Salaire enseignant : -0.1% en 2014 

Comment calculer l'évolution réelle du salaire des enseignants ? Pour l'Insee c'est -0.3%. Mais dans une nouvelle Note, la Depp arrive de son coté à 0.1% et détaille la question jusqu'à retomber sur du positif. Ce qui est sur c'est que les inégalités restent fortes aux dépens des enseignants...

 

Le secondaire davantage touché

 

Comment a évolué la rémunération des enseignants en 2014, an 0 de la ministre actuelle ? "Par rapport à 2013, le salaire net moyen de la population enseignante, incluant les titulaires et les non-titulaires du premier degré et du second degré, a augmenté de 0,4 % en euros courants", note la Depp. "Compte tenu d’une hausse  des prix de 0,5 % en moyenne annuelle en 2014, ce dernier a légèrement diminué (- 0,1 % en euros constants)".

 

Pour expliquer cette baisse la Depp rappelle le gel du point fonction publique mais aussi les recrutements de nouveaux enseignants (titulaires ou pas) qui ont augmenté les postes peu rémunérés. Pour la Depp, "le renouvellement de  la population enseignante a un fort effet sur l’évolution du salaire net moyen" mais ce renouvellement concerne moins de 3% du corps enseignant...

 

La Depp montre aussi des évolutions comparées du primaire et du secondaire. Alors que les enseignants du primaire ont connu une hausse de 0.6% (en euros courants, 0.1 en constants) du fait de la création de l'ISAE, les enseignants du secondaire ont vu leur salaire chuter de -0.5% (en euros courants, -1% en constants).

 

Les enseignants davantage frappés que les autres fonctionaires

 

La Depp n'est pas la seule à travailler sur cette question. Selon l'Insee, qui a publié une étude cet été, le salaire net des salariés de la fonction publique a diminué de -0.2% en 2014. Une moyenne qui prend en compte tous les salariés, fonctionnaires ou pas. Si l'on prend en compte le salaire des seuls fonctionnaires, il a augmenté de +0.2%. Mais ce que montre surtout  la publication de l'Insee c'est l'écart entre les enseignants et les non enseignants. Le salaire net , en euros constants, des enseignants a diminué de -0.3% en 2014, c'est à dire nettement plus vite que celui des agents de la fonction publique en général. On a là une constante. En 2013, le salaire des enseignants avait baissé de -1.1% quand celui des non-enseignants diminuait de -0.4%.

 

Le décalage avec l'Europe confirmé

 

De son coté l'Europe publie aussi des données sur les salaires des enseignants européens en 2013-2014. Elle montre d'abord le décalage des salaires français par rapport à ceux de nos voisins. Exprimé en euros, 14 pays européens versent un salaire de débutant supérieur au salaire français. Alors que le salaire moyen du professeur des écoles est d e24 724 €, on, est à 42 891 en Allemagne, 25123 en Angleterre; 27 754 en Espagne, 30 335 en Belgique, 32 225 aux Pays Bas, 48 360 en Norvège, 31 699 en Finlande. En n'oubliant pas le record européen du Luxembourg.

 

Toujours selon cette étude, la majorité des pays européens a augmenté les salaires enseignants. Dans la moitié des pays européens les salaires ont augmenté en 2013-14 dans le cadre de mesures générales de la fonction publique ou de réformes particulières aux enseignants. Ainsi en Pologne les enseignants ont obtenu un 13ème mois. Quinze pays européens ont aussi mis en place des rémunérations au mérite souvent versées par les autorités locales. Pourquoi tous ces efforts ? Pour pouvoir trouver des enseignants. Une question que l'on connait bien...

 

François Jarraud

 

L'étude de la Depp

Les enseignants pénalisés en 2014

Etude européenne

 

Par fjarraud , le mercredi 14 septembre 2016.

Commentaires

  • Nervianus, le 19/09/2016 à 09:45
    Bonjour,
    Vos chiffres pour la Belgique sont faux. Sont confondus salaire brut et salaire net. Un enseignant débutant démarre à 1534 euros nets par mois dans le secondaire inférieur (premières années) et 1783 dans le secondaire supérieur.
    Voyez : http://www.enseignement.be/index.php?page=24891&navi=2106 
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces