Rased : Les maîtres E "sur leur garde" 

Organisé à Paris, le 15ème colloque de la Fname, l'association des maitres E, réunit un millier de personnes du 5 au 7 octobre. Membres des Rased, ces dispositifs d'aide aux élèves que X Darcos avait tenté de supprimer, les maitres E observent avec inquiétude les changements rue de Grenelle. Pour Thérèse Auzou Caillemet, la présidente de la Fname, l'avenir des Rased se joue aussi au niveau académique.

 

S'élever au dessus des polémiques

 

 Plus d'un millier d'enseignants réunis à Paris pendant trois jours, un programme très riche, le colloque de la Fname est un des événements de l'année. La Fname réunit les "maitres E" de 70 départements. Les maitres E sont des enseignants spécialisés à dominante pédagogique. Ce sont des spécialistes des apprentissages qui interviennent sur les difficultés d'apprentissage de certains élèves, à la demande des professeurs des écoles. Ils travaillent au sein d'un Rased et agissent directement sur les élèves mais aussi auprès de l'enseignant et des parents. Leur métier c'est raccommoder le rapport à l'école et aux apprentissages quand l'enseignant n'y arrive plus. La dernière circulaire sur leur mission leur a donné un rôle de conseil auprès des enseignants.

 

Le 5 octobre, pour l'ouverture, la Fname a invité un spécialiste des neurosciences, Olivier Houdé. Philippe Meirieu, Viviane Bouysse, André Giordan, Daniel Favre, des personnalités plus en accord avec la tradition pédagogique des maîtres E, vont lui succéder.

 

En invitant O Houdé, Thérèse Auzou Caillemet marque la volonté de la Fname de "s'élever au dessus de la polémique" entre neurosciences et pédagogues, polémique entretenue aussi par certains spécialistes des neurosciences contre les Rased. Ils ne sont pas les seuls. En février 2017 une étude de l'Iredu a jugé négative l'intervention des Rased sur le destin scolaire des élèves.

 

O. Houdé un cogniticien au pays des pédagogues

 

 En ouvrant le colloque, Olivier Houdé, professeur de psychologie du développement à l’université Paris Descartes, prend grand soin de se présenter dans la tradition pédagogique. Il invoque "son maitre" Piaget, mais ne manque pas de démontrer que sa théorie est fausse. Il "reste dans le constructivisme, mais un néo constructivisme intégrant les neurosciences". O. Houdé n'hésite pas à faire parler les morts: "Piaget aurait intégré l'imagerie cérébrale". Il invoque Vygotski, Montaigne ("les neurosciences sont humanistes") mais tacle Philippe Meirieu qui doit intervenir le lendemain...

 

O Houdé présente sa théorie sur  l'inhibition, un processus qui permet d'interrompre la pensée automatique pour laisser place à la pensée réfléchie logico mathématique. "Il faut expliquer cela aux enfants", dit-il. "On peut entrainer les enfants à mieux utiliser leur cortex préfrontal". Il invite les enseignants à participer à un projet auquel sont déjà associées 240 classes.

 

"On a besoin de ces approches pluridimensionnelles pour faire face aux difficultés des élèves qui sont aussi pluridimensionnelles", nous dit Thérèse Auzou Caillemet. "On veut prendre ce qui est utile et peut rendre service à chaque élève. On veut réconcilier de façon féconde toutes les notions autour des enfants". La Fname travaille d'ailleurs à un projet sur les gestes professionnels des maitres E avec le laboratoire de psychologie cognitive de Caen.

 

Le maitre E bientôt formateur ?

 

Sur les récentes circulaires qui ont redéfini les missions et la formation des maitres E, Thérèse Auzou Caillemet estime "qu'il n'y a pas de coupure avec la circulaire de 2009" même si le métier des maitres E inclut maintenant l'idée qu'ils sont personnes ressources pour les enseignants.

 

"On était déjà personne ressource il faut bien que les maitres l'entendent", nous dit-elle. Par contre cette position de formateur n'est légitime "que parce qu'on fait de l'aide directe auprès des élèves. Si on la perd on perd aussi notre légitimité comme formateur".

 

"On est sur nos gardes"

 

 Sur l'évolution des maitres E, "il y a eu des efforts après un arrêt de plusieurs années de recrutement des Rased", explique Thérèse Auzou Caillemet. "Mais on ne reviendra jamais aux effectifs d'avant 2012 même si les besoins augmentent dans les écoles". Entre 2008 et 2012 près de 5000 postes de Rased ont été supprimés.

 

Le 3 octobre devant l'Assemblée nationale, JM Blanquer a à la fois soutenu les rased et ouvert la porte à des évolutions. "Les maitres E  et G ne sont pas remis en question", avait-il dit. "Nous avons besoin de leurs compétences. Mais la manière de les organiser peut être questionnée". Or avant 2012 la suppression des Rased avait été présentée comme un "redéploiement"... Et JM Blanquer, Dgesco à l'époque, doit s'en souvenir...

 

"On se dit qu'il faut être sur nos gardes", nous dit Thérèse Auzou Caillemet. "On est vigilant. On sait que les Rased sont un levier possible pour récupérer des postes". Reçue par le cabinet de JM Blanquer en juillet, la Fname avait été frappée déjà par le soutien conditionnel du ministère qui évoquait d'éventuelles "logiques de terrain".  

 

"Tout est variable sur le terrain", explique Thérèse Auzou Caillemet. "Certaines formations au Cappei (la nouvelle formation des membres des Rased) sont de qualité d'autres pas. Certaines académies portent leurs rased d'autres non. On craint qu'avec les dédoublements de CP des maitres E soient envoyés en CP".

 

Le ministère doit en théorie dédoubler tous les CP et CCE1 de l'éducation prioritaire d'ici 2019. Même si l'entourage du ministre a reconnu que concrètement cela suppose des constructions de classe et remet l'application de la mesure sine die...

 

François Jarraud

 

Rased où en est on (2014)

L'efficacité des Rased mise en cause

Entretien avec O Houdé

Blanquer devant l'Assemblée

 

 

Par fjarraud , le vendredi 06 octobre 2017.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Brevet : De l'examen complexe à l'épreuve absurde...
- Alors que nos gouvernants se félicitent d'avoir obtenu les JO de 2024, l'EPS n'est plus qu'une matière négligeable. Ce que finalement conforte l'opinion que cette manifestation n'est qu'un grand capharnaüm financier. ...
Maths : Nouvelle écriture pour les algorithmes
- Moi j'dirai "Ce n'est pas une bonne idée. On doit revenir aux fondamentaux. ça ajoute de la complexité ce qui n'est pas nécessaire. Ptêtre même que ça va créer une polémique inutile"... De : Greg Barthelem Publié : mardi 17...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces