France : Un risque d'exclusion sociale élevé pour les décrocheurs 

La publication le 5 octobre de Panorama de la société, une étude de l'OCDE sur l'emploi et l'insertion sociale des jeunes est particulièrement sévère pour la France qui apparait parmi les pays ayant le plus de jeunes ni en emploi ni en formation (NEET) avec un fort sentiment de méfiance sociale.

 

 " Il devient de plus en plus difficile pour les jeunes peu qualifiés de trouver un emploi, et à plus forte raison un emploi stable. À moins que des efforts supplémentaires ne soient faits pour améliorer l’accès aux études et à la formation pour tous, la menace d’une société de plus en plus divisée ne va faire que s’accroître", déclare Stefano Scarpetta, Directeur de l’emploi, du travail et des affaires sociales à l’OCDE.

 

Si la remarque vaut pour tous les pays de l'OCDE, "Panorama de la société" donne d'inquiétants résultats pour la France. Avec 16.6% de NEETs, la France est au dessus de la moyenne OCDE et dans les dix pays ayant le taux le plus élevé. De plus ce taux ne cesse de progresser alors que d'autres pays, l'Allemagne par exemple, ont réussi à le faire chuter. Ce taux est aussi beaucoup plus fort chez les jeunes nés à  l'étranger. Le taux de décrochage scolaire st par contre un peu inférieur à la moyenne OCDE.



 

 

Est -ce plus grave ? Le taux de chômage en France se situe à 10.1% au premier trimestre de 2016, nettement au-dessus du niveau de 2007 à 7.5%. La majeure partie des chômeurs est peu qualifiée. La France a la troisième plus forte proportion des 30-54 ans ayant un faible niveau de compétences à l'écrit (21%), et la quatrième plus forte proportion des 30-54 ans ayant un faible niveau de compétences en calcul (27%). Autant dire que cette situation va continuer à peser de façon durable sur les capacités du pays à se relever économiquement.

 

Cette situation a commencé à influer concrètement sur la vie des jeunes. L'Ocde révèle une réalité passée inaperçue : la France a connu la plus forte augmentation de la proportion de jeunes vivant avec leurs parents au cours de la récession : une augmentation de 13 points de pourcentage, de 41% à 54%, comparé à légère augmentation de 1 point de pourcentage dans la zone OCDE).

 

 

 

Une faible proportion (26%) de la population française adulte déclare avoir confiance envers les autres, comparé à 36% dans la zone OCDE. La confiance dans le gouvernement est également inférieure à la moyenne OCDE (30% contre 40%). Pour la France, le Panorama de la société est chargé de menaces.

 

Panorama de la société

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 06 octobre 2016.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces