Première alerte sociale pour E. Macron 

Les menaces multiples feront elles sortir les enseignants de l'état de sidération dans lequel ils semblent installés depuis l'élection d'E Macron ? La journée du 6 février devrait être le premier test social pour le gouvernement. Tout semble réuni pour une mobilisation massive mais la journée pourrait n'enregistrer qu'un frémissement.

 

Perte de salaire

 

Difficile d'enchaîner autant de motifs de grève en aussi peu de temps. En ce début février les enseignants sont sous le coup d'une première baisse nette de salaire et sans aucune perspective d'amélioration à l'avenir, qui contraste avec la hausse dont bénéficient les salariés du privé. Bien au contraire le gouvernement a annoncé qu'il mettra en place une rémunération au mérite et qu'il renforcerait l'autorité des cadres locaux.

 

Les enseignants des collèges et des lycées perçoivent aussi les premiers coups des suppressions de postes dans le second degré à la rentrée 2018. La situation la plus fréquente c'est une dotation horaire (DHG) en baisse avec ce que cela entraine pour les enseignants : poste remis en question, complété sur plusieurs établissements etc. La situation devrait être pire encore en 2019 , le gouvernement ne cachant plus sa volonté de diminuer le nombre de fonctionnaires.

 

Parcoursup

 

Les enseignants des lycées sont aussi sous le coup de Parcoursup. Si certains apprécient le fait de pouvoir décider de l'avenir des élèves qui leur sont confiés d'autres sentent déjà , dans les tensions qui s'installent, le poids qui accompagne Parcoursup. D'autres n'ont toujours pas osé expliquer à leurs élèves que les règles du jeu de l'orientation ont été changées au tout dernier moment et que leurs espérances viennent de s'envoler.

 

Tout cela devrait pousser les enseignants dans la rue le 6 février et avec eux de nombreux élèves inquiets pour leur avenir. Le mouvement bénéficie d'un large soutien associant les syndicats d'enseignants (Fsu, Cgt, FO, Sud), les organisations lycéennes (Sgl, Unl, Unl Sd) et étudiante (Unef).

 

Frémissement ou vague ?

 

Pourtant le succès du mouvement n'est pas assuré. La journée d'action du 1er février a rencontré un succès très limité du coté des lycéens. Beaucoup n'ont pas encore découvert Parcoursup et pris conscience de la sélection qui se met en place.

 

Les enseignants ont été une des catégories sociales les plus favorables à E Macron en 2017. De nombreux enseignants pensent que seules les "petites" disciplines, optionnelles, sont menacées par la réforme du lycée. Beaucoup ne mesurent pas l'ampleur de la réforme de la fonction publique que le gouvernement veut faire passer le plus rapidement possible.

 

La journée du 6 février sera bien le premier test social pour le gouvernement. C'est ce que dit aussi l'agenda du président de la République qui a prévu un long entretien avec JM Blanquer immédiatement après son retour de Corse.

 

FRançois Jarraud

 

Pourquoi ils feront grève le 6 février

 

 

Par fjarraud , le mardi 06 février 2018.

Commentaires

  • RenaudL, le 06/02/2018 à 09:17
    Comment peut-on souhaiter "décider de l'avenir de ses élèves" ?
    et croire que c'est possible ?
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.
En direct du forum
Paye au mérite, recrutement local : Le gouvernement va faire évoluer les statuts
- Votre vigilance quotidienne, vos alertes, vos analyses nous sont indispensables. Leur"révolution copernicienne" n'est qu'au service du tout libéral et de la marchandisation de l'école. De : fjarraudPublié : vendredi 2 février 2018...
Paye au mérite, recrutement local : Le gouvernement va faire évoluer les statuts
- Un truc que je ne comprend pas. Ils veulent réduire les épreuves "égalitaires" au bac en mettant plus de contrôle continu (non égalitaire) et veulent rémunérer aux résultats. Moi je donnerai donc 18/20 à tous mes élèves.De : fjarraudPublié :...
Le Forum "L'expresso"

Partenaires

Nos annonces