L'actualité de l'éducation et les ressources pédagogiques de la semaine du 12 au 19 octobre 2018 

La loi Blanquer

La loi Blanquer en 20 articles

Baptisé "loi pour une école de la confiance", le projet de loi Blanquer est marqué par la défiance certaine, tant son caractère principal est que le ministre y avance masqué. Pour cette raison, présenté rapidement par le Café pédagogique le 9 octobre,  le projet mérite une analyse précise tant certains points pourront avoir des implications difficiles à déchiffrer. Car le projet permet d'avancer des cartes bien camouflées : l'annualisation des services d'enseignement, le remplacement des enseignants par des surveillants (AED), la création d'un nouveau type d'établissements, la réforme territoriale par ordonnance sans oublier le remplacement du Cnesco par une instance d'évaluation de l'Ecole totalement dans la main du ministre. Le projet de loi est présenté au CSE du 15 octobre.

Lisez l'article...    

 

Loi Blanquer : Le ministère confirme les craintes

Fourre tout législatif, le projet de loi Blanquer avance des dispositions très différentes et surtout obscures. Sur bien des points les objectifs poursuivis ne sont pas affichés. Or les échanges avec l'entourage du ministre confirment les craintes que l'on a exprimé. Oui les expérimentations ouvrent la porte à l'annualisation des service. Oui l'instruction obligatoire à 3 ans va se traduire par un transfert d'argent vers le privé. Oui l'évaluation des politiques éducatives sera faite par les proches du ministre. Oui les évaluations des écoles et des collèges seront publiées.

Lisez l'article...    

 

Le projet de loi Blanquer rejeté par le CSE

"Trois voix pour un projet de loi. C'est peu. Ils se sont rendus compte qu'ils y vont fort". Frédérique Rolet, secrétaire générale du Snes Fsu, résume assez bien la réunion du Conseil supérieur de l'Education (CSE) du 15 octobre. Le projet de loi Blanquer a fait consensus. Mais contre lui. A quelques semaines des élections, réunir ainsi les syndicats, il fallait le faire...

Lisez l'article...    

 

 

Cnesco

Yves Dutercq : Pourquoi le travail du Cnesco est intéressant

Alors que le ministre prépare un projet de loi qui supprime le Cnesco, des parlementaires, des chercheurs , des syndicats se sont manifestés pour demander le maintien de cet organe indépendant. Ancien directeur du  CREN et professeur à l’université de Nantes, Yves Dutercq a travaillé à plusieurs reprises avec le Cnesco. Il explique pourquoi le travail d'évaluation du Cnesco est irremplaçable. 

Lisez l'article...    

 

Soutien quasi unanime en faveur du Cnesco

Quatorze organisations, dont les principaux syndicats (Fsu, Unsa, cfdt), les parents de la Fcpe, l'Unl et les Cemea, écrivent au ministre pour obtenir le maintien du Cnesco menacé de suppression par le projet de loi Blanquer. " Pour les acteurs du système éducatif et de la société civile que nous représentons, il est important que l’évaluation « indépendante, scientifique et participative du système scolaire » que le Cnesco a réussi à mettre en place en quelques années, perdure. En effet, le Cnesco part des questions des usagers et des professionnels du système éducatif et travaille avec eux à construire des recommandations partagées à partir des évaluations réalisées par des chercheurs - y compris étrangers - et à les mettre à la disposition de tous. Les ressources évaluatives du Cnesco et ses recommandations sont importantes pour améliorer les pratiques éducatives sur le terrain et pour faire évoluer les politiques éducatives de façon constructive de façon constructive".

Lisez l'article...    

 

Une chaire pour le Cnesco

Impossible de rayer le Cnesco d'un trait de plume. Pris dans une polémique, le ministre tente uen sortie. Le 18 octobre sur France Inter il annonce que le Cnesco existera sous une autre forme : "nous allons créer une chaire académique indépendante pour aller encore plus loin". Sans doute veut-il dire pour éloigner le Cnesco d'une vraie évaluation de l'Ecole. Car cette transformation d'une instance ayant une mission légale et les moyens de l'exercer de façon indépendante en un vague centre d'étude universitaire retire au Cnesco sa mission officielle et ses moyens d'agir notamment pour avoir accès aux enquêtes ministérielles. Si l'Ecole a besoin d'une évaluation indépendante et non ministérielle, alors le Cnesco doit rester une institution. Cette transformation avait été annoncée par le Café le 16 octobre.

Lisez l'article...    

 

 

Blanquer

Blanquer reconduit avec un secrétaire d'Etat

Jean-Michel Blanquer est reconduit le 16 octobre ministre de l'éducation nationale. Son ministère englobe officiellement la jeunesse, sans changement réel de son territoire. Deux changements pour lui avec ce renouvellement gouvernemental. Contrairement à la campagne menée dans les médias par ses amis il n'a pas obtenu d'extension réelle de son domaine, par exemple vers le supérieur. Il remonte dans l'ordre protocolaire où il passe de la 11ème à la 9ème place, ce qui constitue une promotion modeste. Surtout il est encombré d'un secrétaire d'Etat, Gabriel Attal, qui est un fidèle du président et qui aura en charge la jeunesse et le SNU. G Attal, député LREM, célèbre par sa communication contre les grévistes de la SNCF ou étudiants, renforce le coté conservateur de ce ministère. C'est lui qui va gérer le SNU dont le coût pourrait atteindre 3 milliards à trouver dans le budget de JM Blanquer. Lors de l'accueil de G Attal rue de Grenelle, JM BLanquer a parlé "d'un grand progrès pour aller de l'avant". Il a même parlé de "nouvelle donne", reprenant une expression qui a porté des espoirs historiques.  On souhaite bonne chance à G Attal pour se faire une place auprès d'un ministre qui ne semble dialoguer avec pertsonne.

Lisez l'article...    

 

Laïcité : Un point ministériel

Alors que les médias exploitent une fiche de police, que sait-on de "la montée du communautarisme " dans l'école ? Pas grand chose en fait. Selon le ministre , qui s'est exprimé le 11 octobre, et son entourage, il y aurait eu d'avril à juin 2018 un millier de faits signalés par les établissements . 402 auraient été traités par l'administration de l'éducation nationale. Pour cela on compte 58 déplacements des référents laïcités dans des établissements. Ces données sont à mettre en parallèle avec les 12 millions d'élèves. Deux chiffres restent inconnus. Le ministère ne connait pas le nombre  de membres des équipes laïcité dans les académies. Et surtout il est incapable de dire faute de données si le communautarisme monte ou pas dans les écoles et établissements.

Lisez l'article...    

 

Trois nouveaux membres au CSP

Après les démissions en cascade et avec des fins de mandat, 4 membres du CSP ont été renouvelés. Le ministre en a nommé trois : Alain Cadix, président de l'AFDET ayant travaillé pour la Chambre de commerce de Paris,  Jean-Louis Mucchielli, ancien directeur de l'école de commerce Skéma, et Christine Szymankiewicz Igaenr.

Lisez l'article...    

 

Des syndicalistes suspendus dans le Loir et Cher

Deux responsables académiques du Snetaa Fo et de la Cgt sont suspendus par la rectrice d'Orléans Tours Katia Béguin. Tous deux travaillent dans le même lycée professionnel, Denis Papin à Romorantin, et font l'objet d'une procédure lancée par leur chef d'établissement. Selon le secrétaire général de la Cgt Education, Patrick Désiré, c'est une première. D'autant qu'on leur reproche l'exercice de leur mandat. Le chef d'établissement leur reproche de l'obstruction au conseil d'administration et d'être responsables d'un mauvais esprit dans le lycée. 35 professeurs de leur lycée sur 50 ont signé une pétition en faveur des deux délégués. Et on ne comprend pas, à la Cgt éducation, où veut en venir la rectrice."Ils n'ont pas insulté le chef d'établissement, pas frappé un élève ou un collègue, il n'ya  pas d'affaire de moeurs. Le rectorat règle un conflit du travail par un conseil de discipline", nous a dit P Désiré.

Lisez l'article...    

 

 

Evaluations

Que faire des résultats des évaluations Blanquer ?

Dans 20 Minutes, le ministre de l'éducation nationale dévoile les résultats des évaluation de Cp et Ce1.  Selon le ministre les résultats sont mauvais avec 30% d'élèves qui lisent mal en Ce1 et 49% qui ont des difficultés en calcul. "Avec ces tests nationaux, l’évaluation est scientifique et complète", affirme JM Blanquer. Or rien n'est moins sur quand on sait comment les tests ont été passés.  Pour autant les évaluations réellement scientifiques ont déjà montré que les résultats des élèves français ne sont pas bons. Elles pointent d'autres difficultés que celles qu'indique le ministre. Alors à quoi servent les tests Blanquer ?

Lisez l'article...    

 

Rémi Brissiaud : Evaluations de CP-CE1 et dérives actuelles

Parmi toutes les épreuves de mathématiques, on s’attachera à analyser celle qui a stupéfié la plupart des professeurs des écoles : elle est décrite comme permettant de tester l’usage d’un nombre comme moyen de repérer une position. Pour la quasi totalité des professeurs, il était inimaginable que l’on puisse proposer une telle tâche à l’entrée au CP. Alors d’où vient cette idée ? Nous verrons qu’elle est issue des travaux de Stanislas Dehaene (SD), un chercheur en psychologie cognitive dont les thèses, dans ce domaine, sont extrêmement controversées. Le ministre vante le caractère scientifique de ces évaluations alors que c’est un point de vue opposé à celui SD qui, aujourd’hui, tend à devenir prépondérant. L’enjeu n’est pas mince : suivre SD sur cette question, ce serait revenir aux pratiques pédagogiques responsables de l’effondrement du calcul en France.

Lisez l'article...    

 

Evaluations : Roland Goigoux démonte les évaluations Blanquer

"Non, les résultats aux évaluations ne montrent pas que "  23 % des élèves en début de CP ont des difficultés à reconnaître les lettres et le son qu'elles produisent ", nous écrit Roland Goigoux. "Ils montrent seulement que 23 % des élèves échouent à un exercice (n°1, séance 1) très contestable. Cet exercice inventé pour la circonstance ne correspond ni à la tradition scolaire des évaluations, ni aux tests psychologiques standardisés qui se passent tous en tête-à-tête à cet âge-là... Dans ce test, les enfants devaient entourer parmi cinq lettres écrites celle qui correspondait au son qu'ils entendaient au début d'un mot monosyllabique que le maitre leur donnait. Par exemple " feuille " ou " bulle ". Autrement dit, il fallait d'abord qu'ils soient capables de discriminer un phonème (un son élémentaire du langage) en position initiale dans une syllabe de structure CVC (Consonne-voyelle-consonne), ce qui représente une habileté phonologique complexe, généralement hors de portée des enfants à qui on n'a pas encore appris à déchiffrer et qui, par ailleurs, n'est pas au programme de l'école maternelle. Ensuite, les enfants devaient sélectionner l'écriture correspondant au son qu'ils venaient de discriminer. Bref il était normal et prévisible qu'ils échouent. Cela n'est en rien l'indice d'un échec de l'école".

Lisez l'article...    

 

Evaluations, mode d'emploi

Que faire des évaluations Blanquer, demandait le Café le 15 octobre après leur publication surprise dans la presse le 14. Si les enseignants et le grand public sont invités à prendre avec des pincettes des évaluations réalisées sans que leur protocole ait été respecté, le ministre ne manque pas de s'appuyer sur elles pour démontrer la validité de ses actions. Une pratique qui n'est pas nouvelle. Revenons aux années 2010 et 2011...

Lisez l'article...    

 

 

Education prioritaire

Education prioritaire : La Cour des comptes pour un autre mode d'affectation des moyens

"Un consensus se dégage en faveur du maintien d'une politique d'éducation prioritaire ambitieuse, visant à accorder un traitement différencié aux écoles et établissements qui concentrent les difficultés". Dans un nouveau rapport, la Cour des comptes ne remet pas en cause la nécessité d'une politique d'éducation prioritaire. Mais elle en bouleverse les règles. La Cour met fin à la labellisation en proposant un nouveau mode de distribution des moyens qui seront plus concentrés. Elle souhaite davantage d'autonomie pour les chefs d'établissement des réseaux qui deviendraient des écoles du socle, regroupant sous l'autorité du principal écoles et collège. Celui ci aurait une large autonomie dans l'usage des moyens et pourrait recruter sur profil ses enseignants. Le rapport vient finalement en appui à la politique impulsée par JM Blanquer à travers la mission Mathiot - Azema.

Lisez l'article...    

 

Marc Bablet : Le rapport ne remet pas en question l'éducation prioritaire

"Quand parait un rapport sur les questions éducatives, deux questions se posent : que dit-il vraiment et quel sens lui donne la pensée médiatique dominante ?" Ancien responsable de l'éducation prioritaire au ministère de l'éducation nationale, Marc Bablet réagit à la publication du rapport de la Cour des comptes.  Il met en évidence ses aspects positifs.

Lisez l'article...    

 

Marc Douaire (OZP) : "Ce rapport permet à l'Education Prioritaire de continuer"

Pour le président de l'OZP, une association d'acteurs de l'Education prioritaire, le rapport de la Cour des comptes ne remet pas en cause la labellisation existante. Il le juge globalement positif.

Lisez l'article...    

 

Education prioritaire : L'OZP reçue par la mission Mathiot Azema

L'association OZP, qui réunit des acteurs de l'éducation prioritaire, a été reçue le 15 octobre par la mission Azema Mathiot, en charge d'un rapport sur la réforme de l'éducation prioritaire. " Marc Douaire a renouvelé la demande d’une évaluation de la politique d’éducation prioritaire pour la période 2014-2019 et a insisté sur la nécessité de traiter à part ce dispositif sans l’amalgamer avec les problèmes réels de la ruralité ou des DOM qui relèvent d’une autre problématique", affirme l'OZP. "Dans le même souci de préserver sa spécificité au dispositif, l’OZP s’est toujours opposé à un élargissement de la carte aux lycées ou à tous les établissements accueillant un public populaire. Par ailleurs, l’OZP défend, mais comme complément au dispositif, l’idée d’une allocation progressive des moyens selon des critères sociaux bien définis". La lettre de mission  données à A Azema et P Mathiot prévoit la fin de l'opposition entre être dans un réseau et ne pas y être. "L’OZP a insisté également sur la priorité à accorder à la formation des enseignants dans la continuité de l’action actuelle du Centre Alain Savary, sur le rôle des fonctions intermédiaires (coordonnateurs, référents, formateurs EP), sur l’émergence ces années-ci de collectifs professionnels dans des réseaux, sur le rôle indispensable du référentiel comme outil de pilotage à tous les niveaux..."

Lisez l'article...    

 

 

Lycée

 

Lycée : Le Snpden pose la question des emplois du temps

"Le nombre de combinaisons de spécialités choisies par les élèves sera de fait extrêmement important et connu tardivement. Même si les variations seront moindres en fin d’année, elles existeront néanmoins dans des volumes qui impacteront nécessairement les dotations des établissements, ceci à une période inhabituelle au regard des nécessités liées à la gestion des ressources humaines. De plus, du fait de la multiplication théorique des choix de combinaisons (7 enseignements de spécialité, c’est 35 combinaisons possibles en première, pour 9 c’est 84 combinaisons possibles), les premières simulations que nous avons pu conduire montrent un accroissement considérable des plages horaires à aligner dans les emplois du temps de première (de 30 à 55%) et de terminale (de 50 à 60%)", écrit Philippe Vincent, secrétaire général du Snpden au ministre. "Il nous apparaît donc indispensable qu’à ce stade soit menée une étude d’impact de manière à permettre de recenser les difficultés techniques de mise en oeuvre afin d’y pallier dès à présent. Ainsi il est souhaitable qu’un groupe d’experts (proviseurs, proviseurs adjoints) puisse, à partir de données réelles d’établissements (divisions, séries, DHG, dotation en professeurs, répartition des services, voeux exprimés par ces derniers, locaux, …), construire des emplois du temps sur la base des nouvelles spécialités et modalités d’organisation en seconde, première et terminale".

Lisez l'article...    

 

Enseignement professionnel : L'intersyndicale annonce une semaine d'actions

" L’intersyndicale CGT Éduc’action - SNUEP FSU – SNEP FSU – SNALC - SUD Éducation - SNCL -SSIES FAEN - CNT "se félicite du succès des mobilisations du 27 septembre et du 9 octobre. Le succès de ces deux premières journées de mobilisation montre le profond rejet de la réforme par les PLP". Elle estime les avancées ministérielles obtenues au CSE du 10 octobre insuffisantes et annonce des actions. " L’intersyndicale s’engage à poser dans le courant de la semaine prochaine un calendrier d’actions pour obtenir le retrait de cette réforme. La mobilisation pour la défense de la voie professionnelle doit se mener dans le cadre unitaire le plus large possible".

Lisez l'article...    

 

 

Métier enseignant

Des profs formés par Amazon

Dix à 20 enseignants (éco gestion, maths et STI) sont attendus chez Amazon pour un stage sur le cloud de cette entreprise. C'est un des stages courts proposés dans le cadre du Cerpep. Le Cerpep propose des stages de 1 à 5 jours permettant de découvrir l'entreprise, notamment "en accompagnement de management pour les postes des personnels d'encadrement". Plus de 3500 stages sont proposés par le ministère dans ce cadre. Ainsi on peut faire un stage de maths financières à l'IEFP, du management humaniste auprès d'Ausspar ou encore "devenir intrapreneur " de son établissement grâce aux 100 000 entrepreneurs.

Lisez l'article...    

 

Agressions, insultes, que faire ?

"Après plusieurs mois d’insultes (ex : « je vais te casser ta sale petite gueule de pute » « je vais te tuer » …..) et de coups, (entre autre une épaule fracturée en mars 2017, un tympan abîmé en décembre 2017+ multiples morsures et hématomes), le silence assourdissant, malgré mes appels, du médecin EN...j’ai demandé la protection juridique. Le recteur a refusé". "J’ai été agressé verbalement avec menace de mort au mois de février. Suite à cette agression, j’ai eu deux arrêt maladie et le médecin avait bien stipulé sur les feuilles d’arrêt qu’ils étaient dus à l’agression. Quelle ne fut pas ma surprise de me voir retirer sur la paie du mois de juillet deux jours de carence. Est-ce normal ?" "Après l’intrusion d’une mère d’élève dans ma classe, et que le climat devient de plus en hostile, il m’est devenu impossible de travailler sereinement (manque de respect des élèves , des parents qui écrivent des mots intimidants dans le carnet de liaison et critiquent ma façon d’enseigner) Je me sens menacée, suis-je en droit de demander l’engagement de la protection du fonctionnaire ?"  Vous avez été nombreux à porter vos questions devant l'Autonome de solidarité lors du tchat du 18 octobre. Découvrez les réponses de l'ASL.

Lisez l'article...    

 

Indemnité des enseignants à l'étranger

Le J.O. du 14 octobre a publié la grille des indemnités spécifiques aux enseignants des établissements français à l'étranger. Elle prend effet au 1er octobre.

Lisez l'article...    

 

Une circulaire redéfinit la mission du prof principal

"En lycée, en classe de seconde, le professeur principal exploite, avec l'équipe pédagogique, les résultats obtenus aux tests de positionnement et repère ainsi avec ses collègues, pour chaque élève, les besoins les plus urgents. Au sein de sa classe et en lien avec l'équipe de direction, le professeur principal suit la composition des groupes d'accompagnement personnalisé et leur évolution en cours d'année scolaire. En lycée général et technologique, sous l'autorité du chef d'établissement, le professeur principal doit, sur la base des résultats obtenus et en lien avec le psychologue de l'éducation nationale et l'équipe pédagogique, guider l'élève dans son choix de spécialités ou de série, et aussi, le cas échéant, dans celui des options proposées en première". Une nouvelle circulaire sur le role du professeur principal étend ses responsabilités à l'exploitation des évaluations nationales et en matière d'orientation. "Dès la classe de troisième, le professeur principal conduit des entretiens personnalisés d'orientation... Au lycée, dans le cadre de la réforme du baccalauréat général et technologique et de la transformation de la voie professionnelle, le rôle du professeur principal dans l'accompagnement au choix de l'orientation est renforcé. Le professeur principal contribue avec les psychologues de l'éducation nationale à donner aux élèves une information sur l'enseignement supérieur, notamment sur les attendus des formations et sur le monde professionnel, en lien avec les actions organisées par les régions."

Lisez l'article...    

 

Salaires enseignants : Une Note ministérielle à compléter...

"En 2016, un enseignant du ministère de l’Éducation nationale perçoit en moyenne 2 380 euros nets par mois. Néanmoins, des différences de salaire existent selon le statut et le corps, allant du simple au double. Ainsi, les professeurs agrégés et de chaire supérieure gagnent 0,6 fois plus que les professeurs des écoles et 1,2 fois plus que les professeurs contractuels... En 2016, dans un contexte de dégel du point d’indice (+ 0,6 % au 1er juillet) et d’une légère reprise de l’inflation (+ 0,2 %), les enseignants qui étaient rémunérés par le ministère de l’Éducation nationale l’année précédente ont connu, en moyenne, une évolution individuelle de leur salaire net d’environ 3,1 %."  Dans uen nouvelle Note d'information, le ministère rend cet hommage involontaire au gouvernement précédent et à une ministre qui savait défendre son budget. Alors ajoutons ce que la Note ne dit pas.

Lisez l'article...    

 

Mini consultation sur les programmes

" Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, lance jeudi 18 octobre une consultation des professeurs des écoles et des professeurs de collège sur les repères annuels de progression". Le ministre avait annoncé la fin des cycles le 14 octobre. "Il ne faut pas que le cycle produise l’effet pervers de reporter  l’acquisition des compétences à l’année d’après...Certaines  compétences doivent donc être acquises année après année et être  évaluées ensuite", confiait-il à 20 Minutes alors que la loi impose les cycles. JM Blanquer contourne l'obstacle que pourrait être un débat parlementaire et  revient à l'Ecole d'antan sans avoir l'air d'y toucher. La "consultation" lancée est cadrée par 4 questions seulement. Un ersatz de consultation. A noter qu'elle est menée par la Dgesco et non le Conseil supérieur des programmes, déjà sur la touche.

Lisez l'article...    

 

 

Numérique

Bruno Devauchelle : Numérique : Quand un rapport chasse l'autre...

Après une première présentation faite hier dans le Café Pédagogique, nous revenons dans ce texte sur l'analyse de quelques points de ce rapport qui, en lien avec celui du sénat, mettent en lumière les interrogations actuelles du monde politique à l'égard du numérique. L'impression générale qui émane de ces propos est celle d'une insaisissable question : comment piloter l'école alors qu'une mutation culturelle majeure est en train de se produire (et c'est loin d'être terminé, bien sûr) ? L'école est-elle encore le lieu de la construction culturelle émancipatrice du citoyen ou doit-elle être celle de la mise en place d'une sorte de "sur-moi" numérique dans la tête de chacun de nos enfants ? Pour le dire autrement, comment contrôler cette évolution culturelle ?

Lisez l'article...    

 

Bruno Devauchelle : L'hybridation pour la réforme du lycée ?

La réforme du lycée va augmenter la demande d'adaptation des établissements aux demandes des élèves et des familles. Cette adaptation concerne d'abord la possibilité d'offrir le maximum de possibilités pour les élèves et leurs familles. Deux hypothèses sont envisageables : fermer les petits établissements et regrouper dans des grands lycées, concevoir un dispositif qui permettra d'offrir le plus grand nombre de possibilités dans tous les établissements quelle que soit leur taille et les qualités des enseignants. Les moyens numériques à disposition des lycées devraient permettre de trouver des solutions intéressantes pour éviter la première hypothèse.

Lisez l'article...    

 

Bruno Devauchelle : RNRE : Quand les robots vivent à l'école

Avec la multiplication des objets connectés (montres, enceintes, lampes, voitures, jouets, etc.…) et avec la mise en place d'algorithmes sophistiqués basés sur les travaux dits d'intelligence artificielle, on voit apparaître dans notre environnement quotidien des objets matériels et logiciels avec lesquels nous sommes mis en relation et qui nous semblent réagir comme de véritables humains. Alan Turing n'a qu'à bien se tenir.... quoique. Ce qui impressionne, depuis bientôt quarante années que les ordinateurs et l'informatique sont entrés dans nos quotidiens, c'est que nous sommes face à des dispositifs techniques avec lesquels nous interagissons mais dont, la plupart du temps, nous ignorons le fonctionnement de base. Or ces interactions tendent souvent à donner un sentiment d'humanité aux objets concernés. Il existe aussi d'autres objets connectés qui eux n'interagissent pas directement avec les humains, mais avec d'autres objets qui eux vont parfois se charger d'exploiter les données échangées dans ces connexions et parfois les rendre accessibles à l'humain. Dès leur plus jeune âge, les enfants sont confrontés à ces objets techniques, parfois sous la forme de jouets, mais aussi sous la forme d'objets utilisés par les adultes et avec lesquels ils vont devoir "composer". Un objet connecté est un objet qui échange des informations avec d'autres, objets ou humains. Il fait partie des "actants" pour reprendre l'expression de la sociologie de la traduction, ou encore sociologie de l'acteur réseau. Pour cette théorie (Latour, Callon, Akrich), cet objet n'est pas neutre, mais participe du contexte, de son évolution et qui influe aussi sur les utilisateurs.

Lisez l'article...    

 

 

Les  35  ressources pédagogiques de la semaine

Pédagogie

Gabrielle, enseignante en ULIS : Le plus beau métier du monde

« J’ai toujours voulu être enseignante. Lorsque j’étais petite, je demandais à mes petites sœurs d’être mes élèves durant les grandes vacances, et je préparais déjà des séances du haut de mes 12 ans ! » Gabrielle Kouassi a 23 ans. Oui, 23 ans ! Lauréate du concours de professeur des écoles en 2017, elle est titulaire cette année dans l’académie de Versailles. Son année de formation, elle la passe dans une école élémentaire de Saint-Prix, dans le Val d’Oise. C’est l’occasion pour elle d’expérimenter.  Alors, durant cette année de stage, elle a tâtonné et tenté de mettre en œuvre des méthodes qui lui semblent incontournables pour aider au mieux les élèves, tels que le travail en atelier, la différenciation au plus près du niveau de chacun ou encore le flexible seating.  « Je suis persuadée que ce n’est pas en restant assis sur une chaise de 8h30 à 16h30, en ne faisant qu’exécuter des tâches que l’on apprend efficacement.  Il faut déconstruire cette idée ancrée depuis toujours et réfléchir à comment apprendre efficacement en prenant en compte les besoins physiologiques des enfants. Un enfant a besoin de bouger, d’être motivé pour entrer dans les apprentissages, d’avoir un environnement adapté pour qu’il puisse s’épanouir. La classe est un endroit où il passe une grande partie de l’année, à nous donc de l’adapter au plus près de ses besoins ».

Lisez l'article...    

 

L'Ecole défaite et refaite dans le Mensuel 183

Avez vous déjà vécu la réécriture des programmes de l'école élémentaire, du collège et du lycée en 2 mois ? De la rentrée à octobre 2018 c'est une transformation exceptionnelle de l'Ecole qui est impulsée par un ministre qui ne doute de rien. Le Café mensuel vous invite à la regarder de l'intérieur de la classe et des disciplines comme de l'intérieur du ministère. Du budget aux nouveaux programmes, de la maternelle aux science économiques et sociales, les réformes bouleversent l'Ecole.

Lisez l'article...    

 

Eric Debarbieux : L'impasse de la punition à l'école

"Notre approche n'a rien d'idéologique. La question n'est pas d'être pour ou contre la punition, mais d'en montrer les difficultés et les insuffisances en ce qui concerne la question de la violence à l'école et du climat scolaire". Spécialiste de la violence à l'école, délégué ministériel à la lutte contre les violences scolaires sous deux présidents, Eric Debarbieux apporte dans son nouveau livre "L'impasse de la munition, Armand Colin) des données uniques (et surprenantes !) sur la réalité des punitions dans l'école française. A contre courant des dénonciations du laxisme qui sévirait à l'école, il en montre l'importance. Il établit aussi leurs retombées négatives sur la vie quotidienne dans les écoles. Il en tire la conclusion : il y a d'autres façons de gérer les relations dans les écoles dont certaines ont déjà été évaluées et expérimentées à grande échelle. La seconde partie de son ouvrage propose des contributions pour d'autres façons de gérer la vie quotidienne de l'école, de Freinet aux pratiques de justice restaurative.

Lisez l'article...    

 

 

L'HEBDO PRIMAIRE

La légende des "30 millions de mots"

Beau démontage, mené en règle par Marc Bablet sur une formule habituelle du ministre. " On sait par exemple, qu’un enfant de 4 ans issu d’une famille défavorisée a entendu 30 millions de mots en moins qu’un enfant issu d’une famille aisée. C’est à l’école d’apporter à cet enfant ce que sa famille n’a pas pu lui donner. On ne doit laisser aucun élève de côté". Or Marc Bablet piste cette formule et en retrouve l'origine : Terra Nova, l'Institut Montaigne et une étude américaine vieille de plus de 20 ans et portant sur 42 familles seulement (combien de défavorisées ?). Surtout, " le ministre déclare ici que c’est à l’école de remédier au manque de lexique des enfants de milieu défavorisé mais il ne fait rien pour soutenir les perspectives de prévention proposées par la refondation avec l’accueil des moins de trois ans à l’école maternelle". E toile de fond les programmes porté spar le ministère : Parler bambin, Agir pour l'Ecole et remplacement de la maternelle par des crèches payantes.

Lisez l'article...    

 

La Classe Plaisir : Eloge du mélange des âges

Le récit que je fais ici d'un moment jubilatoire, vécu tout récemment, vient d'une conviction : il faudrait qu'un jour on casse ce fonctionnement de l'école en groupes fermés d'élèves ayant le même âge, vivant les mêmes histoires scolaires et empêchés de partager leurs différences intérieures, venant des mêmes environnements trop souvent ghettoïsés,  et qu'on le remplace par un apprentissage fondé sur  l'échange des différences.

Lisez l'article...    

 

Plus que quelques jours pour participer au concours "L'animal dans tous ses états"

L'animal inconnu, l'animal familier, l'animal humanisé : ces trois axes sont proposés aux professeurs des écoles dans le cadre d'une nouvelle édition du concours organisé par le Snuipp Fsu, la BNF, la ligue de l'enseignement, le Café pédagogique et de nombreux éditeurs de littérature de jeunesse. Les classes peuvent dorénavant s'inscrire. Le plus beau projet pédagogique gagnera un séjour en classe de découverte , transport compris. Les autres des tablettes, des livres...

Lisez l'article...    

 

Lecture : Passer du laboratoire à la classe....

"Les expérimentations grandeur nature posent de réelles questions théoriques et pratiques concernant le transfert et la généralisation des résultats obtenus avec de petits groupes sur quelques dizaines d'enfants à des grands groupes sur des centaines d'enfants", écrit Edouard Gentaz dans La Recherche. Racontant l'échec d'un programme d'apprentissage de la lecture en classe de CP, il en tire des conclusions qu'ont peut-être oublié  les concepteurs des évaluations Blanquer. "Cette recherche illustre parfaitement le débat ancien sur l'utilisation des résultats de la recherche : comme le soulignait le psychologue William James il y a plus d'un siècle, les descriptions psychologiques ne peuvent se transposer directement en prescriptions éducatives spécifiques. Car on ne peut déduire de résultats de recherche, spécifiques à une situation, des procédures détaillées, applicables à toutes les situations et pour tous les publics, même s'il existe une perméabilité entre pédagogie et science, souvent plus importante qu'on ne le pense. C'est ce que signale cette étude, qui montre que, si les résultats sur l'apprentissage de la lecture issus des sciences cognitives sont solides et si les principes pédagogiques qui en découlent sont désormais bien connus, leur mise en application dans les classes demande encore un effort considérable de recherches interventionnelles".

Lisez l'article...    

 

Une boite à savoirs en maternelle

" Une boîte à savoirs, en école maternelle, se définit comme un dispositif pédagogique favorisant la relation école/famille avec l’enfant comme acteur intermédiaire. Elle contient des jeux, des objets, des photographies, des schémas, des livres, etc. Tous les supports qui peuvent éclairer le savoir étudié. Enfin, il y a toujours la liste du contenu qui est présente et sa notice d’utilisation. Ces coffres à savoirs sont élaborés en classe. C’est bien l’enfant qui est au coeur du dispositif en tant qu’initiateur du contenu de la boîte lors de sa construction et en position d’expert quand il en présente ensuite le contenu à sa famille". Porposée par le groupe départemental de Haute Marne, la boite à savoirs permet d'établir une relation de confiance réciproque avec toutes les familles et de rendre compréhensibles et lisibles les apprentissages qui sont menés en maternelle. "Construire un lien intellectuel avec l’école oblige précisément l’enseignant à s’engager sur deux voies indispensables. L’une se centrant sur la construction du sens que pourraient donner les élèves dans les situations d’apprentissage, et sur la place donnée à l’élève pour se construire comme sujet dans le groupe classe. L’autre donnant à voir en explicitant aux parents les démarches employées et les acquisitions dans les différents apprentissages", explique le groupe.

Lisez l'article...    

 

Passer les consignes en maternelle

"Pour accéder à la consigne transmise au sein d’un regroupement collectif, l’enfant doit être capable de se mobiliser sur commande pour écouter l’enseignant quand il le demande; comprendre le sens du langage scolaire très exotique pour beaucoup; maîtriser la communication collective pour suivre l’adulte qui parle au loin, à tous, du travail, de certains;  être capable de concentration pour intégrer la suite de consignes sans se perdre ou déranger. Pas exactement les caractéristiques d’un enfant de 3, 4 ans", écrit C Lemoine sur son blog. Alors comment faire pour passer les consignes ? Elle propose une ouverture progressive des ateliers.

Lisez l'article...    

 

82% des écoliers sur 4 jours

Répondant à une question de la sénatrice F Cartron, le ministre de l'éducation nationale précise la répartition des élèves selon les nouvelles formules légales autorisées par eministère depuis l'arrivée de JM BLanquer. Fin juillet 2018, "la semaine scolaire du cadre général devrait concerner environ 16 % des organisations du temps scolaire (OTS) des écoles publiques... Cela correspond environ à 18 % des effectifs, de l'ordre de 744 000 élèves", indique le ministre. S'agissant des OTS dérogatoires, selon les données disponibles à la date du 23 juillet 2018, l'on distingue : celles qui comportent neuf demi-journées (dérogations aux maxima horaires et / ou enseignement le samedi matin) : 3 % des OTS et 3,7 % des effectifs, soit environ 210 000 élèves ; celles qui comptent huit demi-journées, dont cinq matinées (avec regroupement des activités périscolaires sur un après-midi) : 1,4 % des OTS et 1,6 % des effectifs, soit environ 90 000 élèves ; celles qui comprennent huit demi-journées sur quatre jours : environ 84 % des OTS et 82 % des effectifs, soit environ 4,7 millions d'élèves.

Lisez l'article...    

 

Primaire : Les dédoublements financés par les autres classes

Principale mesure sociale de ce gouvernement, les dédoublements de classes en CP de Rep et une partie des Ce1 de Rep+ à cette rentrée sont assurés par des créations de postes affirme le ministre. Or ce n'est pas l'avis du Snuipp Fsu qui publie des chiffres précis remontant des analyses départementales.

Lisez l'article...    

 

 

L'HEBDO LETTRES

Françoise Cahen : Il faut sauver l’écrit d’appropriation

Il faut sauver Boule de suif ! Telle est la mission lancée par Françoise Cahen à ses 2ndes du lycée Maximilien Perret d’Alfortville. Les élèves se sont immiscé.es dans une fameuse nouvelle de Maupassant pour proposer des dénouements alternatifs, rétablir un peu de justice, publier un livre numérique enrichi de leurs variations et de musiques. Il faut sauver ce qu’il y a à sauver dans les futurs programmes de français au lycée ? Le travail mené éclaire une belle modalité de « l’écrit d’appropriation » que le projet préconise de faire pratiquer en classe « le plus régulièrement possible » pour « faciliter la compréhension approfondie » des œuvres : il viendra nourrir le « carnet personnel de lectures et de formation culturelle » qui sera le support de l’entretien à l’oral du bac de français. Et si, pour s’alléger de la « pesanteur prescriptive » de ces instructions, on y pratiquait à notre tour « l’écriture interventionniste » ?...

Lisez l'article...    

 

Travailler activement sur l’histoire littéraire

Professeur de lettres au lycée Bellevue au Mans, Yoan Fontaine,  a conduit ses secondes à réaliser des expositions numériques autour du romantisme. En groupes, les élèves mènent des recherches sur des thèmes comme l’exaltation de la nature, les paysages intérieurs, la révolution, l’orient, le mal du siècle, le sentiment de fuite du temps, la recherche de l’absolu… Ils rassemblent sur le thème choisi des extraits d’œuvres littéraires, picturales et musicales. L'exposition, présentée sur un mur Padlet, est enrichie de commentaires, hyperliens, écritures créatives, images, présentations sonores, lectures… « La démarche favorise le travail de compétences multiples, dynamise les interactions entre élèves et les engage à tisser des liens plus intimes avec les œuvres. »

Lisez l'article...    

 

Fond vert en lettres : quand Antigone traverse les frontières

Au collège Eugène Noël à Montville en Seine-Maritime, Blandine Bihorel mène depuis 12 ans un échange avec une école grecque de Thessalonique. A chaque année, un projet particulier : le plus récent a porté sur la tragédie « Antigone ». Au programme de ce travail collaboratif par-delà les frontières : découverte du théâtre grec, récitation du chœur en grec ancien, étude du prologue et de la pièce. Il s’est agi aussi de faire vivre le texte par une représentation virtuelle : sélection de passages à jouer, distribution des rôles, tournage sur des lieux réels en Grèce, tournage en France devant écran vert avant incrustation du décor via une application pour tablettes.

Lisez l'article...    

 

2018-2019 : se faire Découvreurs de poésie

Fondé en 1997, le Prix des Découvreurs se donne pour objectif de faire découvrir et aimer la poésie contemporaine aux lycéen.nes et aux collégien.nes de 3ème. Le juré est constitué de plusieurs centaines d’élèves de l'ensemble des académies de France. Les classes y participent par l’intermédiaire d’un.e professeur.e acceptant de servir de relais avec l’équipe organisatrice. Les élèves ont décerné leur prix 2018 à Amandine Marembert. Pour mener en 2018-2019 cette belle aventure, littéraire et pédagogique, la sélection propose des recueils d’Alexandre Billon, Paul de Brancion, Lili Frikh, Laure Gauthier, Camille Loivier, Eric Poindron, Ali Thareb.

Lisez l'article...    

 

 

L'HEBDO SCIENCES

Geneviève Ponsonnet : Des flashcards pour mémoriser en sciences

Des fiches pour réviser ? Oui . Mais des questions imaginées par les élèves. A partir de questions créées de façon collaborative par ses lycéens, Geneviève Ponsonnet, enseignante de physique-chimie au lycée Blaise-Pascal à Orsay (91) met en place des séances de mémorisation pendant le cours. Les notions vues en classe ou des applications directes du cours sont intégrées sur des cartes papiers disponibles en séance. « En moins de 10 minutes, chaque élève balaie les 36 questions ». Pour l’enseignante, l’idée « est d’augmenter l’ancrage des notions ». Transposable dans d’autres disciplines, cette pratique est également possible en ligne. Décryptage des flashcards avec Geneviève Ponsonnet.

Lisez l'article...    

 

LaMap lance Billes de sciences

Les vidéastes Youtube pour former les profs ? C'est ce que propose avec le soutien du ministère, La main à la pâte qui lance "Billes de sciences", une chaîne Youtube. "A l’occasion de la Fête de la science, la Fondation La main à la pâte a lancé la chaîne YouTube « Billes de Sciences », dédiée aux professeurs de l’école primaire et de collège. Cette nouvelle chaîne est animée par des vidéastes scientifiques qui présentent, dans un format court et accessible, des expériences originales et stimulantes à faire en classe, suivies d’un éclairage scientifique", écrit La Map. "Une grande diversité de thèmes sera traitée, de la physique à la biologie en passant par la chimie ou les mathématiques, en lien direct avec le programme de science de l’école primaire et du collège", annonce La Main à la pâte. Ce programme est soutenu par le ministère.

Lisez l'article...    

 

Des ballons pour la science

Dans le cadre des Rencontres du Ciel et de l'Espace et du partenariat établi avec Universcience, le CNES animera, les 2, 3 et 4 novembre 2018, à la Cité des sciences et de l’industrie, à Paris, le dispositif Un ingénieur, un projet  sur le thème des ballons stratosphériques : une activité qui offre une approche unique d’études, en recherche fondamentale et appliquée. Une exposition de ballons en taille réelle et des stands présenteront, au public, l’étendue de cette thématique. Le public pourra rencontrer des ingénieurs du CNES et des chercheurs du CNRS et mieux comprendre la complémentarité entre recherche et ingénierie. Des présentations seront également proposées par des chercheurs en météorologie, étude atmosphérique, astrophysique et astronomie. Des ateliers « gonflage  de ballons » et une immersion en réalité virtuelle à bord d’un ballon stratosphérique sensibiliseront les plus jeunes.

Lisez l'article...    

 

Maths : Le concours VidéoDiMath

Faire découvrir la démarche scientifique au plus grand nombre, c'est ce que souhaite l'équipe d'Audimath qui lance un nouveau concours VideoDiMath. Le concours s'adresse à des classes de niveau collège ou lycée. Plusieurs projets peuvent être soumis par une classe. " Les vidéos d’une durée maximum de 3 minutes (pas de durée minimale) permettront aux élèves de se poser une question de mathématiques et l’exposer avec dynamisme pour montrer que les mathématiques sont autour de nous, actuelles et plaisantes", expliquent les organisateurs "Ce concours peut aborder des problèmes mathématiques (géométrie, calcul, infini, probabilités...) mais également tous les domaines en interaction avec les mathématiques (mathématiques et histoire, mathématiques et santé, mathématiques et biologie, mathématiques et physique, mathématiques et technologie, mathématiques et sport, mathématiques et société, mathématiques et musique, mathématiques et arts)".

Lisez l'article...    

 

Physique - chimie : L'Udppc juge positivement les futurs programmes du lycée

" Le GEPP semble avoir tenu compte du même constat que l’association sur différents points : la nécessité d’un retour à un lien fort entre les sciences physiques et les mathématiques..; la volonté de mettre l’accent sur deux aspects des sciences physiques : l’expérimental et la modélisation; un recul sur la trop forte contextualisation, masquant trop souvent les notions importantes; une volonté de restreindre les thèmes étudiés pour pouvoir y passer le temps nécessaire". Cependant, l'Udppc souligne la lourdeur des programmes de seconde " trop lourd pour un volume de trois heures hebdomadaires". Le site de l'Udppc présente les grandes lignes des programmes de 2de et 1ère.

Lisez l'article...    

 

Les élèves sont-ils devenus plus "verts" ?

Alors que les notions d'environnement durable, d'écologie sont entrées largement dans les programmes de géographie, de SVT et d'autres disciplines encore, les élèves sont-ils mieux informés sur ces problèmes ? Et quelles conclusions en tirent-ils ? L'enquête PISA , de l'OCDE, étudie la "verdure" des élèves âgés de 15 ans depuis une décennie (Pisa 2006). Ses travaux montrent que globalement les élèves sont mieux informés mais qu'ils n'en sont pas devenus plus optimistes pour autant. Surtout la question divise les élèves, certains étant à la fois optimistes et bien informés.

Lisez l'article...    

 

 

L'HEBDO SCIENCES HUMAINES

 

EMC : Le retour de l'instruction civique

S'il est un domaine où le retour en arrière est manifeste  avec les futurs programmes du lycée c'est bien l'éducation morale et civique. Alors que depuis plus de 20 ans on estime que l'acquisition des valeurs morales et citoyennes passe par le vécu, le débat et la mise en pratique, les nouveaux programmes ramènent l'EMC à un enseignement transmissif classique , exactement comme celui des autres cours. Les élèves feront des recherches documentaires et s'appuieront sur des documents patrimoniaux. L'enseignement transmissif de la morale revient. Avec Blanquer c'est le retour de l'instruction civique.

Lisez l'article...    

 

Frédéric More : "Plus ils étaient libres, plus ils étaient rigoureux"

Il y a mille et une façon de comprendre ce que l'on fait à l'Ecole. Frédéric More a choisi de faire prendre de la distance à ses lycéens. Invités à concevoir un questionnaire sur un sujet d'histoire pour des collégiens situés loin de leur établissement, ils ont interrogé ce que c'est qu'enseigner. Sous prétexte des kilomètres placés entre eux et les collégiens , élèves et professeurs se sont rencontrés de l'autre coté du bureau. Un vrai voyage initiatique.

Lisez l'article...    

 

Enseigner l'Europe avec le LIPE

Développée par le Laboratoire d'innovation pédagogique sur l'Europe (Université de Nantes), la plate forme LIPE propose des ressources pédagogiques innovantes  sur l'Europe : dossiers documentaires, Moocs, cartes animées, capsules vidéos, serious games. Un accès par niveau d'enseignement (de l'école au lycée) est proposé en lien avec les programmes. Le site propse aussi une entrée thématique.

Lisez l'article...    

 

Tribune : Thibaut Poirot : Programmes d’histoire-géo : Est-ce réellement « notre projet » ?

On s’étonnera toujours de cette grande leçon d’histoire dans la « révélation » des projets de programmes. Contrairement à ce que l’on enseigne, l’histoire des programmes d’histoire-géographie semble une nouvelle fois « bégayer » et se répéter. La scène de bataille est digne de César : chronologique contre thématique, histoire de la nation contre histoire décloisonnée, ira-t-on jusqu’à légion en marche contre Gaulois réfractaires ? Le terrain, à croire que tout cela est un ballet gracieux que nous aimons rejouer, avait été préparé par les propos volontiers « offensifs » de la présidente du CSP sur le retour d’une histoire nationale. On notera que la géographie est encore relativement épargnée par ces discussions, avec l’aller-retour constant entre la France et le monde. Ce qui n’est pas pourtant sans créer des problèmes pédagogiques, du moins cela nécessite des précautions pour éviter des confusions dans l’esprit des élèves. Mais le problème est-il vraiment là ?

Lisez l'article...    

 

Histoire : La brochure du CNRD

La brochure de la Fondation de la Shoah pour le Concours national de la résistance et de la déportation est attendue chaque année. Vous pouvez télécharger la nouvelle brochure dédiée aux "répressions et déportations". La brochure propose des mises au point historiques accessibles aux élèves et illustrées.

Lisez l'article...    

 

Géo : Le changement global

"Alors que la notion de développement durable a longtemps insisté sur deux échelles, globale et locale, l'étude du changement global peut permettre aux géographes de valoriser à la fois leur réflexion systémique et leur familiarité avec les échelles intermédiaires. L'ajout d'une dimension temporelle permet également une approche dépassionnée de la notion de dégradation environnementale, sans nier les conséquences écologiques des activités humaines." Le site Géoconfluences confie à Etienne Cossart un passionnant dossier sur le changement global en géographie.

Lisez l'article...    

 

SES : Double critique des futurs programmes

L'Afep (association française d'économie politique) et l'Ases (association des sociologues du supérieur) critiquent la dimension rétrograde des futurs programmes de SES.

Lisez l'article...    

 

Géo : Le concours Villes et territoires de demain

Lancé par l'IGN, le concours "Villes et territoires de demain" invite les jeunes (13-18 ans),  seuls ou en équipes, à réaliser dans Minecraft ou Minetest, des villes qui répondent aux objectifs d'aménagement. " Les villes et territoires de demain devront relever de nombreux défis : améliorer la qualité de vie des citoyens, contribuer à une société plus solidaire, concevoir, construire et rénover des bâtiments, des quartiers, développer la nature en ville et la mobilité urbaine tout en limitant la pollution, apporter des solutions face au changement climatique et à la transition écologique de la société, optimiser la gestion de l’eau et de l’énergie..." Le concours peut être une façon d'aborder les problématiques d'aménagement urbain.

Lisez l'article...    

 

Histoire : Les cités antiques révélées par l'archéologie

La nouvelle revue d'histoire académique de Lyon, Canabae, publie une intéressante séquence de seconde qui invite à découvrir la citoyenneté athénienne à travers les preuves archéologiques, essentiellement la poterie.

Lisez l'article...    

 

Histoire : 8 idées pour utiliser les jeux vidéos en classe

Dans le même numéro de Canabae, Pascal Mériaux donne 8 bonnes raisons pour utiliser le jeu vidéo en classe. " Jouer en classe à un jeu vidéo est pour diverses raisons (temps, matériels...) difficile. Ainsi l'exploitation de scènes filmées pendant une partie de jeu peut s'avérer une alternative pour permettre aux élèves d'analyser le jeu et d'en comprendre les ressorts... Les jeux-vidéo vendus dans le commerce ne sont pas adaptés à un usage en classe. Cependant, certains éditeurs mettent à disposition des modes éducatifs à l'image de Sim City'Edu, Minecraft'Edu ou encore du récent mode "Découverte" d'Assassin's Creed Origin".

Lisez l'article...    

 

 

LES DISCIPLINES : L'HEBDO LANGUES

Valentina Castillo-Munoz : Quand les élèves passent à la radio

Comment ouvrir à la culture des lycéens dans le rural isolé ? Comment monter une émission de radio culturelle dans un petit bourg ? Ces défis sont relevés par Valentina Castillo-Munoz dans une nouvelle séquence réalisée en terminale STMG.

Lisez l'article...    

 

Anglais : Interactive Calendar

Voilà un petit bijou pour dynamiser le cours d'anglais. Laurence Haquet, professeure d'anglais au collège Chagall de Gasny (27) partage son calendrier interactif. Imaginez : pour cahque jhournée, un événement culturel à rappeler accompagné de ressources pédagogiques. Ainsi la journée du 18 octobre est saluée par le rappel de la sanction qui a frappé Tommie Smith et John Carlos, deux athlètes noirs américains qui avaient levé le poing lors des JO de 1968. L'événement est rappelé par une vidéo et les élèves sont invités à lire une photo et à s'exprimer sur la signification de leur geste. Ainsi pour chaque jour on dispose d'une  amusante entrée en matière qui favorise la prise de parole en début de cours. Bravo !

Lisez l'article...    

 

Espagnol : Diaz des nino

"Cette séquence permet de sensibiliser les élèves de Seconde aux inégalités que vivent certains enfants dans les pays hispaniques", explique Ingrid Tourenne. Dans cette séquence les élèves utilisent largement les outils numériques y compris pour accéder à des fiches d'aide. Objectif final : concevoir un discours à l'ONU sur la sauvegarde des enfants.

Lisez l'article...    

 

 

 

 

 

Par fjarraud , le vendredi 19 octobre 2018.

Commentaires

Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces