L'histoire à l'école élémentaire depuis 1945 

De nombreux livres ont été écrits sur l'histoire des disciplines scolaires. La thèse de Benoît Falaize a une particularité : l'auteur aime les enseignants. Il ne s'en tient pas aux manuels ou aux programmes pour estimer l'évolution d'un enseignement. Benoît Falaize cherche à atteindre ce qui se passe en classe. En décryptant les  cahiers d'élèves, les rapports d'inspection, la presse pédagogique , il nous révèle un continent  inconnu : l'histoire des pratiques pédagogiques. Une histoire qui évolue mais à un rythme bien différent des débats politiques et même des instructions officielles.


On le sait : l'école a une place à part dans la construction de la nation française. C'est un des piliers de la nation. Et dans ce projet, les pères fondateurs ont donné à l'enseignement de l'histoire une place à part, celle de créer une nation  républicaine. Aussi travailler sur l'enseignement de l'histoire à l'école élémentaire c'est revivre les soubresauts de l'histoire politique nationale, tellement est récurrent le débat sur cet enseignement et tellement il traverse les lignes  du débat politique général.


Le grand intérêt de la thèse de Benoît Falaize (Université de Cergy Pontoise, Espe de Versailles) c'est de ne s'en tenir ni au débat politique, ni à sa transcription dans les programmes et les manuels scolaires. B Falaize nous emmène dans la classe où il évalue l'évolution des pratiques à travers les cahiers d'élèves conservés, les rapports d'inspection sur des territoires (par exemple la Charente maritime) ou la presse pédagogique (et notamment le Journal des instituteurs).


Cette approche tout à fait nouvelle éclaire puissamment le découpage chronologique que propose B Falaize où se superposent des temps différents. Temps courts des politiques qui font rédiger des programmes et des instructions. Temps long des pratiques de classe qui évoluent par "bricolage" des enseignants entre ce qu'ils pensent être l'enseignement de l'histoire, les modèles que transmettent les titres spécialisés ou les formations et le bagage reçu des anciens.


C'est avec ce regard qu'il faut lire le découpage en périodes que propose B Falaize. La première concerne la 4ème République. Après une phase d'hésitation sur le maintien de l'enseignement de l'histoire, des tentatives de renouvellement pédagogique, on est vite revenu à une histoire traditionnelle marquée par le tropisme du certificat d'étude et faisant l'impasse sur le traumatisme de  la guerre.


Là B Falaize apporte un second éclairage totalement nouveau par un travail très pointu sur l'enseignement de l'histoire dans les colonies. On en retiendra une remise en question de la carte postale de "nos ancètres les Gaulois". L'école coloniale a cherché à faire le lien avec les cultures locales même si c'est pour mieux justifier le système colonial.


Les débuts de la 5ème République montrent une évolution des pratiques avec l'entrée du document dans la classe et déjà l'arrivé de méthodes actives. Cela passe par exemple par l'intérêt pour l'histoire locale. Là aussi il faut lire les pages que B Falaize consacre aux rapports d'inspection, aux échanges entre inspecteurs, tout acquis aux idées nouvelles et les enseignants qui défendent leur gestes professionnels.


Les années 1969 à 1978 sont celles de la tentative d'un renouvellement de l'enseignement de l'histoire avec "l'éveil". Aux réflexions menées par l'INRDP répond le désarroi enseignant mais aussi une certaine continuité des pratiques. Finalement la récréation, dans la mesure où elle a eu lieu,  est vite sifflée. Le débat des années 1978 à 1985 voit le retour à la tradition. Dans les classes se fabrique un nouvel équilibre entre éveil et pratiques traditionnelles.


Benoit Falaize nous emmène alors vers les débats récurrents sur l'histoire qui traversent les 30 dernières années. Elles sont marquées par l'invasion des  différentes mémoires  mais aussi par une évolution des pratiques.


On retiendra surtout de ce livre l'idée de la complexité de l'enseignement de l'histoire au primaire. Plus qu'aux débats politiques, les enseignants font face aux questions du "comment faire". Comment enseigner une réalité historique complexe à de jeunes enfants. De ce coté là, la thèse de B Falaize apporte des éclairages tout à fait nouveaux et qui peuvent aider concrètement les enseignants de terrain aujourd'hui. Car faire évoluer l'enseignement de l'histoire à l'école c'est répondre au désarroi des enseignants et non l'entretenir à coup de débats politiciens.


François Jarraud

Benoit Falaize, L'histoire à l'école élémentaire depuis 1945, Presses universitaires de Rennes, ISBN 978-2-7535-4357-7, 19 euros.


Le sommaire



Benoît Falaize : Les enseignants face à la difficulté de transmettre


"Il y a la question du comment faire. Ces questions là sont fondamentales. Elles se posent depuis toujours sur l'enseignement de l'histoire et particulièrement celle du comment faire."  Benoît Falaize nous donne un riche entretien où il démonte les débats sur l'enseignement de l'histoire pour en revenir à l'essentiel : ce qui se passe dans la classe. 


Quelle est la place de l'enseignement de l'histoire à l'école élémentaire ? Est-elle restée au même niveau ou a-t-elle évolué ?


Il n'y a eu qu'un moment où on s'est demandé s'il fallait maintenir l'enseignement de l'histoire à l'école élémentaire. C'est après la Libération. Les arguments c'était que cet enseignement était chauvin, belliciste et trop difficile pour les enfants. Mais juste après l'enseignement de l'histoire est réinstallé dans les programmes. Le seul moment où la part de l'histoire diminue c'est au moment de l'éveil, entre 1978 et 1985, où on expérimente de nouvelles formes de pédagogie. Là l'histoire fait partie des " sciences sociales" avec 5 autres disciplines. Mais dès la fin des années 1970 , c'est très discuté.  Et dès 1980, avant Chevènement (1985), on rétablit une heure hebdomadaire d'histoire. Sous Darcos on amoindrit de 15 minutes l'histoire mais c'est anecdotique.


Quand on lit votre thèse on a l'impression qu'il y a un double mouvement du temps. Celui des instructions officielles et celui de la classe. Qu'en pensez vous ?


C'est l'idée centrale de mon travail. Il y a une déconnexion constante et permanente entre les textes officiels, les manuels et la réalité de la pratique effective de l'histoire dans la classe. C'est difficile à percevoir.  On perçoit ce qui se passe dans la classe par les rapports d'inspection, les cahiers d'élèves et les revues pédagogiques. On arrive ainsi à deviner les contours.


Et on voit que les programmes ne modifient pas les pratiques. Evidemment des thèmes arrivent dans les contenus d'enseignement comme en 2002 la Shoah. Mais c'est à la marge. Ce qui est important c'est des évolutions beaucoup plus longues qui dépendent des courants pédagogiques, des manières de faire , des usages qui se transmettent. On a une sédimentation de pratiques. Rien ne disparait jamais. Et rien n'est profondément original.  


C'est une particularité de l'école élémentaire que l'on ne retrouve pas à l'école secondaire car là si on a des modes opératoires pédagogiques, les programmes font le contenu du cours. A l'école c'est différent. Par exemple, pendant l'éveil où il n'y a pas de programme, on continue à enseigner l'histoire comme il y a 20 ans et inversement on se rend compte aujourd'hui qu'il reste un peu d'éveil dans les classes alors qu'il a disparu institutionnellement.


Ca pose la question des facteurs d'évolution. Si ce n'est pas les programmes, c'est la formation ? Les échanges entre enseignants ? Internet ?


C'est quand même les programmes mais ancrés dans l'histoire c'est à dire compris à travers la représentation que l'on a de l'histoire. Il ne faut pas oublier que les professeurs des écoles ne sont pas des spécialistes. Ensuite il y a la question des évolutions de société. Au tournant de années 1990 se construit un nouveau regard vers l'histoire plus mémoriel, plus citoyen , mais pas de la même citoyenneté qu'au 19ème siècle. On ne cherche plus à faire de élèves des Français mais des acteurs sociaux du futur.


Un autre élément c'est que dans les usages de 'histoire il y a les bricolages pédagogiques des enseignants soumis à des modes pédagogiques avec à la marge l'influence des mouvements pédagogiques. Par exemple c'est intéressant de voir comment le mouvement Freinet a à la fois peu diffusé et en même temps on retrouve dans les pratiques des éléments qui viennent du mouvement. Il y adonc beaucoup du mimétisme. L'enseignant plus âgé transmet son matériel, ses manières de faire. Il ya des doxas qui semblent des évidences.


Par exemple, dans les années 1980-1990 s'est imposé le fait de présenter des documents avec en dessous 4 ou 5 questions. Avec l'idée que faire l'histoire c'est analyser des documents. Ca s'est institutionnalisé sans textes prescriptifs.


On aurait pu penser que d'autres facteurs auraient pu être plus prégnants. Je pense à l'APHG (association des professeurs d'histoire-géographie) : a-t-elle eu une grande influence sur l'enseignement de l'histoire à l'école élémentaire ?  Le rôle de la masterisation : par exemple on doit avoir des professeurs des écoles qui sont diplômés en histoire. Ensuite il y a le rôle d'internet et des blogs d'enseignants. Vous avez une idée de leur influence ?


L'APHG a un rôle quasi nul car quand elle intervient c'est au moment de critiques de l'école élémentaire. Et les enseignants du primaire soit sont indifférents à ses positions soit sont en opposition avec elle. Son rôle c'est de lancer le débat. A la fin des années 70, c'est l'APHG qui lance le débat sur l'enseignement de l'histoire à l'école élémentaire sur l'idée de "on n'enseigne plus l'histoire à nos enfants".


Quand on réfléchit à l'impact de la masterisation, on voit que la vraie évolution ne se situe pas au moment de la masterisation mais au moment où, pour devenir enseignant, il faut avoir fait trois ans d'études après le bac. A ce moment là on recrute des professeurs d'école normale et d'IUFM chez les professeurs du secondaire y compris des professeurs d'histoire du secondaire qui transmettent une didactique de l'histoire qui vient du secondaire. Par exemple l'usage du document, la critique du document, des procédures intellectuelles qui viennent du secondaire et qui étaient étrangères au monde de l'école élémentaire. Cela va structurer les pratiques qui existent aujourd'hui dans l'enseignement de l'histoire à l'école.


En ce qui concerne Internet et les blogs d'enseignants, on manque d'études suffisamment longues et sérieuses pour évaluer les effets d'internet sur les modifications des pratiques des enseignants avec Internet.


Une question apparait centrale et se retrouve sur toute la période que vous étudiez. C'est celle de l'enseignement de l'histoire au service du roman national et de la construction de l'identité nationale. Ca reste une question actuelle ?


La question nationale est au coeur de tous les débats sur l'enseignement de l'histoire depuis un siècle et demi. Savoir ce qu'on veut faire de l'enseignement de l'histoire avec des enfants aussi petits est bien une question fondamentale. V Duruy au 19ème siècle se la posait déjà. C'est la question des Républicains sous la IIIème République. On se la pose à nouveau juste après la 1ère guerre mondiale pendant laquelle le corps des instituteurs a été très touché mais des élèves aussi sont morts au combat.  On se demande ce qu'est cet enseignement qui provoque du chauvinisme et qui envoie les enfants à la mort.


J'observe trois périodes de désenchantement. Celle de l'entre deux guerres où la 1ère guerre a remis en cause le récit de l'histoire. Le second c'est après la 2de guerre mondiale car le choc a été tel qu'on se demande ce qu'il faut dire aux enfants. Il y a un 3ème choc qui se situe avec l'allongement de la scolarité par la réforme Berthoin. Là on se dit qu'on ne va pas couvrir toute l'histoire nationale puisque les enfants vont la revoir au collège. Et au même moment c'est la décolonisation et on voit qu'il est difficile de chanter la France universelle alors que décolonisation remet en cause cet universalisme. C'est encore le débat d'aujourd'hui : à quoi sert l'enseignement de l'histoire ? Pour quel récit national, intégrateur ? Quels contenus doivent être enseignés ? Là le débat reste entier.


Mais ce que ne savent pas les débatteurs, c'est qu'ils utilisent des arguments dans tous les camps qui ont été utilisés à la fin du 19ème et tout au long du 20ème. Il y a ceux qui disent : "il faut développer l'esprit critique et à bas l'histoire nationale" et ceux qui disent il faut un récit français.


Personnellement, je défends un 3ème discours. On ne fait pas d'histoire sans discours scientifique même avec des enfants. Mais il faut savoir le traduire dans le langage des enfants. On a des choses à montrer aux enfants qui ne sont pas de l'ordre d'un modèle français mais qui sont des valeurs et des personnages qui permettent de donner du sens à des mots comme dignité, égalité , lutte contre les inégalités, ces combats majeurs des hommes et des femmes depuis toujours. Ce n'est pas un récit national. O peut bien sur parler de grands hommes comme Jean Moulin ou Lucie Aubrac parce qu'ils permettent de faire comprendre des valeurs aux enfants.


Peut-on dire que la question mémorielle pénètre de plus en plus l'enseignement de l'histoire ?


Oui à partir du tournant du siècle. Il y a un effet des programmes de 2002. Mais on en avait déjà des traces avant. Par exemple avec l'histoire de la Shoah puis d'autres mémoire qui se sont installées par exemple l'esclavage. Mais ça s'est installé toujours sous l'angle moral dans les pratiques de classe, celui du bien et du mal. On sait qu'on a le collège et le lycée qui feront le travail scientifique.


Vous concluez par un mot dur celui du désarroi des enseignants. Peut on dépasser ce désarroi sur les contenus et sur els méthodes ?


C'est compliqué. On retrouve une question lancinante : la difficulté à enseigner l'histoire , à savoir ce qu'ils doivent enseigner , ce qu'ils doivent retenir et isoler de l'enchevêtrement des événements. Que doivent retenir les enfants ? Et puis il y aussi la question du comment faire. Faut-il utiliser des documents ? Combien ? Comment ?


Ces questions là sont fondamentales. Elles se posent depuis toujours sur l'enseignement de l'histoire et particulièrement celle du comment faire.  

Le grand apport de votre thèse c'est de réintroduire les pratiques dans un sujet qui reste très politique ?


Quand on revient aux pratiques on se rend compte que ces débats, s'ils sont bien légitimes, ont peu de prise sur la vie de la classe et les pratiques enseignantes. Ils définissent une orientation mais ça reste à la marge de ce qui se fait en classe. L'essentiel c'est cette difficulté qu'ont les enseignants à transmettre l'histoire.


Propos recueillis par François Jarraud



Par fjarraud , le vendredi 04 mars 2016.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide
- De : monique O Publié : jeudi 14 septembre 2017 08:05 Objet : E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide Savez-vous que dans les écoles , les évaluations diagnostiques cp ne sont pas nouvelles! Dans certaines...
Rémi Brissiaud : En maths une réforme hors de portée
- Monsieur Brissiaud, j'ai été très sensibilisée à votre pédagogie des mathématiques en IUFM, il y a 20 ans. Après avoir testé de nombreuses choses (dont Ermel), j'utilise depuis 3 ans votre fichier J'apprends les Maths en CE1 et CE2. Et mes...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces