L'Expresso du 10 décembre 2018 

Le fait du jour

Exhaustif - Tout le monde peut-il gagner aux élections ? En principe, non. Mais les élections 2018 sont décidément exceptionnelles. Face à un gouvernement qui remet en cause le syndicalisme comme tous les corps intermédiaires, le principal enseignement de ces élections c'est qu'en dépit des difficultés pour voter, le nombre de votants a nettement augmenté. De fait, tous les syndicats ont gagné des voix et peuvent s'en prévaloir. Et les électeurs ont eu tendance à renouveler leur confiance à l'organisation dont ils étaient déjà proches en 2014. Dans les différents corps, on observe peu de variations. La FSU conserve sa première place et l'Unsa progresse légèrement.

 

(...)

10/12/2018 à 07:15  |  (1 commentaire)
Le fait du jour

Alors que le président de la République doit apporter une réponse aux gilets jaunes le 10 décembre, c'est Jean-Michel Blanquer qui doit faire face à la contestation. La journée du 7 décembre a encore vu de très nombreux blocages de lycées et des incidents. Le ministre de l'Education nationale n'entend pourtant pas écouter les organisations lycéennes. Il en appelle au seul Conseil national de la vie lycéenne, une assemblée dont la représentativité est contestable. C'est que la contestation lycéenne porte sur ses réformes. En refusant le dialogue avec les organisations lycéennes il les pousse dans la rue.

 

(...)

10/12/2018 à 07:15  |  (2 commentaires)
La classe

"Je n'arrive pas à les concentrer. Ca part dans tous les sens". Quel enseignant ne s'est pas plaint du manque de concentration de ses élèves ? Le déficit d'attention est même devenu une maladie qui faut vivre une armée de spécialistes et l'industrie pharmaceutique. Mais pour Françoise Guillaume, la maladie est d'abord collective. Et le manque d'attention relève du rapport social. Il est lié à la culture car aucun bébé ne nait doté de l'attention requise dans le monde adulte. Aussi il est possible d'éduquer l'attention. Une éducation qui va puiser dans les pratiques collectives et les méthodes actives. Dans son livre, "Eduquer l'attention" (ESF Sciences humaines) il est encore question de pédagogie...

 

(...)

10/12/2018 à 07:15  |  (2 commentaires)

Nous ne vivons que de votre soutien. C'est la garantie de notre indépendance.

 

Depuis 2001, grâce à vous, le Café pédagogique vous accompagne au quotidien sur les chemins tortueux de l'École. Nous sommes présents dans les classes pour faire connaître vos réalisations. Nous suivons les événements pédagogiques importants et nous en rendons compte. Nous rencontrons le ministre, les syndicats, les différents acteurs de l'École pour décrypter jour après jour leur actions et les enjeux pour l'avenir de l'École. Notre objectif numéro 1 est de rendre lisibles les politiques conduites, dont les finalités ne sont pas toujours transparentes (un exemple récent) et d'amener de vrais débats dans un monde éducatif qui en a bien besoin. C'est aussi de débusquer l'actualité grâce à notre réseau d'information (un exemple ici).

 

Pour continuer à vous informer au quotidien, le Café pédagogique a besoin de vous.

 

Nous vous offrons un ouvrage majeur. Jusqu'au 25 décembre, recevez en cadeau un exemplaire du livre de Françoise Guillaume, Éduquer l'attention, ESF Sciences humaines.

 

Profitez de cette offre et en un clic, soutenez le Café pédagogique

 

 

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
La classe

Peut-on, au 21ème siècle, amener des élèves de troisième à lire une œuvre du 14ème siècle ?  Ce défi un peu fou a été relevé par Cyril Mistrorigo, professeur de lettres au collège Albert Thomas à Egletons en Corrèze : ses élèves ont même entrepris de réécrire la première partie de La Divine comédie  de Dante ! Un livre numérique permet ainsi de suivre le voyage d’une jeune femme dans les 9 cercles de l’Enfer que constituerait un monde dominé par les machines. L’expérience est riche d’enseignements. Et si, en classe comme dans notre vie numérique, toute activité de lecture devait désormais s’accompagner d’activités d’écriture et de publication ? Et si, pour faire vivre les œuvres à l’Ecole, il fallait accorder une place centrale à la créativité des élèves lecteurs ? Et s’il s’agissait, à rebours des futurs programmes de lycée, non pas de choisir entre littérature patrimoniale et écriture d’invention, mais bel et bien de les réconcilier ?

 

(...)

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
Le système

Quand les actes démentent les paroles ! Les lycéens se révoltent, ils sont humiliés. Peuvent-ils avoir confiance ? Non, Monsieur le ministre, vous ne pouvez pas accuser les médias d’avoir créé de fausses nouvelles, les images des lycéens agenouillés ou visés par des policiers ne sont pas inventées. Vous parlez de confiance et de bienveillance, et vous ne répondez aux lycéens qu’en augmentant le déploiement sécuritaire. Vous parlez de dialogue et de démocratie, mais vous faites passer en accéléré et en force les réformes des lycées général et professionnel, ainsi que les programmes d’enseignement, hors du délai légal.

 

(...)

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
Le système

" Le ministre et les représentants des parents d'élèves ont rappelé leur attachement à la République et au fonctionnement de notre démocratie. La violence n'est pas une solution. C'est donc une volonté commune de recherche d'apaisement et de dialogue qui s'est exprimée", explique le ministère de l'éducation nationale suite à la rencontre du 7 décembre entre le ministre et les trois associations de parents d'élèves Fcpe, Peep et Apel. "Un comité de travail composé des représentants des parents d'élèves sera réuni toutes les deux semaines afin de prendre en compte les questionnements que suscitent les réformes, dans la perspective de préparation de la rentrée 2019". Interrogé par le Café pédagogique, Rodrigo Arenas, co président de la Fcpe, rappelle que la Fcpe demande aux parents d'accompagner leurs enfants pour limiter les violences. "La Fcpe suggère une pause dans la mise en place des réformes pour obtenir un compromis. On n'a pas besoin de pédagogie mais qu'on entende nos critiques sur la politique éducative du quinquennat", nous a-t-il dit. "La sortie de crise ce n'est aps que la gestion de la violence mais la mise en place de réforme

s acceptables par ceux qui les vivent".             

 

 

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
Le système

"L’APLV a pris note avec stupéfaction de la diminution très importante du nombre de postes à pourvoir dans les concours de l’agrégation, du CAPES et du CAPLP", écrit Françoise Du, présidente de l'Aplv, à JM BLanquer le 3 décembre. "Nous ne comprenons pas comment, après plusieurs annonces, au plus haut niveau de l’Etat, sur l’importance de l’Europe, de la formation multilingue des générations futures, et sur la nécessité économique d’aller conquérir des marchés à l’exportation, après nos courriers vous alertant sur les risques que la réforme du lycée et du baccalauréat faisait courir quant à l’atteinte des objectifs fixés par le président de la République et le Premier Ministre, après de nombreuses rencontres avec vous-même, vos conseillers, et différents représentants du Ministère et/ou de l’Inspection Générale, vos services font aujourd’hui le choix de réduire à néant les efforts faits par les professeurs de langue pour s’adapter à des conditions de travail toujours difficiles et les espoirs de changement que la réforme du lycée et du baccalauréat pouvait apporter".

 

(....)

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
Le système

Alors qu'une contestation générale secoue les lycées et que le ministre appelle au calme, il annonce le 9 décembre sur France 3 l'accélération de la réforme contestée du lycée. Les établissements recevront avant Noël le nombre de spécialités qu'ils pourront proposer. "Tout établissement aura au moins 7 spécialités" a promis le ministre. Le problème c'est que l'on sait déjà que ce ne sera pas le cas. Ainsi, à propos du lycée de Bellac, la rectrice de Limoges a nettement expliqué que 7 spécialités en zone rurale n'est pas rentable. " En ville les lycées ont en moyenne 7 spécialités contre 6.75 à la campagne".

 

Sur Bellac

 

 

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
Le système

JM Blanquer ne cesse de se plaindre que les médias déforment ses propos et lancent des fake news. Selon Libération , l'exemple vient d'en haut puisque l'information donnée par G Attal et reprise par la presse selon laquelle un proviseur aurait été arrosé d'essence par des manifestants, s'avère fausse.

 

Sur Libération

 

 

10/12/2018 à 07:15  |  (1 commentaire)
Le système

Le Sénat a adopté un amendement du sénateur C Nougein (LR) portant de 1 à 3 jours  le délai de carence pour les congés maladie. "Il s'agit d'une mesure d'équité entre les salariés du secteur public et du secteur privé", explique le sénateur, et d'efficacité contre l'absentéisme. En janvier 2018, le gouvernement a rétabli la journée de carence que le gouvernement précédent avait supprimé en 2012. Le rétablissement de cette mesure devait rapporter 400 millions à l'Etat. En fait, selon l'Insee, "le jour de carence a conduit à une baisse importante des absences de 2 jours". Mais l'Insee ajoute que "la prévalence des absneces d'une semaine à 3 mois a augmente dans la fonction publique pendant la période d'application du jour de carence et diminué après sa suppression". L'argument d'équité ne tient pas plus : la quasi totalité des salariés du privé  bénéficient d'accords de prévoyance qui substituent l'entreprise au salarié pour le délai de carence.

 

L'amendement

Sur le délai de carence

 

10/12/2018 à 07:15  |  (3 commentaires)

Contestation lycéenne

Louis Boyard (UNL) : Les milliards du SNU pour les lycées

"La mixité sociale c'est à l'école de la faire". Interrogé par le Café pédagogique, Louis Boyard, président de l'UNL et organisateur de la journée de manifestations du 3 décembre, fixe les objectifs et les prochaines étapes du mouvement. Il appelle à une autre politique...

 

(...)

 

Lisez l'article

 

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)

Pédagogie

Les activités extra-scolaires aident-elles les collégiens ?

Papa veut que tu fasses du tennis. Maman de la musique. Tata du scoutisme. Mais tout cela profite-il à tes résultats scolaires ? C'est la question que pose Philippe Coulangeon (sciences po - CNRS) dans une nouvelle étude présentée au Liepp Sciences Po (Denis Fougère, Agnès Van Zanten). Basée sur un panel de 35 000 collégiens, il montre que ces activités ont un...

 

(...)

 

Lisez l'article...

 

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
La classe

" Les outils numériques créent de nouveaux risques du métier." L'Autonome de solidarité fait le point avec ses avocats conseil dans plusieurs vidéos . Ils abordent la question de l'usurpation d'identité en ligne, de la diffamation sur les réseaux sociaux ou encore du droit à l'image.

 

Sur l'Autonome

 

 

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)

 " Quelle est la qualité de vie d'un maraîcher selon vous ? Combien d’heure par semaine de travail faites-vous ? Est-ce qu'on peut bien vivre de votre métier de maraîcher ? Est-ce qu'il faut un diplôme pour devenir maraîcher ?" Ces questions, et les votres aussi, recevront des réponses le 12 décembre de 14 à 15 heures lors d'un nouveau tchat organisé par l'Onisep. L'Onisep recevra A Opoix, maraîchère et R Didelot, formateur en CFA agricole.

 

Le tchat

 

 

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Pour ou contre l’installation de ruches au collège ? Cette question a servi de support à de faux reportages, orientés dans un sens ou dans l’autre, réalisés par les 3èmes de Nathalie Labarre au collège Molière à Beaufort-en-Anjou. Explications de la professeure de français : « Pour développer les compétences orales, l’esprit critique et la connaissance des médias, les élèves sont amenés à réfléchir à la construction d’un reportage télévisé et à la distinction entre un fait et le récit qui en est réalisé. Ils créent ensuite leur propre reportage, en orientant la narration pour toucher les émotions du téléspectateur. L’ensemble permet un regard sur l’art du récit (ou « storytelling ») dans notre société, et son utilisation manipulatrice. »

 

Eclairages et exemples

 

 

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Comment utiliser les ressources de « Théâtre en acte », accessibles via Eduthèque, pour enrichir la culture et la réflexion des élèves ? A Bischheim en Alsace, Nicolas Bannier a fait travailler ses élèves sur le sujet de dissertation suivant : « Au théâtre, les personnages ne disposent-ils que des mots pour exprimer leurs sentiments ? ». Il a sélectionné sur le site huit extraits de pièces éclairants : certaines vidéos ont été regardées en classe, d’autres ont fait l’objet d’un travail personnel guidé. Selon un 2ème dispositif de travail, les élèves ont été amenés à rechercher et analyser eux-mêmes des scènes dans la perspective d’un sujet de réflexion portant sur la représentation du conflit au théâtre.

 

Explications

Nicolas Bannier dans Le Café

 

 

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
Les disciplines

Au lycée de Cormontaigne à Metz, José Pereira a voulu montrer à ses 2ndes « que la poésie ne se limite pas uniquement à des règles prosodiques mais qu’elle est un moyen d’appréhender le monde sous un regard nouveau » : il les a conduits à « donner vie à de « stupéfiantes coïncidences» comme le disait le poète André Breton grâce à la création de mots-valises. » Les créations poétiques ont été partagées et valorisées via un compte spécialement ouvert sur le réseau social Instagram.

 

Présentation de la séquence

Le compte Instagram

 

 

10/12/2018 à 07:15  |  (0 commentaire)
Par fjarraud , le lundi 10 décembre 2018.

Partenaires

Nos annonces