Le vrai / faux milliard de Jean-Michel Blanquer 

"L'éducation nationale est un priorité. N'en doutez pas". Le 29 août, lors de sa conférence de presse de rentrée, Jean-Michel Blanquer a mentionné ses discussions sur l'éducation avec E Macron et la rallonge budgétaire qu'il aurait exceptionnellement obtenue pour 2018. Une situation à faire mourir d'envie ses collègues ministres tous obligés de se serrer la ceinture en 2018. Jean-Marie Blanquer annonce une hausse de 1.2 milliard. Une indication à la fois vraie et fausse. Ou comment le ministre de la confiance ne dit pas tout...

 

Une situation d'austérité

 

"On va passer au dessus de 70 milliards", annonce JM Blanquer le 29 août. Il présente cette hausse du budget de l'éducation comme une exception remarquable obtenue d'un président de la République qui a mis l'éducation dans ses priorités. Celle-ci serait avec la Défense un deux ministères à voir leur budget augmenter en 2018.

 

C'est que pour 2018, le gouvernement a prévu 20 milliards d'économies pour ne pas dépasser 2.7% de déficit public et diminuer les prélèvements de plus de 10 milliards. Alors toute hausse budgétaire fait figure d'exception, celle de la Défense étant financée par des économies dans les autres ministères.

 

Effectivement, face à une impasse budgétaire que le Café pédagogique a présenté le 22 août, l'Elysée a volé au secours du ministre. JM Blanquer avait promis de nombreuses dépenses (devoirs faits, postes des dédoublements, prime de Rep+ etc.) dont on voyait mal comment il pourrait les financer.

 

Une hausse annoncée de 1.2 milliard

 

Le 29 août, le ministre avance un chiffre. "Sans les pensions on va passer de 49.3 à 50.5 milliards". D'où le chiffre repris par plusieurs médias : une hausse de 1.2 milliard du budget de l'Education nationale en 2018.

 

Pour bien situer cette hausse , elle équivaut à ce que B Hamon a obtenu pour le budget 2015. L'année d'après, N Vallaud Belkacem n'obtient qu'une rallonge de 0.7 milliard pour le budget 2016. Mais elle arrache 2.5 milliards pour le budget 2017 le faisant dépasser déjà 70 milliards.

 

Avec sa hausse de 1.2 milliard non seulement JM Blanquer apparait comme le chouchou d'E Macron. Ce serait aussi un des ministres qui a obtenu une revalorisation sensible du budget de l'éducation. Un vrai ami de l'Ecole.

 

A ramener à de facto 0.7 milliard...

 

Sauf que ce chiffre est à prendre avec précaution. En effet l'envergure du ministère de JM Blanquer n'est pas la même que celle de B Hamon ou de N Vallaud Belkacem. Un décret du 25 mai a attribué à JM Blanquer outre l'éducation nationale, la Jeunesse et la Vie associative. Deux domaines qui étaient regroupés avec le sport dans le précédent gouvernement. Et qui pesaient environ 500 millions en 2017.

 

L'entourage du ministre nous a confirmé que le budget annoncé par JM Blanquer intègre Jeunesse et Vie associative. Il faut donc ajouter le cout de cet autre ministère au budget de l'Education nationale pour connaitre l'évolution réelle de l'éducation nationale. Et ramener la rallonge de 1.2 à 0.7 milliard.

 

Pour le ministère de JM Blanquer, celui ci passerait en réalité de 70.7 milliards en 2017 à 71.4 en 2018. C'est un effort de 0.9% et une hausse budgétaire qui est la plus faible depuis 2013. Mais qui reste méritoire au moment du tour de vis gouvernemental. Et Blanquer a connu bien pire entre 2010 et 2012...

 

François Jarraud

 

Les attributions de Blanquer

Le budget Jeunesse Vie associative en 2016 et 2017

Les budgets de l'éducation nationale

Blanquer et l'impasse budgétaire

 

 

 

Par fjarraud , le mercredi 30 août 2017.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Ecriture inclusive : Des enseignant.es dans la tourmente du Manifeste
- En tant que  professeur des écoles retraité, je  ne  partage  pas  l'idée  de  l'introduction de  l'écriture  inclusive. Par contre  je  partage  l’idée que  enseigner "Le  masculin l'emporte sur  le féminin" est vraiment...
Quelle autonomie pour le premier degré ?
- Tres heureuse initiative que de debattre du devenir des ecoles primaires. La meconnaissance actuelle du fonctionnement de l'école empeche toute evolution. Si les elus, les parents, voire meme les enseignants savaient ce que vivent les directeurs au...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces