L'actualité éducation de la semaine du 24 au 31 août 2018 

La rentrée politique

Blanquer : Le ministre social d'Emmanuel Macron...

"En matière de justice sociale on ne peut pas faire plus important que les dédoublements". Présentant les mesures de rentrée, JM Blanquer a fait du social le fil conducteur de son intervention cet argument passant dorénavant avant celui du "pragmatisme". Moins surprenant, parce qu'il avait agi de même entre 2010 et 2012, le ministre a vivement défendu la multiplication des évaluations  les présentant comme des modèles scientifiques enviés du monde entier et déclarant vouloir en finir avec "le venin de l'angoisse des évaluations". L'année scolaire verra aussi de nouveaux programmes en maternelle avec des repères annuels et tout un enseignement de la langue. Là aussi ça rappelle la période d'avant 2012...

Lisez l'article...    

 

PIRLS, la semaine de 4 jours et demi et JM Blanquer

"La période de la semaine de 4 jours et demi d'école par semaine a été celle de la plus forte baisse de niveau en France". Dans sa conférence de presse de rentrée, JM Blanquer a fait le lien entre la semaine de 4.5 jours et les résultats de PIRLS, une enquête internationale évaluant les compétences en lecture. La réforme des rythmes scolaires a-t-elle vraiment fait baisser le niveau des élèves français ?

Lisez l'article...    

 

E. Philippe : Près de 8.000 postes supprimés en 2019

"Nous assumons une politique de transformation et de maitrise des dépenses qui privilégie la rémunération de l'activité". Dans un entretien donné au Journal du Dimanche le 26 août, Edouard Philippe présente les grandes lignes de la loi de finances 2019. Elle est marquée par de nombreuses suppressions de postes dans la fonction publique, la baisse des retraites et en conséquence la suppression des cotisations sociales sur les heures supplémentaires.

Lisez l'article...    

 

Mayotte : Blanquer (ré)annonce un effort budgétaire

En visite à Mayotte le 28 août, JM Blanquer a annoncé un effort "inédit" de 500 millions en faveur de l'ile. Ces 500 millions sont étalés sur 5 ans (100 millions par an) pour remettre à niveau un système éducatif très défavorisé par rapport à la métropole. Cet effort avait en fait déjà été annoncé en avril 2018 suite à un mouvement de grève dans l'ile, rappelle Ouest France. 350 postes ont été ouverts à Mayotte à la rentrée.

Lisez l'article...    

 

Le ministère publie un Vademecum sur "l'interdiction" du portable

"Ce vademecum a pour fonction d’expliciter le nouveau cadre légal et réglementaire et d’accompagner les équipes dans sa mise en oeuvre". Valse hésitation autour de ce vademecum. Publié le 28 dans la journée sur Eduscol , il était retiré en fin de journée. Pas de chance, nous avons eu le temps de l'archiver...

Lisez l'article...    

 

Les régions cherchent la concertation avec l'Etat sur l'orientation et le numérique

Il reste de la colère. L'association Régions de France (ARF) n'a toujours pas digéré la nouvelle loi sur la formation professionnelle, qui a dépossédé les régions de leurs compétences en matière d'apprentissage. Ils n'ont pas mieux apprécié les propos de Muriel Pénicaud. Après ce vif combat perdu, l'ARF cherche l'apaisement et le compromis avec le gouvernement et spécialement avec le ministre de l'éducation. C'est que les régions n'ont pas le choix. Une autre loi leur transfère l'orientation et la réforme du lycée va entrainer de nouvelles dépenses que les élus n'envisagent pas de faire supporter aux familles. Le numérique pourrait être la planche de salut des conseils régionaux.

Lisez l'article...    

 

Hors contrat : La circulaire d'application sur l'ouverture des écoles publiée

Le BO du 30 août publie la circulaire d'application de la loi sur le régime d'ouverture des écoles privées hors contrat. Elle donne de nouveaux pouvoirs à l'administration pour refuser une ouverture pour des motifs de sécurité publique. Mais la loi ne s'applique pas partout et le parlement avait refusé le principe de l'autorisation préalable d'ouverture.

Lisez l'article...    

 

 

La rentrée syndicale

Blanquer : Un nouveau paradigme pour l'école selon le Suipp

2019, l'année du grand changement ? C'est ce que pensent Francette Popineau et Régis Metzger, co-secrétaires généraux du Snuipp. Le premier syndicat du primaire a insisté sur les mutations de fond enclenchées par JM Blanquer à cette rentrée. Le syndicat estime qu'elles n'aideront pas l'école notamment en ce qui concerne les ajustements de programme et les nouvelles évaluations.

Lisez l'article...    

 

Le Se-Unsa agacé par "la politique du tourni"

"Cette année qui débute est marquée par l'inquiétude et la lassitude. Les enseignants n'en peuvent plus  des demandes successives de refaire et de faire et de déconsidérer ce qui a été fait avant". Stéphane Crochet, secrétaire général du Se Unsa a fait le point sur cette rentrée le 29 août. Quelques informations nouvelles. Surtout le second syndicat de l'éducation nationale s'interroge sur les finalités du gouvernement et de JM Blanquer. Il est aussi très critique sur la méthode. Pire il évoque la personnalité de JM Blanquer et son "mirage de la toute puissance". Deux  sujets dominent la rentrée : la mise en place d'évaluations qui semblent changer la nature du système  éducatif et l'ignorance dans laquelle le terrain est maintenu face aux changements.

Lisez l'article...    

 

Le Snes Fsu craint la "confiscation du métier"

"On voit que se dessine un véritable projet éducatif". Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes, le premier syndicat du second degré, fait le 30 août un état des lieux alarmant de la rentrée de l'Ecole. Programmes "passéistes", réformes opaques, suppressions de postes, salaires bloqués, les décisions de JM Blanquer font système pour le Snes. Et les échéances, que ce soit la réforme du lycée ou celle de la formation des enseignants inquiètent le syndicat. Ca tombe bien : le Snes annonce aussi des adhésions en hausse...

Lisez l'article...    

 

Chefs d'établissement : Les projets de Blanquer inquiètent ID Fo

"Le recrutement tendra davantage vers une diversification des personnels issus du monde public comme du secteur privé. De plus, le souhait du gouvernement est d’ouvrir l’accès à notre profession aux contractuels embauchés sur des contrats de missions. L’objectif visé est d’aboutir à réduire drastiquement les fonctionnaires pour aboutir à de substantielles économies", craint Id Fo, syndicat de personnels de direction, dans un communiqué du 30 août. Le syndicat dénonce aussi des personnels " assujettis à une adéquation poste-profil-missions" et "une nouvelle évaluation où la rémunération, individualisée, sera fonction de l’atteinte des objectifs définis... Les intentions du gouvernement visent également la réduction du nombre de postes par le regroupement d’EPLE ou la généralisation des LPO. Ainsi, dans cette logique, un personnel de direction aurait en charge la gestion de plusieurs EPLE pour réaliser ses missions. Les perspectives d’accès à la direction d’un établissement, pour un adjoint, s’allongeraient par incidence".

Lisez l'article...    

 

L'Unsa inquiet du budget 2019

"Le gouvernement justifie ses choix budgétaires par la priorité qu’il entend donner à l’activité. Mais en pointant financièrement les « inactifs » (retraités, chômeurs, allocataires…) au risque d’en faire des boucs émissaires d’un développement économique dont ils ne sont pas responsables, il glisse dangereusement. Il commet ainsi une erreur politique autant qu’économique", note l'Unsa après l'annonce des orientations budgétaires par le premier ministre. "A travers ces sujets budgétaires se pose à nouveau la question du projet de société, du modèle économique, social et environnemental que le gouvernement entend porter". La Fsu et la Cfdt ont aussi réagi négativement à ces annonces budgétaires.

Lisez l'article...    

 

La CFDT dénonce à son tour le budget 2019

"La CFDT a pris connaissance avec inquiétude des principaux arbitrages budgétaires proposés par le Premier ministre... Pour la CFDT, ces mesures répondent davantage à une logique comptable qu’à un réel projet de société porteur de solidarité. Les mesures sur les APL et les retraites, sans nuance, vont surtout impacter les plus pauvres. La désocialisation des heures supplémentaires va à contre-courant de la lutte contre le chômage et fragilise le financement de la protection sociale". Après la FSU, la Cfdt dénonce un budget socialement régressif et demande "des politiques sociales ambitieuses et assumées".

Lisez l'article...    

 

La FSU condamne le budget 2019

"Alors que nous sommes à la veille de la rentrée, aucun mot, aucun engagement pour l’Education nationale", souligne la FSU dans un communiqué en réaction aux annonces du Premier ministre dans le JDD. "Alors que depuis plus d'une année, des mesures régressives s’accumulent contre les agent-es de la Fonction publique, ceux-ci sont encore considéré-es comme une charge et non pas comme un investissement... Qui peut croire que les hôpitaux, les Écoles, les services de Justice, de l’agriculture... et les collectivités territoriales peuvent jouer tout leur rôle sans  des fonctionnaires en nombre suffisant pour cela ?"

Lisez l'article...    

 

Rentrée gréviste pour l'enseignement agricole

"Faute de réponses satisfaisantes du Ministre de l’Agriculture avant l’été, 17 régions sur 18 ont répondu favorablement à l’appel de l’Intersyndicale : FSU-CGT-SUD en déposant un préavis de grève pour la période de la rentrée du 3 au 14 septembre 2018 dans la continuité des actions engagées durant la période des examens en juin et juillet derniers", annonce le Snetap Fsu. Des préavis de grève ont été déposés en Ile de France, Centre, Bretagne, Auvergne Rhône Alpes, Hauts de France, Normandie, Aquitaine, Occitanie, PACA, Pays de la Loire, Bourgogne et 4 régions d'outre mer.

Lisez l'article...    

 

 

Philippe Meirieu : L'heure de La Riposte

"Comment accepter la suffisance et le mépris de ceux qui , face aux difficultés éducatives d'aujourd'hui, tout en n'ayant que le mot "confiance" à la bouche, ne proposent comme grille de lecture que la désignation de boucs émissaires - le pédagogisme et l'égalitarisme - et le recours à des remèdes miracles - les neurosciences et le numérique." Philippe Meirieu lance  "La Riposte", un nouvel ouvrage qui sort aujourd'hui. Face aux bonnes vieilles méthodes qui trient les élèves, aux écoles alternatives qui exploitent les parents et aux usages abusifs des neurosciences il appelle à "en finir avec les miroirs aux alouettes" et à relever les vrais défis éducatifs. La pédagogie est de retour. Le Café pédagogique vous offre cet ouvrage pour toute adhésion à notre association de soutien.

Lisez l'article...    

 

Aidez nous à continuer l'aventure du Café pédagogique

Aidez nous à continuer l'aventure du Café pédagogique avec vous ! Adhérez à notre association de soutien et recevez en cadeau l'ouvrage "La Riposte" de Philippe Meirieu.

Adhérez d'un clic

 

 

Métier enseignant

Enseignants : Des salaires en dessous des normes européennes

Qui gagne moins que les enseignants français ? Selon l'OCDE, en Europe, seulement les enseignants anglais, polonais et grecs. Les autres pays de l'Europe versent des salaires nettement plus importants à leurs enseignants, y compris par exemple au Portugal. Une situation qui a peut-être à voir avec la crise du recrutement ?

Lisez l'article...    

 

Lycée : "Calendrier intenable" pour les chefs d'établissement

"Les informations relatives à la mise en place de la réforme du bac 2021 ne sont pas de nature à rassurer les chefs d’établissement... qui vont devoir composer en 2018-2019 avec un calendrier intenable", estime ID Fo, un syndicat de chefs d'établissement. "La carte académique des enseignements de spécialité de Première ne sera connue qu’en janvier 2019, le conseil de classe devant prononcer un avis sur les intentions de voeux des élèves dès le 2ème trimestre. Entretemps, chaque lycée aura à construire les combinaisons possibles des enseignements de spécialité, à en informer les familles, à en déduire la répartition de la DGH et ses incidences sur les postes". Le syndicat se demande "comment un seul professeur principal de Seconde pourra accompagner les élèves et leurs familles dans des choix qui vont ...impacter les voeux dans ParcourSup et l’orientation post-bac ?" ID Fo demande la nomination de deux professeurs principaux en seconde et la révision du calendrier.

Lisez l'article...    

 

Quand le salaire des enseignants augmentait plus vite que celui des autres fonctionnaires

C'est assez rare pour être souligné. Selon l'Insee, en 2016 le salaire des enseignants a augmenté quatre fois plus vite que celui des autres fonctionnaires. Une situation rarissime et qui s'explique par les mesures prises par la ministre de l'époque par exemple au bénéfice des professeurs des écoles et du dégel du point Fonction publique. Une situation qui pourrait faire rêver au moment où le salaire des enseignants est soumis au gel avec une inflation de 2.6% en juillet sur un an...

Lisez l'article...    

 

Professeurs et chefs d’établissement : une relation bonne, mais fragilisée

La relation entre les professeurs et leur hiérarchie de proximité constitue l’un des sujets les plus brûlants pour la politique éducative. La volonté du candidat Macron de développer l’autonomie des établissements du second degré la mettra inéluctablement à l’épreuve. Des données nouvelles nous permettent de confirmer nos analyses sur l’assentiment global des professeurs au rôle des chefs d’établissement (CE) (1), mais aussi de mentionner la dégradation de ce rapport.

Lisez l'article...    

 

Un rapport sénatorial alerte sur l'enseignement français à l'étranger

Le rapport des sénateurs Vincent Delahaye (centriste) et Rémi Féraud (socialiste) sur les établissements français à l'étranger a été publié le 29 août. Le « réseau » de l’enseignement français à l’étranger c'est 492 établissements, scolarisant près de 350 000 élèves dans 137 pays, confiés à l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger (AEFE). Le rapport souligne des difficultés financières structurelles mais aggravées par l'annulation à hauteur de 33 millions d’euros de la subvention de l'Etat en juillet 2017. Elle a entraîné des suppressions de postes d’enseignants pour les trois prochaines années, dont 180 enseignants dès la rentrée 2018. Dans leurs préconisations, les sénateurs invitent à geler la part du financement des familles à hauteur de 60% pour mettre en responsabilité l'Etat et le réseau. Il demande aussi la sanctuarisation de la subvention de l'Etat. Il préconise de poursuivre le mouvement de réduction des personnels détachés au profit des recrutés locaux. Le salut pourrait venir d'une mutualisation des fonds de roulement des établissements. Mais ça va être difficile...

Lisez l'article...    

 

 

Numérique

Bruno Devauchelle :  Blanquer : Une nouvelle industrialisation de l'enseignement, par le numérique ?

Le discours de JM Blanquer à Ludovia le 21 aout 2018 est révélateur d'une vision que l'on peut qualifier de néo-industrialisation de l'enseignement. Comment situer cette perspective dans l'histoire de l'éducation ? Comment le numérique peut-il "mécaniser" les pratiques du métier enseignant comme le présente le ministre ? Cette vision rationaliste, voire scientiste, de l'humain est-elle à la base du projet politique actuel ? Quelle vision de l'Ecole porte-elle ?

Lisez l'article...    

 

Bruno Devauchelle : Soirées d'antan...

"Désormais l’écrit se trouve dans une nouvelle posture sociale. La question n’est pas de celle de sa disparition mais plutôt celle de sa place dans le nouvel ordonnancement de communication. Car si l’écrit est en situation de mutation, le langage, oral le plus souvent, lui est au contraire très présent, oral jusque dans l’écrit parfois", explique Bruno Devauchelle sur son blog. Partant des "soirées diapo" d'antan, il réfléchit à l'évolution de la place de l'écrit et de l'image dans notre société. "A l’heure d’une rentrée scolaire dans un monde numérique, on peut se demander s’il ne faut pas revisiter les fameux fondamentaux du « lire-écrire » et les enrichir d’un travail complémentaire et dès la petite enfance, sur l’image, le son et leur place dans la communication humaine…."

Lisez l'article...    

 

Bruno Devauchelle : L'établissement scolaire et le numérique, quelle rentrée !

La rentrée du numérique en milieu scolaire est marquée par la centration sur l'établissement des décisions et des orientations à prendre. Si les programmes s'imposent à tous (cf. le code, les enseignements de seconde - dont les contenus ne sont pas encore disponibles), deux points de priorité vont devoir être travaillés dans les établissements : la place des téléphones portables et autres terminaux numériques mobiles connectés dans l'établissement, la prise en compte de la question des données et l'application de la loi de juin 2018. Si la règle autour des données s'impose, sa mise en œuvre suppose un travail d'analyse et de suivi au niveau de chaque établissement. Car il ne s'agit pas seulement des logiciels de gestion administrative et vie scolaire mais de l'ensemble des données collectées et utilisées dans l'établissement. Pour ce qui est des téléphones portables, le texte du Vademecum de mise en œuvre de la loi du 3 aout et mis en ligne le 28 aout indique que le conseil d'administration devra, si ce n'est déjà fait, préciser dans le règlement intérieur les choix effectués. On le voit les personnels de direction vont avoir de quoi faire, rien que pour le numérique.

Lisez l'article...    

 

 

 

Par fjarraud , le vendredi 31 août 2018.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces