La France reste championne des fondamentaux 

" D'abord et avant tout les fondamentaux". Dans son discours d'installation, le 17 mai, Jean Michel Blanquer a mis les fondamentaux comme la première priorité de l'Ecole en les précisant : " Lire, écrire, compter , respecter autrui". Une injonction qui vient butter sur la réalité statistique. Selon Eurostat, qui vient de publier son annuel sur les temps d'instruction en Europe, l'école française est déjà celle qui accorde le plus de temps aux fondamentaux.

 

La championne du temps scolaire ?

 

Alors que le débat sur les rythme scolaires est relancé, qu'en est il du temps consacré à l'instruction en France ? Eurostat livre à la fois des données et deux manières de les lire.

 

Si l'on en croit la longueur de l'année scolaire, l'école française a les temps d'enseignement parmi les plus longs en Europe. L'année scolaire à l'école primaire c'est 864 heures de cours en France contre 734 en moyenne en Europe. Seulement 5 pays ont un temps plus long sur les 42 systèmes éducatifs évalués par Eurostat. Le record c'est le Danemark avec 1051 heures. Mais la Bulgarie se contente de 468 heures.

 

Au collège, avec 948 heures de classe les élèves français sont nettement au dessus de la moyenne européenne (864 heures) et la France se situe au 9ème rang. C'est pire encore pour le lycée : avec 1031 heures de cours contre 900 en moyenne, la France est au second rang juste derrière l'Espagne avec 1054 heures. Autant dire qu'en France, les années d'école sont parmi les plus chargées du continent.

 

Mais il y a une autre façon de compter le temps scolaire. C'est additionner le temps scolaire obligatoire.  Or beaucoup de pays comptent 12 d'école obligatoire alors que la France n'en exige que 10. Avec 4000 heures d'instruction obligatoire, la  France est dépassée par le Royaume Uni, les Pays Bas, la Belgique et la Turquie. Il faut rappeler que la grande majorité des élèves poursuit sa scolarité au delà de 16 ans et dépasse donc les 4000 heures.

 

Dans tous les cas on est très loin d'un modèle européen d'éducation, même si l'Europe a rédigé des directives  sur l'éducation. Le temps scolaire effectif peut varier du simple au double. Pour le collège la Lithuanie ou la Macédoine se contente de 734 heures annuelles quand le Danemark exige 1200 heures.

 

Championne des fondamentaux

 

Là où la position de la France est bien établie c'est pour les fondamentaux. Pour la lecture - écriture, l'école primaire française mobilise 1656 heures. C'est presque le double de la moyenne européenne qui est de 953 heures. Aucun pays n'atteint le nombre d'heures français. L'Allemagne se contente de 744 heures, l'Espagne de 1099, la Pologne de 383 heures.

 

Ces données relativisent les propos entendus durant la campagne électorale. Inutile d'augmenter l'horaire de français à l'école. On lui consacre déjà beaucoup plus de temps que tous nos voisins. La conférence de consensus du Cnesco a par contre montré qu'il y avait des apprentissages à renforcer.

 

Dans le second degré, 774 heures sont consacrées au français quand la moyenne est de 564 heures. Seuls l'Italie et la Turquie donnent plus de temps à l'étude de leur langue nationale.

 

900 heures sont consacrées aux maths à l'école primaire ce qui est nettement plus que la moyenne européenne (670 heures). 5 pays consacrent plus de temps que la France, dontle Portugal avec 1310 heures. L'Allemagne se contente de 573 heures.

 

Dans le second degré, la France donne 684 heures aux maths , nettement au dessus des 484 heures de la moyenne européenne. Seule la Turquie, avec 768 heures, y passent plus de temps.

 

En sciences, la France est aussi nettement au dessus de la moyenne européenne avec 306 heures au primaire (contre 284) et 630 dans le second degré (contre 475). Seulement 2 pays européens accordent plus de temps à ce niveau.

 

Mais l'école la moins autonome

 

Eurostat donne encore deux singularités de l'école française. La première est son manque d'autonomie.  Il est souligné par Eurostat. Celle ci peut porter sur l'organisation des enseignements ou même sur le curriculum.  Dans neuf pays l'établissement scolaire peut affecter du temps supplémentaire sur tel ou tel sujet aussi bien au primaire que dans le second degré. En Ecosse aucun horaire n'est donné pour aucune discipline. En Finlande l'Etat fixe des horaires disciplinaires mais les écoles ont une marge pour leur répartition. La France reste fidèle à un système national  qui fixe des horaires nationaux pour chaque année.

 

La seconde singularité est liée à cette question. La France est le pays européen qui a connu la plus forte réduction du temps d'instruction en 2016. 180 heures ont disparu au collège du fait des nouveaux dispositifs (AP EPI).

 

François Jarraud

 

Le rapport

 

 

 

Par fjarraud , le jeudi 15 juin 2017.

Commentaires

  • thais8026, le 15/06/2017 à 15:05
    Maintenant,
    on formait parmi les meilleurs mathématiciens du monde. Maintenant que l'on a baissé les horaires, les élèves de terminale ne savent plus faire une addition de deux fractions. Des années à dire que les calculatrices pouvaient tout faire à la place de l'élève donc pas besoin de leur apprendre. Sauf qu'il y a des étapes dans l'apprentissage et la maîtrise du calcul numérique en fait partie.
    De la même manière avec internet, les sciences cognitives vous diront que pour comprendre des tâches complexes, il faut avant tout des savoirs.
  • Jean Maurice, le 15/06/2017 à 13:06
    "l'école française est déjà celle qui accorde le plus de temps aux fondamentaux"
    C'est peut-être qu'il est temps de s'occuper davantage de ce qu'on fait en classe plutôt que de reconsidérer sans cesse le temps qu'on y passe.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces