Pierre Merle : Blanquer une politique qui renforce les inégalités 

Bien loin de défendre la constitution d'une élite ou de stimuler les établissements scolaires, le rétablissement des filières dans les collèges par JM Blanquer (classes bilangues, classes de latin grec)  va augmenter la dualisation du système éducatif français et les inégalités sociales d réussite scolaire, explique Pierre Merle dans La vie des idées. "Les filières d’excellence et l’apartheid scolaire qu’elles favorisent contribuent à expliquer pourquoi le système éducatif français, lorsqu’on le compare aux autres systèmes éducatifs européens, est celui dans lequel un enfant d’origine populaire a le moins de chances d’accéder au baccalauréat et de poursuivre des études dans l’enseignement supérieur. À cet égard trop souvent oublié, les filières d’excellence, outre qu’elles ne permettent pas de maintenir une élite scolaire, participent à la reproduction des inégalités sociales, à une efficacité moyenne, et à la faible équité de l’école française".

 

"Plutôt que de « réconcilier les Français » avec leur école", poursuit P Merle, " cette politique risque d’accroître encore davantage les clivages, les ressentiments et les sentiments d’injustice. Le désamour pour l’école, lieu central de socialisation, ne peut que renforcer une suspicion déjà grande à l’égard de l’organisation sociale et réduire encore la légitimité déjà limitée de l’ordre politique."

 

Dans La vie des idées

 

Par fjarraud , le mercredi 06 septembre 2017.

Commentaires

  • amorin, le 10/09/2017 à 23:33
    "classes bilangues, de latin...". J'ai peur que M. Merle n'ai pas bien connaissance de ce qui se fait dans de très nombreux collèges : les élèves qui ont pris latin, ou allemand euro ou ... sont souvent peu nombreux et distribués dans plusieurs classes et réunis seulement à l'occasion de leur option. Il n'y a donc pas à proprement parlé de classe de latin mais un cours de latin en option et des élèves qui parfois dynamise une classe hétérogène.
    Et les enfants qui, dans le cadre de la précédente vague de fermeture, n'en bénéficiaient pas, que faisaient ils ? Beaucoup s'ennuyaient mais plus encore étaient partis dans le privé qui lui les accueillait à bras ouverts. Alors, OK pour une réforme qui valorise l'enseignement privé ? Au fait, dans quel établissement étaient scolarisés les enfants Vallaud ?

  • cavalli, le 06/09/2017 à 10:16
    Qu'est-ce qu'il ne faut pas lire ! l'apartheid scolaire ! et puis quoi encore ?
    non seulement rétablir ce qui a été détruit il y a peu est le minimum , mais encore ,comme nombre de nos voisins (R.Tchèque par ex ), ce qui ne choque personne là bas : épreuve de fin de primaire , épreuve pour l'entrée au lycée , épreuve pour l'entrée dans le supérieur ;il y a trop de dégâts en France à cause de l'idéologie ; l'idéologie c'est terrible , de talents empêchés et du coup perturbés ,au fil de leur scolarité . D'où cette ambiance de joyeuse rigolade , ou comment noyer l'instruction . En ça nous sommes les spécialistes .
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide
- De : monique O Publié : jeudi 14 septembre 2017 08:05 Objet : E Gentaz - L Sprenger-Charolles : Evaluation de CP : Un outil invalide Savez-vous que dans les écoles , les évaluations diagnostiques cp ne sont pas nouvelles! Dans certaines...
Rémi Brissiaud : En maths une réforme hors de portée
- Monsieur Brissiaud, j'ai été très sensibilisée à votre pédagogie des mathématiques en IUFM, il y a 20 ans. Après avoir testé de nombreuses choses (dont Ermel), j'utilise depuis 3 ans votre fichier J'apprends les Maths en CE1 et CE2. Et mes...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces