Législatives : La réforme scolaire d'Emmanuel Macron est en marche...  

La nette victoire des candidats du parti du président aux élections législatives se dessine. Emmanuel Macron devrait disposer d'une large majorité absolue à l'Assemblée nationale. Cela lui donnera la possibilité d'appliquer entièrement ses conceptions en matière d'éducation. Une situation qui lui donne d'autant plus une très grande responsabilité que son parti ne tient qu'à sa personne. Les défis se dessinent déjà. Et les rendez vous avec l'opinion aussi.

 

La situation politique d'Emmanuel Macron et de son gouvernement sont-elles si exceptionnelles que cela ? Oui si on considère le poids probable de son parti à l'Assemblée nationale.  E. Macron va disposer d'une majorité telle qu'il pourra faire passer aisément tous les textes gouvernementaux.  L'opposition, réduite au stricte minimum, aura même du mal à se faire entendre. Mieux, "ses" députés n'existent que par son investiture. Ils lui doivent tout. Il faut remonter à 1968, le scrutin suivant les fameux "événements", pour retrouver un raz de marée d'une telle ampleur et un lien personnel aussi fort.

 

Cependant cette situation mérite d'être relativisée. D'abord parce que ces députés seront probablement les plus mal élus de la 5ème République, avec un taux d'abstention exceptionnel et qui pourrait encore augmenter au second tour. Le parti du président n'est en rien majoritaire dans l'opinion.

 

Ensuite parce que l'histoire récente montre qu'avoir un tel pouvoir est aussi une charge. Rappelons nous le quinquennat Hollande. Le parti du président de la République a eu à la fois la majorité à l'Assemblée nationale, au Sénat et le contrôle de très nombreuses collectivités locales (la quasi totalité des régions, la majorité des départements, les grandes villes). Cinq ans plus tard, le parti socialiste se retrouve au 5ème rang et il n'est pas certain de pouvoir constituer un groupe à l'Assemblée. Il n'y a pas loin du Capitole à la roche Tarpéienne.

 

Alors revenons sur les défis qu'Emmanuel Macron aura à affronter en nous attachant à l'éducation.

 

Réformer l'éducation prioritaire sans désespérer les enseignants

 

La mesure étendard de son programme éducatif pourrait bien devenir un boulet. E Macron a annoncé vouloir réduire à 12 élèves par classe les effectifs des CP et CE1 de l'éducation prioritaire (Rep et Rep+). Cette mesure, basée sur la thèse de Piketty et Valdenaire, devrait permettre de mieux prendre en charge les fondamentaux sur les 2 premières années cruciales de l'école. En ce sens c'est une vraie avancée pour l'Ecole.

 

La mesure a déjà été revue à la baisse. A la rentrée 2017, elle ne va concerner que les CP de Rep+. Le ministre reste évasif sur la façon de l'appliquer. Mais ce qui se distingue sur le terrain c'est l'affectation des maitres surnuméraires des Rep+ en CP à la rentrée.

 

Ces enseignants particulièrement motivés viennent d'opter pour ces postes particuliers et ils animent souvent de véritables réseaux pédagogiques sur le terrain. Leur disparition renvoie à un classique de l'Education nationale : lancer un dispositif où les enseignants s'investissent puis le supprimer par décision politique venue d'en haut sans aucune évaluation. C'est un très mauvais signal envoyé au monde enseignant. Enfin la mesure posera problème aux communes, même si le nouveau président a prévu de budgeter 200 millions pour les aider à construire des locaux.

 

Pour le moment, cette mesure semble plutôt décourager les enseignants du primaire et désorganiser la rentrée. D'autant qu'elle se cumule avec d'autres signaux négatifs : la redéfinition des rythmes à quelques jours de la fin de l'année scolaire, le retour aux 4 jours, l'apologie du redoublement y compris au primaire.

 

De l'autre mesure phare, n'affecter que des enseignants expérimentés en Rep+, on n'entend plus parler. E Macron avait promis qu'aucun enseignant ne devrait commencer sa carrière en Rep+ sauf volontariat. Pour cela il prévoyait de porter la prime annuelle des enseignants en Rep+ de 2300 à 5300 €. Ces 2 mois de salaire supplémentaires seront-ils suffisants pour rendre les Rep+ attractifs en milieu de carrière ? Et la mesure sera-t-elle même prise ?

 

Améliorer l'orientation des bacheliers sans mettre les lycéens dans la rue

 

JM Blanquer a commencé à évoquer la réforme du bac. On sait que le président veut réduire le bac à 4 épreuves en examen final. Mais l'équipe d'E Macron n'a pas fait mystère que cette réforme est surtout une réforme de l'entrée dans le supérieur. Le bac ne donnera plus accès à n'importe quelle université. Chaque établissement supérieur pourra exiger un certain niveau dans les disciplines présentées à l'examen final du bac.

 

C'est bien la sélection à l'entrée dans le supérieur que va instaurer officiellement le nouveau président. Et on peut gager qu'on va assister à une belle surenchère entre universités pour accaparer les meilleurs candidats et exclure les autres.

 

D'autres responsables politiques ont essayé. Que l'on se rappelle par exemple le sort de M. Devaquet... Toucher au bac et à l'entrée dans le supérieur pourrait bien à nouveau mettre dans la rue des lycéens et des étudiants.

 

E Macron a également prévu  une réforme spécifique aux bacheliers professionnels. Pour faciliter leur réussite dans le supérieur, il prévoit de créer des filières de licences professionnelles commençant en L1. Le diplôme serait préparé en alternance. C'est une solution pour financer l'afflux des bacs pros dans le supérieur. Mais les entreprises sont elles prêtes à investir davantage dans l'éducation, surtout que le candidat veut aussi développer l'apprentissage au niveau lycée ? Et surtout que vaudra un diplôme qui ne sera accessible qu'aux bacheliers professionnels ? Le président de la République va-t-il mettre fin en réalité à la promotion de ces jeunes dans le supérieur ?

 

Renforcer l'autonomie des établissements sans augmenter la ségrégation

 

Sur ce point les choses vont vite. Depuis le CSE du 8 juin, on sait ce qu'il en est. Les collèges pourront décider d'affecter quasi librement les 20% de la DHG qu'ils gèrent déjà en autonomie dans le cadre de la réforme. Ils pourront affecter ces moyens aux EPI et à l'AP ou à la recréation de parcours bilangues ou langues anciennes par exemple.

 

L'idée d'autonomie est à la mode et se trouvait dans les programmes de plusieurs candidats. En accordant une marge de manoeuvre aux établissements on leur permettrait de mieux ajuster leur offre éducative à la réalité de leurs élèves. Mais le signal envoyé par la rue de Grenelle est bien plus le retour à l'ordre ancien que celui d'aller plus loin dans l'audace.

 

Ce qui se dessine c'est la reconstitution des filières d'excellence dont on sait qu'elles sont connotées socialement. Autrement dit, E Macron prend le risque d'encourager la ségrégation scolaire. Une mesure qui fait écho à celle des rythmes où le retour à la semaine de 4 jours pénalisera aussi les enfants de milieu populaire.

 

Ne pas oublier la mixité sociale

 

Le candidat d'En Marche a promis de continuer les expérimentations de mixité sociale au collège lancées par N Vallaud Belkacem. Il souhaite y entrainer l'enseignement catholique mais ne mise que sur la négociation pour y arriver.

 

Mais après son élection, c'est silence radio. Les mesures prises, comme le rétablissement des filières européennes ou latin grec vont exactement en sens inverse.

 

Ne pas céder au pilotage par les résultats

 

La refondation a laissé un souvenir amer chez les enseignants à qui on a demandé plus, et parfois trop, alors que leur rémunération était bloquée. E Macron a promis d'appliquer les accords PPCR. Ils comportent deux volets. D'une part une revalorisation salariale. D'autre part une modification de leur évaluation. Toutes les enquêtes, par exemple le baromètre Unsa, montre un fossé net entre les enseignants et l'encadrement. On peut se demander ce que compte faire E Macron sur ce terrain ?

 

On espère qu'il saura résister à la tentation du pilotage par les résultats. Car il se profile bien avec les évaluations nationales qui seraient instaurées de la maternelle à la fin du collège. Officiellement il s'agit d'aider les enseignants à évaluer leurs élèves et de leur apporter des outils de remédiation. 

 

En réalité les enseignants n'ont pas besoin d'évaluation nationale pour évaluer leurs élèves. La dernière tentative d'évaluation nationale, sous Sarkozy, avait pour but d'évaluer les enseignants à travers les résultats de leurs élèves. Ses promoteurs sont dans l'entourage du nouveau président. Et ils ont aussi des croyances bien installées sur les méthodes pédagogiques efficaces...

 

Là où il s'est installé le pilotage par les résultats n'a pas fait ses preuves. Bien au contraire il a abouti à des déviations.

 

François Jarraud

 

Les français attendent Macron sur l'éducation

Le programme d'E Macron

Sur le pilotage par les résultats

Evaluer les professeurs par les résultats

Baromètre Unsa

Rapport OCDE

 

 

 

Par fjarraud , le mercredi 14 juin 2017.

Commentaires

  • Michel MATEAU, le 15/06/2017 à 16:45
    Curieuse entame d’article… On sent dans « l’analyse politique » de la légitimité des futurs députés (un tantinet déplacée dans la Café Pédagogique mais passons....) beaucoup d’amertume et d’acrimonie, à défaut d’y trouver rigueur et honnêteté.
    Qui sont donc ces gens forcément "mal élus" qui ne tiennent qu'à la "personne" du président...?  Pourquoi un tel mépris ? Ce ne sont pas les notables habituels ?
    La "société civile" est un noble concept mais il est préférable qu'elle reste abstraite....

    Sans doute n'y-a-t-il pas beaucoup d'illusions à se faire au regard de ce qui est annoncé mais quel sens y-a-t-il maintenant à se réjouir à l'avance d'un éventuel échec du gouvernement, celui-ci serait ipso facto un échec de notre système éducatif. Un de plus.
    Et en vertu de quoi pourrait-on, devrait-on s'en réjouir, l'espérer. Afin qu'advienne le Grand Soir de l'éducation ? On a vu ce qu'a donné le dernier Grand Soir ces 5 dernières années. 
    Le "Grand Soir", c'est un peu comme la "société civile", c'est aussi un noble concept dont il est préférable pour certains qu'il reste abstrait. Les réformes les plus sociales sont caricaturées, dénigrées, qualifiées de "néo-libérales" ..etc.

    Pour en revenir à la légitimité démocratique, si l’abstention est la mesure de l'illégitimité, que dire de la légitimité des syndicats lorsque le taux de participation aux élections professionnelles tourne autour de 40% (et accessoirement dans ces 40%, 30% pour le  "syndicat majoritaire"...) ?
    30% de 40% ce n'est pas lourd. Il ne me semble pourtant n'avoir jamais trouvé dans le Café Pédagogique la même analyse à ce sujet. Pourquoi  donc ?
    • thais8026, le 20/06/2017 à 22:23
      Pour les élections professionnelles nous sommes à environs 43% ce qui correspond à peu prêt à legislatives. 
      De plus, la CFDT a plus de 800 000 adhérents, quel parti politique peut en aligné autant ? Et je ne parle pas de la CGT.
      Alors je ne pense pas que le manque de légitimité vienne des syndicats mais plutôt des partis politiques.

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Cnesco : Pas de consensus sur la différenciation ?
- De : desnos Publié : jeudi 9 mars 2017 07:20 Objet : Cnesco : Pas de consensus sur la différenciation ? Bonjour. N’est-il pas pertinent de s’interroger d’abord sur quel profil d’élève on veut centrer la réflexion autour de la pédagogie...
Budget : Le tournant
- On nous annonce une budget sincère... Confondre places aux concours de recrutement et emplois budgétaires est une belle entourloupe. Les chiffres de l'emploi des enseignants est à rapprocher de l'évolution la population scolaire par type...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces