Election : L'Ecole dans le débat 

Finalement trois candidats à l'élection présidentielle auront parlé de l'Ecole lors du débat télévisé du 20 avril. Fillon a brodé sur le roman national enseigné à l'école et sur l'islam. J Cheminade veut un effort pour l'école pour gagner "la guerre cognitive " lancée par "ceux qui controlent internet et qui créent un environnement où vous êtes conforme". Emmanuel Macron a rappelé ses propositions pour l'école, notamment la baisse du nombre d'élèves en éducation priroitaire.

 

François Fillon a donné à l'Ecole l'objectif de faire aimer la France. "Je veux que l'école apprenne l'histoire pour que les jeunes français se sentent membres de la communauté nationale", a-t-il déclaré. "Je veux qu'ils aient une admiration pour la communauté nationale". Le candidat a aussi déploré "l'intégrisme qui gagne du terrain à l'intérieur de la religion musulmane", une formulation sujette à débat.

 

Le candidat Républicains a rappelé qu'il demanderait aux fonctionnaires un effort. "Si vous voulez des augmentations de salaire, voir votre carrière progresser il faudra travailler plus". Il confirme le principe d'un passage à 39 heures hebdomadaires.

 

Emmanuel Macron a fait de l'école son sujet de choix. Il a rappelé son choix pour "une éducation au début de la vie et tout au long de la vie". Il veut "réduire les classes de CP et CE1 à 12 élèves dans les zones d'éducation prioritaire, car c'est là que se concentre l’échec scolaire". Il a aussi rappelé que "le français c’est d’abord une langue, c’est ensuite une histoire, une tradition. C’est en même temps la capacité à s’en affranchir à chaque fois, à emprunter des chemins de traverse. Il n’y a pas une culture française".


Election 2017 : Les programmes, Le dossier

 

Par fjarraud , le vendredi 21 avril 2017.

Commentaires

  • heurtebise, le 26/04/2017 à 23:43

     Jean-Luc Mélenchon vient de réaffirmer face à Jean-Jacques Bourdin ce matin même, vendredi 21 avril, la primauté dans son programme de la priorité et du financement de l'école publique par rapport à celui des écoles confessionnelles. Il propose de remédier aux difficultés de l'école publique pour qu'elle redevienne pleinement attractive, puisqu'elle est  gratuite, pour que ceux qui l'ont quittée y retrouve les vertus qu'ils n'y trouvent plus. Il précise qu'il n'est pas partisan d'une quelconque guerre de clocher mais que l'intérêt fondamental de tous les français est que le niveau de nos jeunes gens soit le plus élevé possible en apprentissage et que ceux qui sont à l'école publique méritent d'être prioritaire dans les traitements de la République.

    Le candidat de la France insoumise ajoute en deuxième partie d'entretien qu'il n'est pas d'accord pour le démantèlement en cours, en particulier pour que d'un collège à l'autre les chefs d'établissement puissent choisir jusqu'à 20% des horaires d'enseignement. Il rétablira l'unité et l'indivisibilité des horaires, en rappelant que l'autonomie des établissements est peut-être valable pour un supermarché mais pas pour une école. En conséquence il abrogera la réforme du collège en rappelant que les programmes doivent être nationaux et que pour le reste, les équipes pédagogiques le font très bien.

    Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon Président supprimera aussi la réforme du temps scolaire parce que les enfants s'y épuisent, on ne sait plus qui est partisan de cette chose et ça aboutit à ce que les gens paient les activités périscolaires. Les activités périscolaires redeviendront gratuites et la cantine deviendra gratuite pour que tous les enfants puissent manger au moins une fois par jour correctement. Jean-Luc Mélenchon précise que les enfants mangeront bio ce qui créera un circuit de l'agriculture.

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces