La scolarisation des mineurs non accompagnés en question 

" Alors que la présentation d’un acte de naissance suffit à inscrire les enfants à l’école, à Paris, ces jeunes en possession de leur acte -mais en recours- sont privés de scolarité". RESF souligne le sort des mineurs non accompagnés sur Paris. "Depuis plusieurs années, des mineurs non accompagnés sont livrés aux dangers de l’errance dans la rue", note RESF. "Alors que leur prise en charge devrait être assurée de manière inconditionnelle par les départements, ils sont victimes d’une variable d’ajustement brutale : les dispositifs d’évaluation des mineurs isolés. À Paris, ce dispositif géré par la Croix-Rouge (le DEMIE) conduit à un refus de prise en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) pour près de 75 % des jeunes. Ils sont alors renvoyés vers une longue procédure juridique comprise entre 3 et 18 mois. Pendant cette période ils sont privés de tous droits fondamentaux.. Pourtant, près de 80% d’entre eux seront reconnus comme mineurs et pris en charge par l’ASE au terme de leur procédure". Une classe en extérieure sera organisée à Paris le 7 septembre.

 

Sur RESF

Qui défend la République à Hector Guimard ?

 

Par fjarraud , le jeudi 30 août 2018.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces