Accès au supérieur : Réforme inacceptable pour le Snuep Fsu 

Alors que les groupes de travail réunis par le ministère de l'enseignement supérieur doivent rendre leur rapport dans une semaine, le Snuep Fsu manifeste son opposition. Il juge les propositions inacceptables pour les bacheliers professionnels et les enseignants.

 

" La question des affectations par défaut à l'université n'est interrogée que sous le prisme de l'instauration d'une sélection à l'université. Les termes " prérequis" ou " contrats de réussite"  révèlent la volonté d'exclure les bachelier-es professionnel-les des bancs de la fac. A la demande d'augmenter le nombre de places dans les filières STS, les propositions vont dans le sens de destins scolaires scellés en fonction des trois voies du lycée", écrit le Snuep Fsu.

                                                                 

" Quant à l'idée émise de faire certifier des " potentialités" d'élèves ou des " engagements associatifs"... par les PLP, ou encore celle de réunir les équipes pédagogiques après les conseils de classe pour redonner un avis sur l'orientation des élèves : elles sont tout simplement irresponsables. C'est méconnaitre les conditions de travail dégradées des personnels et le fonctionnement des établissements en fin d'année scolaire où les enseignant-es sont très occupé-es par les examens, les visites de stages ou encore les réunions et les commissions d'harmonisation."

 

La ministre entre APB, orientation et sélection

De mauvaises réponses à de fausses questions

 

 

Par fjarraud , le jeudi 05 octobre 2017.

Commentaires

  • siegmund, le 06/10/2017 à 14:27
    "Les termes " prérequis" ou " contrats de réussite"  révèlent la volonté d'exclure les bachelier-es professionnel-les des bancs de la fac."


    non , d'exclure ceux qui ne sont pas de vrais étudiants ,qui n'ont pas le niveau d'être étudiant

    le "prérequis" semble être un minimum pour prétendre devenir étudiant

    Tout le monde ne peut être étudiant et beaucoup aimeraient commencer de travailler tôt après un cap par exemple ; les études doivent être réservées aux jeunes de  bon niveau ; beaucoup" d'étudiants " en France sont nuls  , la fac est un vrai carnage après un bac dévalorisé  , un collège ubuesque ; on marche sur la tête


    sinon,
    06-10-17 :

    Pierre-Yves Bernard : " On assiste à une désaffection pour le modèle scolaire classique" 

    La déscolarisation, Pierre-Yves Bernard la suit de près. Maître de conférences à l'Université de Nantes, auteur du "Décrochage scolaire" (PUF) il met en perspective les données de l'OCDE et ouvre des pistes pour lutter contre le décrochage. Car c'est le modèle scolaire français qui arrive à son terme.


    L'OCDE annonce un taux de scolarisation en baisse pour les 15-19 ans. Quel regard jetez-vous sur ces données ?


    Depuis 1995 il n'y a pas eu en France de progression très significative de la durée des études. Il y a même certaines évolutions qui favorisent au contraire la baisse de cette durée, comme la diminution des redoublements en primaire et au collège ou la réforme récente du baccalauréat professionnel passant de 4 à 3 ans. Par ailleurs le constat global qu'on peut établir est que depuis 15 ans les limites de la croissance du système éducatif ont été atteintes, comme si on avait atteint un plafond. On n'arrive pas à faire progresser significativement le pourcentage de jeunes qui terminent des études complètes.


    Quelle est la part de la politique sociale et de la politique scolaire dans cette situation ?


    Il est difficile de distinguer les deux car le scolaire s'inscrit dans le social. Le décrochage scolaire est un phénomène complexe qui renvoie aux attentes des individus, à l'image que l'Ecole se donne à travers pratiques et valeurs qu’elle véhicule, aux situations sociales des familles et aux décisions politiques, entre autres facteurs. Au niveau politique, on n’a pas connu ces dernières années de réforme susceptible de changer la donne, à l’exception notable de celle du bac professionnel. Mais on peut douter qu’elle remette en cause la séparation des publics scolaires reproduisant elle-même une séparation sociale... Quant aux attentes, on assiste à une désaffection pour le modèle scolaire classique de la part de certains jeunes. Le système scolaire français ne prend pas en compte la multiplicité des trajectoires et des talents des élèves jusqu'à la fin de leur scolarité.


    Que pourrait faire le système éducatif ?


    Une bonne partie des interruptions de scolarité se font entre 16 et 18 ans et la majorité ne sont ni en emploi ni en formation, et restent le plus souvent chez eux. Les travaux du Céreq nous disent que ces jeunes qui quittent l’école sans diplôme finissent par s'insérer professionnellement pour un tiers d'entre eux,  connaissent un chômage récurrent pour un autre tiers et sortent totalement du monde du travail pour un dernier tiers.


    Mais on peut agir à plusieurs niveaux. D'abord sur les apprentissages, le plus en amont de la scolarisation, par exemple en favorisant la préscolarisation, ou en travaillant de façon plus inclusive avec davantage d'attention aux difficultés des élèves. A cet égard la politique récente consistant à se passer de ressources utiles comme la scolarisation avant 3 ans ou les Rased ne va pas dans le bon sens.


    Au collège en faisant attention aux besoins des élèves, notamment dans la transition entre élémentaire et secondaire. Des moyens sont mis en œuvre en ce sens en ZEP, mais mériteraient d’être développés au-delà.


    Au lycée en œuvrant pour le rapprochement des formations, en décloisonnant les voies de formation. Tant qu'on aura à une extrémité une filière sélective et à l'autre certaines filières professionnelles avec des débouchés hasardeux, des lycéens professionnels se déscolariseront. Certains élèves voient bien que leur formation ne leur garantit pas un emploi qualifié. Dans mes enquêtes de terrain j'ai croisé ainsi des jeunes peu motivés par la certification de leur année en L.P.


    L'OCDE préconise d'augmenter le salaire et la formation des enseignants plutôt que diminuer le nombre d'élèves par classe pour améliorer le système éducatif. Qu'en pensez vous ?


    Les calculs sur la rémunération sont toujours un peu trompeurs car il y a de forts écarts entre personnels. Souvent on demande à des gens peu rémunérés d'exercer une mission qui devrait revenir à du personnel qualifié. Un bel exemple est celui des EVS-H (emplois vie scolaire – handicap) qui accompagnent en classe les enfants handicapés. Ce sont des personnes qui sont payées au SMIC, à temps partiel sur des contrats précaires. Il y a aussi la question de la formation. On voit qu'elle est déterminante. Partout ailleurs, la formation des enseignants s’appuie en partie sur les réflexions menées en sciences de l’éducation.

    Entretien François Jarraud

    " Mais là c'est clair en France, on ne va pas dans le bon sens..."
    ouf !  On peut donc considérer que les choses vont désormais , depuis la présidentielle ,dans le bon sens ! il dti une chose vraie au début : le "système" français est à bout de souffle ,dans le mur ; en cause l'égalitarisme, le pédagogisme , les sciences de l'éduc .




Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces