Pisa 2015 : La France dans la moyenne sauf pour les inégalités... 

Après Timss on pouvait s'attendre à des résultats désastreux pour Pisa 2015. En apparence c'est la stabilité qui l'emporte avec des scores qui tournent autour de la moyenne de l'Ocde. Si les résultats ont cessé de dégringoler, les écarts entre les disciplines augmentent. Alors que le niveau en français se redresse, celui des sciences ne bouge pas mais le niveau en maths décroche. Surtout les écarts se creusent entre les élèves favorisés et les défavorisés, entre les autochtones et les immigrés, entre la filière professionnelle et la générale. Avec Pisa 2015, au pays de l'égalité revendiquée, le système éducatif montre encore un peu plus le chemin des inégalités...


Des résultats divergents selon les disciplines


Les résultats de Timss montraient une nette chute de niveau en maths des écoliers. On pouvait penser que ce serait aussi le cas dans Pisa. D'autant que les élèves de 15 ans testés en 2015 ont fait leur scolarité presque tout entière au moment des suppressions de postes sous le gouvernement Fillon et ont connu les programmes de 2008 qui ont leur part de responsabilité dans les résultats de Timss.


Soulagement : la ministre de l'éducation Nationale, qui rend compte des résultats le 6 décembre avec l'Ocde, n'aura pas à commenter des résultats en baisse. La France reste dans la moyenne de l'Ocde, avec les États Unis ou l'Autriche, derrière l'Allemagne, et on observe peu de variations par rapport à Pisa 2012. La chute engagée depuis 2003 semble stoppée.


En sciences, qui est la matière principale dans Pisa 2015, la France est un peu au dessus de la moyenne Ocde (493) avec 495 points. Un niveau stable. On compte 29 % d'élèves performants et très performants, soit un peu plus que la moyenne. Mais on a 22% d'élèves en difficulté (21% en 2006); ce qui est un peu plus que la moyenne Ocde. On observe là l'éclatement du système éducatif. Un trait sur lequel on reviendra.



En maths, la France a chuté de 511 en 2003 à 493 en 2015. C'est un peu au dessus de la moyenne Ocde (490)  mais l'évolution est inquiétante (on était à 497 en 2012).


En compréhension de l'écrit, on est passé de 497 en 2012 à 499 en 2015. On est au dessus de la moyenne de l'Ocde (493). Mais la proportion d'élèves faibles est restée la même. C'est celle des élèves performants qui a un peu augmenté.


Ces différences entre disciplines n'étaient pas aussi marquées les années précédentes. Cela veut dire que les pratiques pédagogiques divergent et qu'il faut se soucier de recadrer les pratiques là où il n'y a pas de progrès.


De très fortes inégalités sociales


La France apparait donc comme le pays des inégalités avec un système éducatif qui éclate en deux pôles qui augmentent chacun aux deux extrêmes.


C'est corrélé avec des inégalités sociales. L'Ocde calcule ce que fait gagner comme points en moyenne une hausse d'une unité sociale. Dans l'Ocde, cela représente 38 points soit un peu plus d'une année de scolarité. En France on en est à 57, soit pratiquement deux années d'écart entre les élèves défavorisés et favorisés. Aucun des 72 pays participant à Pisa ne connaît un écart plus important.


Même éclatement entre les élèves immigrés et les autochtones. Dans l'Ocde, en moyenne, un élève immigré de première génération a 53 points de moins qu'un autochtone. En France c'est 87, soit 3 années de scolarité.  Pour la seconde génération, c'est respectivement 31 et 50. La bonne nouvelle, c'est qu'avec la seconde génération l'écart faiblit, donc le système peut s'adapter. La mauvaise c'est que cela reste un écart énorme.


Enfin Pisa a aussi évalué l'écart entre les élèves de lycée professionnel et les autres : l'écart en France est le double de l'écart moyen dans l'Ocde.


Évidemment, toutes ces inégalités se retrouvent dans les mêmes établissements. La France s'est bien gardée de participer à l'enquête établissement. Mais la principale leçon à retenir de Pisa 2015, c'est que l'école républicaine française apparaît comme la championne des inégalités pour les pays développés de l'OCDE.


François Jarraud

 

Pisa 2015 : Notes et brochures

 


Par fjarraud , le mardi 06 décembre 2016.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Rythmes : Pour le Snuipp, la réforme est très massivement rejetée par les enseignants
- De : fjarraud Publié : jeudi 22 juin 2017 07:14 Objet : Rythmes : Pour le Snuipp, la réforme est très massivement rejetée par les enseignants Je pleure devant une aussi grande bêtise. j'ai connu le temps béni de la semaine de 4 jours et demi...
Les devoirs c'est vraiment efficace ?
- Êtes vous enseignant jean ? De : fjarraudPublié : mardi 27 juin 2017 08:07Objet : Les devoirs c'est vraiment efficace ?
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces