Jorris Sermet : Histoire et jeux vidéos 

Peut-on faire vraiment l'expérience d'un fait historique à travers un jeu vidéo ? Les historiens ont-ils un rôle à jouer dans ces jeux ? Peuvent-ils encore les ignorer ? Alors que de nombreuses pratiques culturelles ont leurs historiens, comme le sport par exemple, le jeu vidéo, une véritable pratique de masse, est encore largement ignoré par la recherche historique. Jorris Sermet, journaliste et chercheur en histoire, rompt ce silence avec un mémoire de master, soutenu à l'Université de Lausanne, qui fait le point sur les rapports entre histoire et jeux vidéos. Un travail de référence qui aborde aussi la question des usages de l'histoire par les jeunes. La salle de classe sera-t-elle le dernier endroit où ils découvriront  l'histoire ?

 

Si quelqu'un porte bien la question des rapports entre histoire et jeu vidéo c'est bien Jorris Sermet. Diplômé et chercheur en histoire, il est aussi chroniqueur et journaliste spécialisé dans les jeux vidéos. Avec cette recherche il a réussi à relier ses deux passions.

 

Quelle importance ont les jeux vidéos dans le rapport à l'histoire de nos élèves ?

 

C'est difficile à dire. Mais on peut dire que les jeux vidéos ont pris une très grande importance dans les pratiques culturelles des jeunes. Certains jeux se vendent dans des volumes impressionnants : on parle de 100 millions d'exemplaires pour Assassin's Creed. C'est ce qui permet d'avancer que pour beaucoup de jeunes le premier rapport à l'histoire passe par le jeu vidéo.

 

Mais peut on faire vraiment l'expérience d'un fait historique avec un jeu vidéo ?

 

Oui. Tout comme on peut faire cette expérience avec un film. La différence c'est que le jeu met l'utilisateur dans l'action et qu'il permet de mieux représenter le contexte. Par exemple dans Assassin's Creed on ne joue pas la Révolution française mais on a acccès à des événements et des personnages. Cela peut pousser à vérifier et à connaitre mieux la période. Il y a dans le jeu une sorte d'encyclopédie qui présente les personnages. On est finalement mieux renseigné que dans un film.

 

Les développeurs ont eu accès à de nombreuses sources historiques. Ils ont reconstitué le quotidien de la ville du XVIIIème siècle : les rues, les gens, les intérieurs. On peut découvrir tous ces éléments de la vie quotidienne.

 

Peut on associer jeu vidéo, histoire et éducation ?

 

C'est une grande question. On peut avoir des utilisations du je vidéo en cours d'histoire de la même façon qu'on regarde des films en cours. Par exemple Full Metal Jacket n'est pas très pédagogique mais on peut en tirer beaucoup pour le cours d'histoire.  Je pense aussi à des jeux de stratégie. Par exemple, avec Total War Rome on observe comment l'empire romain évolue.

 

Dans votre mémoire, vous présentez deux jeux sur la première guerre mondiale. Peut on dire que l'un d'eux est pédagogique ?

 

Les deux enseignent quelque chose sur la guerre. Soldats inconnus d'Ubisoft  bénéficie d'apports pédagogiques importants : entrées historiques, mises au point par des historiens. Ce jeu est un jeu sur la guerre et non de guerre.  L'autre jeu rend plutôt compte de l'expérience la plus dure de la guerre.

 

Les historiens s'intéressent-ils aux jeux vidéos ?

 

Très peu d'historiens on une connaissance globale du jeu vidéo. Mais une nouvelle génération d'historiens, qui ont grandi avec les jeux, pourrait changer cela.  Je vois de plus en plus de colloques et d'articles.

 

Les historiens doivent-ils s'y intéresser ?

Oui car le jeu vidéo est un média culturel. S'ils ne s'y intéressaient pas ils feraient mal leur travail. On ne peut ignorer une pratique culturelle qui prend autant de place dans la vie de tellement de personnes. Ce serait se couper d'une partie de la culture. Ce serait comme ne pas s'intéresser au sport ou au cinéma.

 

Pouvez vous signaler 4 ou 5 jeux vidéos intéressants pour les professeurs d'histoire-géographie ?

 

Depuis 1980, plus de 1300 jeux vidéos historiques sont sortis, avec une poussée importante au tournant du 21ème siècle. Difficile alors d'en désigner 5.

 

 

Mais je retiendrais ceux ci :

- Soldats inconnus Mémoire sde la guerre d'Ubisoft

- Total War Rome qui est très pertinent pour l'Antiquité

- Civilizatio :le jeu ne revit pas l'histoire mais invite à la construire soi même. Il fait réfléchir à certains aspects historiques.

- Assassin's Creed malgré son coté violent car il ya un excellent travail sur l'architecture, la ville, la vie quotidienne

- Enfin Kingdom Come: Deliverance : ce jeu tchèque qui va sortir prochainement mettra en scène la Bohème vers 1500 avec beaucoup de réalisme historique. Les développeurs s'attachent à être au plus près des sources historiques. On pourra voir comment était un village, comment on fabriquait une épée etc.

 

Comment un jeu vidéo peut-il équilibrer le jeu et le sérieux ?

 

Il doit s'attacher les bonnes personnes. Ce sont elles qui font la qualité du jeu. Mon mémoire montre que des historiens participent déjà à la réalisation de certains jeux. Pour les historiens ça peut être un nouveau débouché avec des emplois de consultant historique.

 

Propos recueillis par François Jarraud

 

La thèse de Jorris Sermet

Sa chaine Youtube

 

 

 

Par fjarraud , le vendredi 05 mai 2017.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces