Isabelle Bastide : Enseigner en toute petite section, ce n'est pas ordinaire... 

"Enseigner en toute petite section, c'est accepter de ne pas être un enseignant ordinaire mais de situer son activité entre la crèche et l'école. Ce statut peut dérouter l'enseignant. Il lui faudra donc trouver de nouveaux repères pour mettre en oeuvre une pédagogie différente".  Isabelle Bastide a "attrapé le virus" des toutes petites sections (TPS) de maternelle très tôt. Elle publie un livre qui allie réflexion théorique et pratiques de terrain pour enseigner en toute petite section. C'est à la découverte d'un autre métier qu'elle nous invite, un métier où l'enseignant doit prendre autant soin des parents que des enfants...


 Scolariser 30% des enfants de moins de trois ans, 50% en Rep+, c'est l'objectif que N Vallaud Belkacem a fixé au système éducatif. Au moment où elle quitte le ministère il n'est pas atteint. Ce que montrent les chiffres c'est que la droite a largement coupé dans la scolarisation avant trois ans. De 2001 à 2012 le taux de scolarisation a été divisé par trois , passant de 35 à 11%. Au primaire les restrictions de postes se sont faites d'abord sur ces enfants. Mais depuis 2012, on ne peut pas dire que l'effort ministériel ait été surhumain. Il y avait 91 000 enfants de moins de trois scolarisés en 2012. Il y en a 93 600 à la rentrée 2015. Pas de quoi pavoiser, même si la responsabilité est partagée avec les communes qui n'ont pas toujours les moyens d'ouvrir de nouvelles classes.


Jeune directrice d'une école maternelle Rep à  Escaudain (Nord), Isabelle Bastide a été intervenante en maternelle avant de passer le concours et de devenir professeure des écoles. Elle a souhaité enseigner en TPS, une activité qui la passionne avec ses recherches sur l'entrée dans l'écrit menée à Paris 8.


"Enseigner en toute petite section" se présente comme un véritable guide destiné aux enseignants qui arrivent souvent peu ou pas formés dans un univers qui est bien particulier.


L'ouvrage commence par un chapitre sur la rentrée, bien particulière en TPS et se termine sur u chapitre sur l'apprentissage du langage. Entre ces deux approches on aura parcouru les nombreuses activités que l'on peut mener en classe, en lien avec l'aménagement de l'espace.


Revenons à la rentrée. En TPS elle est particulière car le tout petit enfant a des besoins particuliers. L'ouvrage propose régulièrement des fiches "boites à idées" qui donnent des exemples de pratiques pour faire face aux difficultés. Pour la rentrée la boite aux idées oriente vers le doudou, la rentrée échelonnée et la mascotte de la classe. Des outils qui permettent de répondre aux besoins de sécurité affective des enfants. Mais il y aussi celle des parents qui est à prendre en charge...


Presque la moitié du livre est consacrée à l'aménagement de l'espace d'une classe de TPS. C'est par ce biais que le livre aborde la programmation des activités : on voit l'espace changer durant l'année au fur et à mesure du développement social et intellectuel des enfants. L'ouvrage aborde la découverte sensorielle, la manipulation, l'imitation, la construction, les activités graphiques mais aussi le repos qui doit avoir sa place dans la classe.


Spécialiste de l'entrée dans l'écrit, I Bastide consacre son dernier chapitre à l'apprentissage du langage. Elle montre, toujours entre théorie et fiches de "la boite à idées", comment travailler le vocabulaire et développer le langage en utilisant l'interaction avec les pairs.


Cet ouvrage sera précieux pour les enseignants qui font des remplacements ou qui se retrouvent nommés en TPS. Appuyés sur les fiches de l'ouvrage et les analyses d'I Bastide, ils pourront aider leurs petits élèves à tirer partie de cette année cruciale, celle où ils se fabriquent leur posture d'élève.


François Jarraud

Isabelle Bastide, Enseigner en toute petite section, Retz , avec un DVD Rom, ISBN : 978-2-7256-3540-8.


Sommaire et extraits

Dossier : Scolariser les moins de 3 ans



Isabelle Bastide : On a l'espoir qu'avec la TPS, la scolarité soit plus facile pour l'enfant


Isabelle Bastide revient sur les apports du livre dans la pratique quotidienne de la classe. Elle aborde aussi la question de l'intérêt des TPS en éducation prioritaire.


L'ouvrage commence avec une présentation de la rentrée en TPS. Pourquoi est-ce différent d'une rentrée dans les autres classes ?


 Cela tient à deux choses. D'abord l'âge des enfants. Ils ont des besoins nombreux et aussi essentiels. Donc la posture de l'enseignante est différente. La TPS c'est un peu un sas entre l'école maternelle et la crèche. Les enfants ont besoin de bouger mais aussi de s'isoler. C'est un peu contradictoire.


La seconde chose c'est que les parents ont du mal à lâcher leur bébé. Il faut accepter de voir son enfant grandir et rentrer à l'école. On fait donc aussi bien la rentrée des parents que celle des enfants. Il leur faut eux aussi un soutien affectif. La confiance des parents se construit avec la découverte des projets de la classe.


Il y a un an, le ministère avait distribué un dossier de presse illustré sur la rentrée des TPS  avec une iconographie où on voyait dans la salle de classe une table à langer. 24 heures plus tard, celle ci avait disparu de l'image. Qu'en pensez vous ?


La table à langer c'est associé au nouveau né et ce n'est pas judicieux de l'associer à l'école maternelle. Ca renvoie l'enseignant à un autre métier que le sien. Par contre je défends le fait qu'on puisse accepter des enfants ave une couche. Il ya des couches qui permettent de pallier au manque de propreté tout en sortant l'enfant de l'univers du bébé. Certains enseignants ont peur d'accueillir des enfants pas propres. Mais avec l'aide des Atsems et des parents ça se règle.


Vous distinguez propreté et maturité. C'est quoi à 2 ans la maturité ?


C'est quand l'enfant est capable de gérer le temps de séparation avec maman et d'être dans un groupe avec des enfants et peu d'adultes. Il faut accepter que l'adulte ne soit pas disponible et accepter le rythme de la classe.


Aujourd'hui 90% des enfants des TPS sont dans des classes multi âges. Qu'en pensez vous ?


Personnellement je milite pour les classes de TPS pures. Des collègues sont d'un avis différent. C'est vrai que la classe multi âges tire l'enfant vers le haut. Mais les besoins des TPS passent après ceux des autres. Ils ont mis en situation scolaire trop rapidement.


Il y a des apprentissages particuliers aux TPS ?


En tout début d'année on apprend l'autonomie. Ce sont de petites choses présentées dans le livre. Mais même dans une activité banale on va insérer des apprentissages scolaires. On prépare le terrain pour les apprentissages de petite section et après. Je vois personnellement comment mes ex TPS se comportent en grande section, comment ils sont plus à l'aide à l'école. Leur maitresse va aussi plus loin.


Des exemples ?


Par exemple l'apprentissage du langage. L'ouvrage présente une façon de faire qui marche très bien. On construit une séquence où on part du matériel concret de la classe. Par exemple dans l'espace cuisine on nomme les objets. Puis on passe aux objets en photos. Puis on se détache du figuré et on amène l'enfant à construire du sens. On va ainsi de plus en plus loin dans la construction de phrase et de champs lexicaux.


Un autre élément : ce qui est présenté dans l'espace sensoriel avec l'activité mousse. C'est fascinant pour l'enfant. Cela permet un éveil olfactif, tactile. On peut dessiner dans la mousse , développer sa motricité, travailler sur le transvasement...


C'est important en Rep ?


Venir à l'école sort l'enfant du cadre familial. C'est une ouverture aux autres et souvent à la culture de l'écrit. On apporte beaucoup par exemple sur le lexique. Mais on travaille aussi la relation entre la famille et l'école. La classe de TPS est très ouverte aux familles. On a finalement l'espoir qu'avec ce parcours plus long, la scolarité soit plus facile pour l'enfant et les parents.


Propos recueillis par François Jarraud


Isabelle Bastide, Enseigner en toute petite section, Retz , avec un DVD Rom, ISBN : 978-2-7256-3540-8.


Sommaire et extraits



Par fjarraud , le mercredi 26 avril 2017.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Rythmes : Pour le Snuipp, la réforme est très massivement rejetée par les enseignants
- De : fjarraud Publié : jeudi 22 juin 2017 07:14 Objet : Rythmes : Pour le Snuipp, la réforme est très massivement rejetée par les enseignants Je pleure devant une aussi grande bêtise. j'ai connu le temps béni de la semaine de 4 jours et demi...
Les devoirs c'est vraiment efficace ?
- Êtes vous enseignant jean ? De : fjarraudPublié : mardi 27 juin 2017 08:07Objet : Les devoirs c'est vraiment efficace ?
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces