Des "évaluations d'automne" arrivent dans les écoles 

Surprise. De nouvelles évaluations arrivent en CP annoncent le Snuipp Fsu et Roland Goigoux. Ces "évaluations d'automne" diffusées par la Dgesco s'ajoutent aux évaluations nationales de début d'année et de mi année. Trois protocoles d’évaluations s'ajoutent ainsi aux deux sessions d’évaluations nationales. Selon R Goigoux, " ces évaluations supplémentaires sont calquées sur les progressions de l’association « Agir pour l’école » imposées par la hiérarchie de l'Education Nationale dans une partie des écoles concernées. Elles ont pour objectif - non explicité aux enseignants ! - de démontrer que les élèves qui ne suivent pas les protocoles de cette association sont moins bons que ceux qui en « bénéficient ». Une telle manipulation des enseignants ne peut pas correspondre à la conception de "l''Education fondée sur la preuve" défendue par le Conseil scientifique de l'Education nationale. Il serait bon que le conseil le fasse savoir publiquement". Pour le Snuipp, " le « dispositif 100% de réussite », présenté comme justifiant ces évaluations ne doit pas s’imposer comme un cadre « dérogatoire » où les enseignantes et les enseignants se verraient dépossédés de leur expertise et de leur liberté pédagogique, pourtant inscrite au Code de l’éducation. Ces évaluations périodiques visent de fait à imposer méthodes et progressions aux enseignants, ce qui n’est pas acceptable." Le Snuipp " soutient les équipes qui useraient de leur pleine liberté pédagogique en refusant de les faire passer".

 

Communiqué

Sur le site Faceboook de R Goigoux

Des pressions en faveur d'Agir pour l'école

 

 

Par fjarraud , le lundi 12 novembre 2018.

Commentaires

  • DrHouse3, le 14/11/2018 à 21:41
    Vous vous trompez sur toute la ligne Delacour. Pour commencer, votre message n'a aucun rapport avec le sujet, que vient-il faire ici ? C'est du spam.
    Ensuite pour information le codage/décodage ce n'est pas de la lecture, c'est juste... du codage/décodage ! Et ça ne concerne que les mots inconnus, alors que lorsqu'on lit, en principe l'immense majorité des mots est connue.
    Car lorsqu'on lit vite et bien, on ne décode pas les mots, on ne les déchiffre pas, on les reconnait instantanément (ce qu'on appelle le "circuit court", ou lecture globale, et qui n'est pas une méthode d'apprentissage n'en déplaise au ministre).

    De plus, la lecture-écriture ne repose pas que sur le simple codage/décodage, il y a d'autres compétences essentielles à développer, comme l'enrichissement du répertoire lexical (pour privilégier le "circuit court" dont je parlais), les productions d'écrits (textes libres), le sens critique littéraire, le plaisir de lire et d'écrire...

    Et où voyez-vous quoi que ce soit de révolutionnaire dans votre "méthode" ? J'y vois exactement la même chose que ce qui se fait depuis des dizaines d'années dans 95% des classes, c'est à dire un apprentissage basé exclusivement sur le déchiffrage syllabique, au détriment de toutes les autres compétences, et donc déséquilibré et source d'échecs.

    Enfin, je trouve assez lamentable (pour ne pas dire mensonger) de vous revendiquer de Freinet et de le citer sur votre page pour justifier vos propos, le pauvre il doit se retourner dans sa tombe !
    Pour rester dans le mouvement Freinet, je vous propose plutôt de méditer sur une citation de l'excellent Jean-Pierre Lepri :

    "Lire, ce n’est pas sonoriser de l’écrit pour trouver du sens dans cette sonorisation [...].
    Si l’on « fait l’âne pour avoir du son », à l’inverse, donner du son, c’est faire des ânes. Des ânes-alphabètes."
    Jean-Pierre Lepri
  • delacour, le 12/11/2018 à 10:07
    Pour changer de pédagogie de la lecture au CP consultez le site "ecrilu".
    En mobilisant les connaissances cognitives créées lors de l'apprentissage de la parole, l'enfant est capable d'apprendre à lire. En trois mois la maîtrise du codage-décodage est assurée et on part toujours du sens. Un coup d'œil sur le site pour vous laisser interroger...
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces