Correction dématérialisée et déprofessionnalisation 

D'un coté il y a de petites économies à réaliser. Pas grand chose, juste des copeaux sur les frais d'organisation d'un examen. Et encore ce n'est pas sur car il y ale cout du logiciel. De l'autre il y a le métier enseignant. Evidemment ce sont les petites économies qui l'emportent. Sur Twitter, un enseignant raconte comment se passe la dématérialisation des copies de culture générale de BTS imposée cette année en Ile de France. "La correction dématérialisée est OBLIGATOIRE, et surtout impossible à contourner (impossible d'imprimer les copies pour ensuite rentrer les notes dans le logiciel - sympa pour les profs aux yeux fragiles, ou pour les allergiques aux écrans) -impossible de télécharger les copies pour pouvoir les corriger sans internet. Tout est fait directement en ligne". Le temps de correction est ramené de 5 à 2 jours alors que les professeurs de français ont aussi les révisions de l'épreuve anticipée de première à faire devant des élèves angoissés. Mais ce n'est pas tant la perspective de cette masse de travail qui pose problème que celle de devoir mal corriger parce que le travail sur écran rend la correction pénible et parce que l'harmonisation des copies devient une blague celles ci étant mélangées tous BTS confondus. Jusque dans le coeur de métier, pas de respect...

 

Le fil sur Twitter

 

Par fjarraud , le lundi 04 juin 2018.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces