Revalorisation : Le gouvernement cède 1,2% 

C'est le dégel. Après 6 années de gel du point Fonction publique, sur lequel se calculent les salaires des 5,6 millions de fonctionnaires et agents publics, le gouvernement a proposé aux syndicats une augmentation de 1,2% le 17 mars. Une mesure déclarée insuffisante par tous les syndicats. Mais les réactions varient entre ceux qui annoncent un mouvement et ceux qui préfèrent négocier...

 

Une promesse ministérielle

 

"Ce qui nous distingue de l’opposition, c’est que j’estime qu’il faut augmenter les enseignants mais que ça ne peut pas se faire avec un budget contraint. Il faut se donner les moyens budgétaires d’assumer la hausse de la rémunération des enseignants". Le 22 octobre 2015, la ministre de l'éducation nationale avait de fait promis une augmentation de salaire aux enseignants.

 

Un accord général...

 

Le 17 mars, dans le cadre des négociations PPCR, la ministre de la Fonction publique a proposé 1%, puis 1.2% de hausse du point Fonction publique gelé depuis 2010. Celle-ci se fera en deux temps, à hauteur de 0,6% le 1er juillet 2016, et de 0,6% au 1er février 2017. Pour un enseignant ayant 10 ans d'ancienneté cela représentera à terme une hausse de 311.38 € brut par an.

 

Cette revalorisation représente la perte de pouvoir d'achat du salaire net moyen de la fonction publique entre 2010 et 2013 selon le ministère de la fonction publique. Autrement dit le gouvernement estime avoir récupéré la moitié de la dégradation salariale issue du gel. La Cgt chiffre de son coté à 8% la perte de pouvoir d'achat sur la période. Pour la seule année 2013, l'Insee a évalué que les salaires des fonctionnaires ont globalement diminué en pouvoir d'achat de 0,7% .en 2013.

 

Qui ne reflète pas la situation des enseignants

 

Mais cet état moyen ne représente pas la situation des enseignants. Ainsi l'Insee en 2013 a calculé que leur baisse de rémunération a été trois fois plus forte que celle de autres fonctionnaires :  -0,4 pour les non enseignants, - 1,1% pour les enseignants. Cela en euros constants. L'écart s'explique par le fait que dans les autres ministères, le gel du point FP a été partiellement compensée par des primes, ce qui n'est pas le cas à l'Education nationale. En 2012 les salaires enseignants avaient diminué 15 fois plus vite que ceux des autres fonctionnaires.

 

On attend donc des gestes propres aux enseignants que la ministre a aussi promis en octobre 2015. Notamment elle s'est engagé à revaloriser l'ISAE , une prime perçue par les professeurs des écoles.

 

Les syndicats divisés

 

Chez les enseignants, les syndicats ont réagi différemment à l'annonce de la revalorisation. Pour la Fsu, "la décision d’en finir avec le gel de la valeur du point d’indice est un signal positif pour les plus de 5 millions d’agents. L’annonce gouvernementale.. marque une volonté de sortir de cette situation injuste de régression salariale. Mais elle ne peut être qu’un premier pas.  En effet, cette revalorisation n’est pas suffisante pour répondre aux attentes des agents". La FSU appelle donc à manifester le mardi 22 mars " selon des modalités diversifiées."

 

Le Snuipp Fsu ajoute une touche particulière pour le primaire. "Le contentieux salarial est loin d’être réglé pour l’ensemble des fonctionnaires et de manière spécifique pour les enseignants du primaire dont la faible rémunération est pointée du doigt. Nous continuons de demander la tenue d’autres rendez- vous « salaires » qui permettent d’aboutir à un vrai plan de rattrapage de notre pouvoir d’achat.  Dans le même temps, il est urgent de régler la situation des enseignants du primaire dont la faible rémunération est soulignée rapport après rapport. Améliorer nos carrières et porter l’ISAE à 1 200 euros (à parité avec l’ISOE du second degré) est plus que jamais d’actualité alors que vont s’ouvrir des discussions dans l’Éducation nationale".

 

Position différente du coté du Se-Unsa. "Nous considérons que dans le contexte économique actuel, il s’agit là d’un geste significatif qui vient s’ajouter à l’accord PPCR qui va être décliné dans l’Éducation nationale . Ce dernier va permettre un plan de montée en charge d’une réelle revalorisation des professeurs dès 2017 et jusqu’en 2020, notamment par la refonte des grilles indiciaires. Dans ce contexte, l’Unsa FP et le SE-Unsa n’appelleront pas à la grève le 22 mars prochain".

 

L'Unsa Education annonce sobrement  : "nous reviendrons également à la charge sur la valeur du point puisque, désormais, le rendez-vous salarial est annuel".

 

François Jarraud

 

Communiqué

Assumer la hausse

Les enseignants ont-ils raison de faire grève pour leur salaire

Fsu

Snuipp

Se Unsa

Unsa Education

 

 

Par fjarraud , le vendredi 18 mars 2016.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces