Les jeunes des quartiers populaires ont moins accès à l'apprentissage 

Une étude de la Dares (ministère du travail) le confirme : les jeunes des quartiers populaires sont discriminés dans l'accès à l'apprentissage. Une constatation qui interroge la priorité donnée à l'apprentissage par el gouvernement. " À caractéristiques identiques, les jeunes en insertion des quartiers prioritaires accèdent moins aux contrats en alternance après une période de chômage ou d’inactivité. On retrouve ici les obstacles généraux d’accès au marché du travail. Ce type de contrat ressemble davantage à un contrat classique qu’à un contrat aidé : les jeunes des quartiers prioritaires se trouvent en concurrence avec les autres jeunes de la zone d’emploi. Contrairement aux contrats aidés, les aides versées aux entreprises ne ciblent pas particulièrement les jeunes des quartiers prioritaires, et ne les incitent donc pas à les embaucher".

 

Etude Dares

 

Par fjarraud , le lundi 17 décembre 2018.

Commentaires

  • Viviane Micaud, le 17/12/2018 à 09:41
    Tout à fait d'accord.
    Les mêmes mécanismes de discrimination sont actifs pour trouver un maître d'apprentissage que pour trouver un emploi: stéréotypes et moindre connaissance des codes de l'entreprise présumée.
    Je dis depuis 10 ans je dis qu'il faut arrêter de dire "les bourgeois sont des méchants qui ne veulent pas de vous", mais expliciter le mécanisme des stéréotypes pour le rendre conscient et expliciter les codes de l'entreprise. 
Vous devez être authentifié pour publier un commentaire.

Partenaires

Nos annonces