Timss : La France en queue de peloton en maths et sciences 

Les résultats de Timss sont sans appel : en fin de CM1, les jeunes français ont un niveau nettement inférieur à la moyenne des 49 pays participant à l’enquête internationale TIMSS évaluant les compétences en maths et en sciences. En Europe la France se retrouve tout à fait en bas du tableau, 22ème sur 22. Ces mauvais résultats interpellent les enseignants et leur formation. La ministre a mis en avant la responsabilité des programmes de 2008 et de la suppression de la formation avant 2012. Deux mesures du gouvernement Fillon.

 

De mauvais résultats généralisés

 

Enquête internationale menée par l’IEA, Timss évalue le niveau de compétences en maths et sciences à trois niveaux. La France a participé à deux niveaux : la fin de CM1 et la terminale scientifique. On reviendra plus tard sur les résultats de terminale car le principal problème se situe en CM1.

 

En fin de CM1, le score des jeunes français est de 488 en maths et 487 en sciences. La France se situe nettement en dessous de la moyenne des 49 pays participants qui est de 500 points et en dessous de la moyenne européenne qui est de 527 points en maths et 525 en sciences. Ils sont aussi en dessous de la moyenne Ocde : 528 et 527.

 

Ce bas niveau est général. Seulement 23% des élèves français ont un bon niveau en maths contre 48% des européens et 42% de tous les participants.  En sciences c’est respectivement 22, 45 et 46%.

 

Les résultats sont mauvais partout : en nombre (France 484 contre 526 dans l’UE), présentation de données (475 contre 525), géométrie (503 contre 529).  Le niveau en physique est de 482 contre 522, en sciences de la terre de 484 contre 523. 

 

Par domaine cognitif, les écoliers ont peu de connaissances en maths et sciences (484 et 482). Ils sont faibles en raisonnement (491 et 81) et en application (488 et 494).

 

La faute à qui ?

 

En commentant ces résultats le 29 novembre, N Vallaud-Belkacem a mis en cause le gouvernement Fillon. « Ces élèves de CM1 sont entrés en CP en 2011 », a-t-elle dit. « C’est la génération sacrifiée qui paye au prix fort les choix politiques du gouvernement Fillon. Ils ont suivi leur scolarité avec les programmes de 2008 dont l’Inspection générale a souligné les faiblesses. Ils ont connu les suppressions de postes et une formation réduite à peau de chagrin. Ces élèves payent le prix de cette politique. Ils le paieront à l’avenir si la même politique est appliquée ».

 

Les facteurs qui expliquent cette situation sont divers. La mauvaise qualité des programmes de 2008 qui chargeaient de façon excessive les apprentissages est réelle. Aucun des élèves testés n’a bénéficié des nouveaux programmes installés en 2016.

 

On peut aussi souligner la pression sur les postes. Les classes du primaire sont beaucoup plus chargées en France que dans les autres pays européens ou de l’Ocde. On sait aussi que les ruptures d’apprentissage sont fréquentes du fait du manque de remplaçants.

 

Mais l’analyse de la Depp souligne aussi d’autres éléments.  Les enseignants français sont moins nombreux que les autres enseignants européens à se dire à l’aise en maths ou sciences particulièrement en ce qui concerne la compréhension ou l‘aide à apporter aux élèves.

 

Ces résultats sont par contre obtenus alors que la France consacre nettement plus d’heures de cours aux maths (et aux fondamentaux en général) que ses voisins. C’est donc bien la façon d’enseigner les maths qui est interpellée par Timss. La récente conférence de consensus sur la numération a pointé des difficultés précises pour cet enseignement au primaire.

 

Evidemment ces résultats de CM1 ne sont pas ceux de Pisa, passés à l’âge de 15 ans, que l’on aura le 6 décembre. Mais ils annoncent une tendance qui fait froid dans le dos.

 

François Jarraud

 

 

 

Par fjarraud , le mardi 29 novembre 2016.

Commentaires

  • Jean Maurice, le 29/11/2016 à 20:29
    Donc, si je comprends bien Madame la Ministre, l'ensemble des enseignants recrutés depuis 2011 (essentiellement par elle!) sont des incompétents et ont à eux seuls - quel pourcentage représentent-ils? - plombé les résultats... La vache! Si j'en croise un, je lui dirai deux mots. Et à l'occasion, je lui donnerai mes préparations. Sauf que dans l'EN la libre circulation des procédures pédagogiques efficaces est plutôt mal vue et pas le moins du monde encadrée ni encouragée. Et pourquoi recruter des enseignants aussi médiocres? Pourquoi ne pas les former un peu plus? Allez, un grand coup de Magistère et ça ira mieux. Ah, si les merveilleux formateurs que nous avons sous la main pouvaient faire autre chose que croupir dans les inspections, à trier des dossiers et à collecter tous ces merveilleux projets rédigés à grand peine par les prodigues équipes éducatives... Projets qui s'entassent sur les étagères vermoulues de l'académie et qui n'ont jamais aucune résonance au-delà du cercle réduit des compilateurs de données inutiles qui oeuvrent depuis trente ans au service de réformateurs publicitaires : les "gourous" évoqués F. Ramus...
    Evidemment, les politiques ont toujours une réponse toute faite. Mais n'y aurait-il pas d'autres causes plus profondes, plus anciennes ou même plus récentes? A quand un peu de lucidité et une introspection honnête de l'utilité des activités de chacun.
    • Lipdub, le 30/11/2016 à 21:25
      Je suis enseignant aussi et je donne cette année 21h de cours par semaine. Et avec ça, j'ai quand même une demi journée de libre, une journée de libre une semaine sur deux et biensur le mercredi après-midi. Et personnellement, je ne vois pas du tout où tu trouves ces 36 heures. Je pense que l'on est plutôt à 25 heures en moyenne. Une fois que les cours sont préparés, perso, je fais les photocop', j'envoie mon Powerpoint et voilà. Et pour info, je suis celui qui donne le plus de cours au bahut... je vous laisse imaginer l'agrégée qui donne moins de 15 heures de cours et qui par contre, j'avoue travaille malgré tout plus longtemps... forcément, elle tient un classeur rempli de conneries pédagogiques stériles... voila les deux grands courants actuels : le prof efficace qui pense que s'investir c'est enseigner face aux élèves et le prof (qui se croit) efficace et qui pense que s'investir c'est regarder comme un bon p'tit soldat toutes les âneries annoncées par le CSP qui font la ruine de l'éducation dans notre pays.

      Il faut donc :

      - Augmenter le temps de travail des enseignants FACE AUX ELEVES afin de diminuer le nombre d'élèves par classe. Les effectifs ne doivent pas dépasser 20 élèves. Comment augmenter ce temps de travail ? En diminuant le temps à brasser de l'air : réunions inutiles sur les nouvelles méthodes pédagogiques bidons, ne plus remplacer les postes des pédagogistes au sein de l'éducation nationale. Les programmes n'ont pas à être changés tous les 5/10 ans. L'histoire a-t-elle changé en 10 ans, le français ? Les maths ? La physique ? Laissons les enseignants s'adapter.

      - Diminuer le nombre de formateurs qui endoctrinent certains futurs enseignants à des méthodes pédagogiques douteuses comme la ridicule évaluation par compétence qui fait perdre beaucoup de temps pour rien. Avec des effectifs inférieurs à 20 en classe, la formation pourra être allégée...

      - Ne pas supprimer de postes d'enseignants car les enseignants doivent travailler plus pour baisser le nombre d'élèves dans les classes et non pour faire les heures des enseignants non remplacés.

      - Une fois que l'état se sera débarrassé de tout ce qui fait perdre du temps et de l'argent aux enseignants (pédagogistes et autre travaux et réunions stériles). Il faut regarder s'il y a du rab pour augmenter les salaires mais personnellement, je veux bien avoir le même salaire si j'ai la garantie que les effectifs ne dépassent pas les 20. C'est d'ailleurs ce que souhaitent les infirmières dans les hôpitaux, travailler plus en échange de meilleurs conditions de travail.

      Donc en conclusion, il faut nettoyer le système tout simplement et les enseignants doivent enseigner. Cela doit être 80% de notre temps de travail et pas 50%...

      Prenez par exemple ces fameuses fin d'années. Les élèves partis en vacances, les enseignants restent à rien faire dans chaque établissement. Personnellement, ce que l'ont fait en 10 jours, on pourrait le faire en une journée. On range, on passe des commandes et hop BASTA ! Il n'y a que la réalisation des emplois du temps qui prennent du temps. Donc on lisse ces 10 jours à rien faire sur l'année ce qui permettra d'ouvrir une classe dans chaque établissement.

      Les enseignants doivent enseigner tout simplement et être beaucoup plus efficace. Il faut des effectifs inférieurs à 20 élèves par classe et étant donné que c'est déjà le cas dans certains établissements isolés (qui sont tout de même assez nombreux...), ce n'est pas une solution impossible.

      Et pour finir, n'oublions pas que la réforme des collèges actuelle a été surnommée, la "refondation de l'école"... moi je dis que c'est honteux ! Qui va faire de l'AP ? Des EPI ? On en reparle dans quelques années mais certains ne sauront toujours pas ce que tout cela veut dire au moment de la prochaine réforme. Ce n'est que du vent et la gauche a montré son impuissance, son immobilisme. Elle ne peut s'en prendre qu'à elle même aujourd'hui...
    • Guillaume35, le 29/11/2016 à 22:28
      Je rejoins le commentaire précédent.  Au lieu d'accuser la formation, les programmes, allons chercher les causes plus profondes de l'échec.
      Intéressons nous de près aux méthodes pédagogiques qui marchent comme la méthode de Singapour:
      http://www.lepoint.fr/societe/la-methode-de-singapour-est-elle-le-graal-pour-apprendre-les-maths-29-11-2016-2086534_23.php


Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide
- De : monique O Publié : jeudi 14 septembre 2017 08:05 Objet : E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide Savez-vous que dans les écoles , les évaluations diagnostiques cp ne sont pas nouvelles! Dans certaines...
Rémi Brissiaud : En maths une réforme hors de portée
- Monsieur Brissiaud, j'ai été très sensibilisée à votre pédagogie des mathématiques en IUFM, il y a 20 ans. Après avoir testé de nombreuses choses (dont Ermel), j'utilise depuis 3 ans votre fichier J'apprends les Maths en CE1 et CE2. Et mes...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces