Faut-il faire la grève des devoirs comme en Espagne ?  

Les parents espagnols ont-ils raison ? Selon l'AFP, la principale association de parents d'élèves espagnols , la CEAPA, appelle ses membres à refuser les devoirs à la maison jugés "préjudiciables aux enfants". Alors les devoirs sont-ils vraiment nuisibles aux enfants ou aident-ils à améliorer le niveau des élèves ? Augmentent-ils les inégalités sociales ou permettent-ils de soutenir le mérite ?

 

Une baisse constante de la durée des devoirs

 

En Espagne, les parents ont fait leur choix. La grève des devoirs va courir tout le long du mois de novembre pour tous les élèves de l'école au lycée. C'est que, selon Pisa, même si en Espagne comme ailleurs le temps passé en devoirs diminue, le pays est le 5ème de l'OCDE pour la longueur des devoirs à la maison.

 

En France, on passe deux heures de moins en devoirs à la maison qu'en Espagne et on se situe dans la moyenne de l'OCDE (5 heures par semaine).  Mais les devoirs à la maison sont un des serpents de mer de l'éducation. Leur interdiction à l'école primaire revient régulièrement dans les instructions officielles. Elle est incluse dans la loi de programmation de 2013 qui promet que " la réforme des rythmes va permettre de rendre effective l'interdiction formelle des devoirs écrits à la maison pour les élèves du premier degré". V Peillon avait promis que les devoirs seraient faits en étude dans les établissements scolaires. Et ce thème est encore présent dans les programmes de candidats à la présidentielle 2017...

 

Les devoirs sont utiles...

 

C'est évidemment oublier que l'Ecole est une pratique sociale et que la question des devoirs n'engage pas que l'institution scolaire mais aussi les parents. Et que ceux-ci ont des expériences scolaires différentes qui sont souvent en rapport avec leur position sociale et le souci de sa préservation.

 

En se basant sur les résultats de Pisa 2012, un test international passé à l'âge de 15 ans, l'OCDE montre que le temps passé à faire ses devoirs a bien un impact sur les résultats scolaires. " Les élèves qui consacrent davantage de temps aux devoirs obtiennent en général de meilleurs scores aux évaluations PISA, tout comme leur établissement", déclare l'OCDE. "Lorsque l’on compare des élèves issus de milieux socio-économiques similaires et scolarisés dans des établissements dotés de ressources similaires, ceux qui fréquentent un établissement où les élèves consacrent davantage de temps aux devoirs obtiennent de meilleurs résultats en mathématiques que ceux qui fréquentent un établissement où les élèves consacrent moins de temps aux devoirs".

 

Mais socialement injustes...

 

Mais " les élèves favorisés sont plus susceptibles que les élèves défavorisés de disposer d’un endroit adéquat pour étudier chez eux et d’avoir des parents impliqués, c’est-à-dire en mesure de leur transmettre des messages positifs sur l’école et l’importance de s’acquitter des tâches demandées par les enseignants, notamment de faire régulièrement ses devoirs", souligne l'OCDE. Elle ajoute que "la relation entre la composition socio-économique de l’effectif d’élèves d’un établissement et le temps que les élèves consacrent aux devoirs peut refléter des différences dans les attentes des enseignants concernant le potentiel de leurs élèves et leur capacité à étudier de façon autonome après la journée de classe".

 

Les devoirs donnés à la maison sont donc bien un facteur d'accroissement des inégalités sociales de réussite scolaire, souligne l'OCDE. " Les devoirs représentent une possibilité supplémentaire d’apprentissage ; toutefois, ils sont susceptibles de creuser les inégalités socio-économiques dans les résultats des élèves. Les établissements d’enseignement et les enseignants devraient trouver les moyens d’encourager les élèves en difficulté et défavorisés à faire leurs devoirs. Ils pourraient, par exemple, proposer d’aider les parents à motiver leurs enfants pour qu’ils fassent leurs devoirs et offrir aux élèves défavorisés la possibilité de faire leurs devoirs dans un endroit calme lorsqu’ils n’y ont pas accès à la maison", déclare l'OCDE.

 

Les devoirs constituent ainsi un des outils avec lesquels l'Ecole contribue à la fabrication des inégalités sociales. C'est peut-être le sens de l'engagement des parents espagnols. Les enseignants, de leur coté, restent devant la difficulté de favoriser la réussite scolaire, tenir compte de la demande des parents et assurer l'égalité.

 

François Jarraud

 

Pisa à la loupe

 

 

Par fjarraud , le vendredi 04 novembre 2016.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces