Collège : Blanquer explique la rentrée aux principaux 

Alors que le B.O. du 22 juin publie l'arrêté sur la réforme du collège, le ministre écrit aux principaux pour expliquer ses intentions. Evoquant "une nouvelle étape", il montre comment "consolider la place des langues au collège avec al réaffirmation des classes bilangues" et le "développement du latin et/ou du grec".

 

Dans sa lettre adressée le 19 juin aux principaux,  JM Blanquer annonce "une nouvelle étape pour le collège" qui "donne la possibilité d'"enrichir l'offre d'enseignements des établissements". Pour le ministre , "cette réussite passe par la consolidation des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui), l'ouverture sur la culture , la projection vers l'avenir".

 

Le ministre rappelle "qu'un EPI au minimum" doit avoir été suivi au cycle 4 et qu'il n'y a plus de thèmes imposés. Et il glisse tout de suite au rétablissement des classes bilangues et du latin grec.

 

Le document d'accompagnement clarifie la gestion des moyens. L'horaire ancien est continué, y compris les 4 h d'enseignements complémentaires au cycle 4 et les 3 heures par division pour dédoublements.

 

Ce qui change c'est à la fois les priorités et une nouvelle gestion des moyens. Dès le début du document officiel on parle d'assouplissement et d'enrichissement de l'offre d'enseignements dans chaque collège, une invitation claire à développer les enseignements facultatifs.

 

Si les 3 et 4 heures d'enseignements complémentaires sont maintenues, leur gestion est libérée. Chaque collège peut les attribuer librement entre AP et EPI , à condition d'avoir au moins une séquence de chaque sur le cycle 4. Le contenu des EPI n'est plus défini. Enfin , "un enseignement complémentaire peut être dispensé dans une langue vivante étrangère".

 

Tout cela permet le rétablissement des classes bilangues et des filières latin grec en puisant dans les enseignements facultatifs (les 3 heures par division) mais aussi sur le temps des enseignements complémentaires.

 

F Jarraud

 

La lettre aux principaux

La rentrée

L'arrêté qui dit adieu à la réforme

 

 

Par fjarraud , le vendredi 23 juin 2017.

Commentaires

  • Jeandoute, le 23/06/2017 à 13:39
    Ce métier est devenu tout simplement impossible à aborder. Les chefs sont sous la coupe d'exigences contradictoires, et avec la soi-disant liberté sous la dictature des conseils pédagogiques et conseils d'administration, sachant que les représentants des parents d'élèves ne représentent qu'eux-mêmes (leur classe sociale, et ce ne sont pas les défavorisés chacun le voit bien), que les représentants des professeurs représentent les intérêts de leur corporation et de certains d'entre eux.

    Les intérêts des options ont toujours été très clairs : ils s'agit de créer des groupes de façon à séparer le bon grain de l'ivraie. Marron et son bras armé Blanquer reviennent à ces fondamentaux des CSP+.
  • Viviane Micaud, le 23/06/2017 à 12:21
    Je remarque qu'il ne donne pas des moyens supplémentaires aux établissements. Le latin-grec et le retour des bilangues seront aux dépens de l'attention des plus en difficulté. Mais, en réalité tout dépendra des finalités retenues pour l'école du socle, et du soutien que Blanquer aura pour les faire partager.

    D'autant que je suis d'accord avec cette phrase du ministre "cette réussite passe par la consolidation des savoirs fondamentaux (lire, écrire, compter, respecter autrui), l'ouverture sur la culture , la projection vers l'avenir".

    Tout dépend ce qu'on appelle "ouverture sur la culture". Pour moi, c'est transmettre des connaissances "points de repère partagés qui font la culture de la nation", et donner le plaisir de s'autoformer et de construire sa connaissance du monde sociale, scientifiques et artistiques. J'ai remarqué qu'il y a beaucoup d'autres définitions.
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Cnesco : Pas de consensus sur la différenciation ?
- De : desnos Publié : jeudi 9 mars 2017 07:20 Objet : Cnesco : Pas de consensus sur la différenciation ? Bonjour. N’est-il pas pertinent de s’interroger d’abord sur quel profil d’élève on veut centrer la réflexion autour de la pédagogie...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces