Le Cnesco engage la bataille du bien être à l'école  

"Il faut s'intéresser au bien être à l'école car il est lié aux performances scolaires et il a un rôle dans la qualité de vie des enfants, leur développement et leur trajectoire de vie". Présenté par Agnès Florin et Nathalie Mons, la présidente du Cnesco, le rapport sur "la qualité de vie à l'école" veut faire avancer les connaissances dans un domaine longtemps délaissé en France. Le Cnesco fait le point des recherches sur cette question et publie les résultats d'une grand enquête menée auprès des chefs d'établissement avec l'aide du Snpden, premier syndicat des chefs d'établissement, et du Secrétariat général de l'enseignement catholique. Poser la question du bien être à l'école c'est aussi poser celle des inégalités devant ce bien être de sa dimension sociale.

 

Bien être et performance scolaire

 

Dans quels pays le bien être à l'école est-il le moins considéré ? La France, si l'on en croit Pisa 2012, est le pays de l'OCDE où on considère le moins que le bien être est aussi important que la réussite scolaire. Ca ne veut aps dire que les élèves français sont malheureux. Pisa 2015 montre qu'ils sont plus heureux que la moyenne. Masi que cette dimension a longtemps été niée et est encore peu considérée dans la tradition scolaire.

 

C'est aussi cette réalité que le Cnesco bouscule avec cette nouvelle étude qui porte sur le sentiment de bien être mais qui apporte aussi des informations nouvelles sur la restauration et l'architecture scolaire.

 

D'après la synthèse réalisée par le Cnesco, il y a un lien entre le sentiment de bien être et la performance scolaire. Cela a été évalué en France par une étude réalisée par A Florin, B Guimard et alia auprès de 9 écoles et 7 collèges de la région nantaise que le Café  a présenté en juin 2017. A Florin nous disait : "L'étude établit que le bien être a un impact pas énorme mais significatif sur la performance scolaire à travers le sentiment d'efficacité personnelle". Ce résultats est cumulatif. " Plus les élèves se sentent bien à l’école, plus ils se sentent compétents et ceci a une incidence positive sur leurs performances scolaires". Ce sentiment lui même dépend de la relation avec les enseignants. "Quand les élèves se sentent compétents cela impacte leur performance. La qualité de vie à l'école rend plus confiant et donne de meilleurs résultats". Cette étude française est confirmée par des travaux étrangers : finlandais, américains, irlandais par exemple.

 

Restauration scolaire et inégalités sociales

 

L'enquête réalisée par le Cnesco apporte aussi des éclairages sur des éléments matériels de ce bien être : la restauration et l'architecture scolaire.

 

En ce qui concerne la restauration scolaire, "il y a une amélioration incontestable. Le restaurant scolaire ne correspond plus à l'ancienne "cantoche", a expliqué, chiffres en main, Nathalie Mons.

 

L'enquête, remplie par 869 personnels de direction, montre d'abord une forte hausse de la fréquentation des restaurants scolaires depuis 15 ans. 71% des collégiens déjeunent dans l'établissement et 68% des lycéens, soit 15% de plus qu'en 1996. Cette situation est particulière à la France qui reste attachée à un vrai repas à midi, au "slow food",  là où beaucoup de pays préfèrent le "lunch box".

 

Mais " si, en moyenne, 29 % seulement des collégiens ne sont pas inscrits à la cantine, c’est le cas de près de 59 % d’entre eux en éducation prioritaire. Dans les collèges classés en REP+, seul un élève sur quatre est inscrit au restaurant scolaire", relève le rapport. Il y a donc une très forte inégalité d'accès à la restauration scolaire.

 

Cela tient à plusieurs raisons. D'abord le prix : dans seulement la moitié des établissements   scolaires on propose un tarif spécifique pour les élèves les plus démunis. Mais il y a d'autres freins. Un des plus notables est  le manque de temps pour déjeuner. Selon l'enquête 10% des établissements déclarent des repas de moins de 30 minutes. Mais 46% des élèves, se lon la Depp, estiment qu'ils n'ont pas assez de temps pour déjeuner.

 

L'enquête souligne aussi le réaménagement des lieux de restauration même si 28% des établissements déclarent un niveau sonore trop élevé.

 

Le Cnesco insiste sur le manque de choix pour les repas, notamment la faiblesse de l'offre en bio ou la rareté du vegan. Une situation qui tient aussi à l'économie des cantines, déclare P Tournier, secrétaire général du Snpden. Dans le prix moyen d'un repas, la part des produits alimentaires ne peut pas dépasser 2 euros.

 

Pourquoi se soucier de tout cela  ? Selon le rapport, " il a été démontré que des repas scolaires équilibrés améliorent la concentration en classe et permettent aux enfants d’obtenir de meilleurs résultats scolaires et d’être moins souvent malades".

 

L'effort architectural

 

Une dernière partie du rapport s'intéresse à l'architecture scolaire. "Les collectivités locales ont effectué un effort gigantesque", estime P Tournier. Cet avis est partagé par les personnels de direction qui ont répondu à l'enquête du Cnesco. Selon elle, 72% de ces personnels jugent leur établissement "un environnement propice au travail". Un quart des établissements ne le seraient donc pas par exigüité , vétusté ou parce que le mobilier ou les locaux ne sont pas fonctionnels. Un quart des personnels de direction déclarent des problèmes de luminosité, la moitié un manque d'insonorisation. On pourra lire ici ce que disait une ergonome...

 

L'enquête estime aussi que les établissements ont des locaux et du mobilier qui ne permettent aps de s'adapter à de nouvelles pédagogies.

 

Mais le problème le plus significatif du bien être et de la qualité de vie des établissements , ce sont les toilettes et les lieux de vie dans les établissements.

 

Les établissements sont-ils devenus des lieux de vie ?

 

Presque la moitié des établissements déclarent manquer de sanitaires. La moitié ne les nettoie qu'une fois par jour. Trois sur quatre parle de dégradations et de manque de papier et savon. En fait un élève sur trois préfère s e retenir qu'utiliser les sanitaires de son établissements que l'on retrouve aussi en tête des endroits perçus comme peu surs.

 

Pourtant il y a eu des progrès sur les autres lieux de vie. Certes les enseignants manquent d'espace de travail et de bureaux. Mais la moitié des établissements déclarent une salle de réunion en plus de la salle des profs. Coté élèves, 83% des lycées et 58% des collèges déclarent un foyer.

 

Quelles clés pour évoluer ?

 

Comment faire bouger ces lignes ? Personne n'a la clé de tous ces aspects du bien être à l'école. La restauration et le bâti dépendent des collectivités locales. Le sentiment d'efficacité et le bien être dépendent de toute la communauté éducative.

 

On notera que ce rapport est lié à d'autres travaux du Cnesco. Dans ses recommandations sur le bien être l'école, l'OCDE a mis en avant le développement du sentiment d'appartenance à l'école, un point faible du système français, et l'importance de la mixité sociale, un combat important du Cnesco.

 

Avec ce rapport le Cnesco alimente un dossier, ouvert par Eric Debarbieux, développé par les travaux du CREN, et qui manque maintenant de chef de file dans l'éducation nationale.

 

François Jarraud

 

Les recommandations OCDE

Le point d'A Florin en juin 2017

La France le pays où lebien être compte le moins

Architecture scolaire : l'avis de M Mazalto

Développer l'empathie au collège : M Zanna

L'afev sur le bien être

 

Le dossier du Café sur le bien-être à l'école

 

 

 

Par fjarraud , le mardi 03 octobre 2017.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Accès à la classe exceptionnelle
- Et pendant ce temps, un bon nombre d'enseignants partent en retraite sans avoir accédé à la hors-classe ! C'est la France : donner toujours plus à ceux qui sont déjà bien servis. De : fjarraudPublié : vendredi 1 décembre 2017 07:22Objet : Accès à...
Lecture : Le niveau baisse encore
- Rien d'étonnant quand on voit les méthodes de lecture utilisées par certaines enseignantes de CP.Pourquoi choisir des supports vieillots, décriés par les chercheurs et n'ayant aucun sens alors que la littérature jeunesse est tellement riche et...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces