La FSU appelle à la grève dans l'enseignement français à l'étranger 

"Le problème des détachements de professeurs titulaires se pose à nouveau maintenant pour les deux degrés, primaire et secondaire, car des personnels titulaires sont sanctionnés par des refus de détachement sur un poste qui leur est proposé dans le réseau", écrivent les syndicats Snes, Snuipp et Snep de la Fsu. "Certains de ces collègues sont des titulaires déjà installés physiquement avec leurs familles dans les pays. D'autres sont d'anciens recrutés locaux contractuels, lauréats de concours, et se voient refuser leur détachement par le ministère de l’Éducation nationale alors qu’ils ont obtenu un poste dans l'établissement où ils étaient contractuels. Le refus de détachement de ces personnels est un frein incompréhensible à la formation et à la passation des concours du MEN, pourtant encouragées logiquement par le même ministère. Pour tous ces cas, malgré leurs interventions multiples le SNES-FSU, le SNEP-FSU et le SNUipp- FSU n’ont, à ce jour, pas obtenu de solution acceptable". Les 3 sydnicats appellent à la grève dans l’ensemble du réseau AEFE.

 

Par fjarraud , le vendredi 12 mai 2017.

Commentaires

  • thais8026, le 12/05/2017 à 13:28
    Un article comme cela demanderait un peu plus d'explication :
    Est-ce que les gens lisent leur contrat avant de partir en détachement ?
    Ce contrat est à 4 têtes : l'Education national, l'Agence pour l'enseignement français à l'étranger, l'ambassade du pays d'accueil et le fonctionnaire. Le détachement de l'EN doit être renouvelé tous les ans.
    En sachant cela, il suffit que l'un des 4 dénonce le contrat (avec un préavis pour l'EN) et le fonctionnaire rentre. Si à une époque, on pouvait faire toute sa carrière à l'étranger ce n'est plus le cas aujourd'hui et les règles n'ont pas changé.
    Pour ceux qui passent le concours, il est clairement stipuler qu'aucun détachement ne sera accepté avant 3 ans d'exercice en France (stage inclus). Cela me paraît logique, l'EN finance la formation des stagiaires donc il parait logique qu'elle veuille en profiter un peu avant de permettre à un ministère d'en profiter.
    Il ne faut pas oublier que la sécurité de l'emploi est attaché à la mobilité du fonctionnaire d'Etat. Et cela est vrai aussi en France.
    • PiR_LFM, le 16/05/2017 à 10:58
      Le détachement peut aussi être renouvelé tous les 3 ans (c'est le cas des résidents de l'AEFE, les plus nombreux). Pour ces derniers, comme le nom de leur contrat l'indique, ils sont "résidents" et donc parfois installés durablement, comme tout enseignant en France, qui peut rester dans son école, demander sa mutation, ... (N.B. Rien à voir avec les "expatriés".)
      Tous les rapports (de sénateurs, d'inspecteurs, ...) confirment que le "statut" de résident est ainsi reconnu.

      Pour ceux qui passent le concours, on parle ici de collègues qui exercent déjà dans leur école AEFE (opérateur public), qui font l'effort de se former, de passer le concours, de passer un an de stage en France (donc loin ou très très loin de chez eux) et qui, cela est écrit, bénéficiaient d'une dérogation pour pouvoir revenir et exercer en étant détachés dans leur école d'origine. Cela au bénéfice de l'AEFE, une agence du MAE, donc au bénéfice de l'État français.

    • PiR_LFM, le 16/05/2017 à 10:57
      Le détachement peut aussi être renouvelé tous les 3 ans (c'est le cas des résidents de l'AEFE, les plus nombreux). Pour ces derniers, comme le nom de leur contrat l'indique, ils sont "résidents" et donc parfois installés durablement, comme tout enseignant en France, qui peut rester dans son école, demander sa mutation, ... (N.B. Rien à voir avec les "expatriés".)
      Tous les rapports (de sénateurs, d'inspecteurs, ...) confirment que le "statut" de résident est ainsi reconnu.

      Pour ceux qui passent le concours, on parle ici de collègues qui exercent déjà dans leur école AEFE (opérateur public), qui font l'effort de se former, de passer le concours, de passer un an de stage en France (donc loin ou très très loin de chez eux) et qui, cela est écrit, bénéficiaient d'une dérogation pour pouvoir revenir et exercer en étant détachés dans leur école d'origine. Cela au bénéfice de l'AEFE, une agence du MAE, donc au bénéfice de l'État français.

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces