Décrochage : Des élèves à risque pour les enseignants 

Lutter contre le décrochage scolaire st devenu une priorité régulièrement rappelée par l'institution scolaire. Mais quel est son prix ? C'est  cette question que soulève Françoise Bruno dans un article de la revue Questions vives totalement consacré au décrochage.

 

"La prise en charge des élèves à risque de décrochage peut constituer une entrave à l’organisation par l’enseignant d’un milieu de travail pour les élèves", relève -t-elle, "entraînant un conflit entre préoccupations et occupations... Une des principales caractéristiques des élèves pointés comme à risque de décrochage scolaire est que leur intégration dans le groupe de pairs est difficile, sur le plan des apprentissages comme sur celui des relations sociales. Les enseignants sont alors traversés par des conflits intrapsychiques révélant des tensions entre deux forces opposées : accorder de l’attention et du temps supplémentaire aux élèves à risque pour les garder ou les ramener dans l’activité collective d’une part, et d’autre part maintenir la cohésion du groupe-classe autour des apprentissages".

 

Elle plaide pour une formation approfondie des enseignants. Sinon le prix à payer sera lourd pour les professeurs. "La conséquence peut être que ces élèves à risque soient certes accueillis et gérés au sein des cours, mais au prix d’un coût élevé pour les enseignants en termes de santé au travail, et avec un bénéfice limité sur le plan des apprentissages".

 

Questions vives n°25

Décrochage : Un défi réussi

 

Par fjarraud , le mercredi 15 mars 2017.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
FEI16 : Vanessa Deglaire : Quand l'anglais redonne confiance..
- J'aurais souhaité en savoir un peu plus sur votre séquence Road Trip. Combien de semaines a duré la séquence? Avez-vous travaillé en salle informatique avec les élèves? Merci.
Collège : Blanquer explique la rentrée aux principaux
- Blanquer invente donc le pilotage direct : il écrit directement aux chefs d'établissements, et pas S/C des Recteurs et DASEN (qui ne sont même pas en copie !). Et donc une lettre (quel pouvoir juridique de ce document?) qui ne fait que paraphraser le...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces