Cnesco : Le putsch de Blanquer 

Dans Le Nouvel Obs, G Le Guellec dénonce "le putsch de Blanquer" qui se soustrait à l'évaluation indépendante de son action au ministère en supprimant le Cnesco.

 

" Le message envoyé est quand même curieux. Alors qu’en cette rentrée scolaire Jean-Michel Blanquer s’attelle à mettre en place des évaluations tous azimuts – des élèves, des profs, des établissements – et qu’il assume hardiment cette politique au nom de la "vérité" due aux usagers et aux citoyens, notre ministre semble vouloir se soustraire à toute évaluation indépendante", écrit G Le Guellec. Il explique que la loi Blanquer prévoit la suppression du Cnesco , " une instance impartiale chargée d’évaluer les politiques scolaires en s’appuyant sur l’ensemble de la communauté scientifique – toutes les chapelles des sciences de l’éducation, souvent antagoniques, y avaient voix au chapitre. Et c’était une instance démocratique, confrontant les préconisations des chercheurs au regard des profs et des parents à travers l’exercice rafraîchissant, et inédit en France, de grandes conférences de consensus".  Enfermé dans ses certitudes,  appuyé par un conseil scientifique univoque, le ministre n'a plus besoin d'évaluation tant il est convaincu que son action est positive, explique le Nouvel Obs. Le ministre préfère se priver d'une évaluation indépendante au profit de ses choryphantes. " Est-ce le meilleur moyen de s’assurer des jours tranquilles ? Ce n’est pas certain".

 

Sur le site Nouvel Obs

Dans le Café

 

 

Par fjarraud , le lundi 15 octobre 2018.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces