait que le système éducatif français renforce les inégalités, apparaît pour ce qu'elle est : dégueulasse.
      • Delafontorse, le 13/10/2015 à 22:37
        Tous au RSA, donc. Pourquoi pas ? Mais vraiment tous, alors. Vous, Dassault, Pinault, Gattaz - et bien sûr Hamon - compris. 
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces